Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Vampyr

Note : 4/5.0 - 1 avis

Titre VO : Vampyr

Un film de Carl Theodor Dreyer avec Maurice Schutz , Julian West , Albert Bras

Genre : épouvante - Durée : 1h23 - Année de production : 1932

Date de sortie en salle : inconnue

Carl Theodor Dreyer
Maurice Schutz
Julian West
Albert Bras

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Vampyr, le film

  • Vampyr

    Synopsis

    David Gray s'installe un soir dans l'auberge du village de Courtempierre. Pendant la nuit, un vieillard lui rend visite et lui confie un grimoire sur le vampirisme et les moyens d'y faire face Dès cet instant, David doit affronter et déjouer les pièges d'une femme vampire.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Maurice SchutzLe châtelain
    Julian WestAllan Grey
    Albert BrasLe domestique
  • LISTE TECHNIQUE
    Carl Theodor Dreyer
    Sybille SchmitzLéone
    Rena MandelGisèle
    Christen Jul
    Sheridan Le Fanu
    Carl Theodor Dreyer
    Rudolph Maté
    Paul Falkenberg
    Tonka Taldy
    Ralph Holm
    Wolfgang Zeller

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Vampyr »


  •  le 29 Juillet 2008 par

    Quelque part, dans un bourg français perdu dans une bande de brume du nom de Courtempierre... L'épuisette en bandoulière, des livres plein sa sacoche et le regard vaguement ahuri (on y reviendra), Allan Grey cherche une chambre pour la nuit. Ah non, on me fait signe qu'en version française, Allan s'appelle David. David Grey, donc (dont on me fait signe qu'en version allemande il s'appelle Allan), finit par loger dans une bien étrange maison d'hôte, près d'un bien étrange moulin, non loin d'un bien étrange château... Et tout porte à croire, parce qu'on ne nous la fait pas à nous et que le film ne s'appelle pas "Satyr" ou "Fakyr", qu'il y a du vampire dans le coin.

    Plus connu pour sa peinture de Jeanne d'Arc que pour son sens de la mise en scène fantasque, Carl Theodor Dreyer illustre ici la réponse au "Nosferatu" de Murnau, 10 ans après. Les procédés sont très différents et cette critique n'a pas vocation à les lister : Dreyer, dans sa catégorie, réussit un film remarquable. Totalement onirique, dépourvu de toute causalité crédible, "Vampyr" est avant tout un savant tour de passe-passe visuel : les ombres se meuvent seules, les sources de lumières en intérieur apparaissent et disparaissent, la caméra va chercher ces angles de vue auxquels personne n'avait pensé auparavant (la scène de la mise au tombeau filmée depuis le tombeau en contre-plongée, magnifique)... Une mise en images étourdissante, qui ne souffre du passage du temps que dans ses extérieurs en lumière saturée. Traitant du mythe du vampire avec ses propres références, loin de l'univers dépeint par Bram Stocker (nul romantisme ici, c'est une vision horrifique et quasi-médicale, les vampires étant comparés à mots couverts à la peste), Dreyer donne à ressentir plus qu'il ne donne à comprendre. Sa volonté de "filmer le rêve" est affirmée : 75 ans de rêveries plus tard, la nuit est toujours aussi belle.

    Là où le bât blesse, c'est au cou d'une part (deux petits points d'incisives en général) et au rôle principal d'autre part. Allan Grey (mais non, en français c'est David) est en effet joué par le producteur et initiateur du projet, un dandy aristocrate du nom de Julian West qui de toute évidence n'est absolument pas acteur de formation. Face à de solides acteurs du muet (le film l'est d'ailleurs quasiment, les paroles se comptent sur les doigts d'une main), Julian West / David Grey (à moins que ce ne soit Allan ?) offre une sensible interprétation de courgette, ou de potiron, éventuellement de fenouil, mais certainement pas d'aventurier démonologue comme nous le présente le prologue. Toute la difficulté d'un film qui le met quand même généreusement à l'image est là : faire tenir l'irrationnel et le fantastique sur les épaules du type le plus inexpressif et commun que la Terre ait engendré depuis le big bang.

    Brillant quand il formalise les sortilèges vampiriques, puissant quand il s'attarde sur les expressions d'une jeune fille habitée par le mal (Dreyer et les femmes, ce pourrait être un topic à part entière), "Vampyr" offre encore quelques-unes des plus belles pages à la légende de Nosferatu, interprétation masculine bovine mise à part. Surtout, il se clôt sur une énigme des plus passionnantes. Alors... Son vrai prénom, c'est David ou Allan ???

Les discussions sur le forum a propos de Vampyr



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Vampyr


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .