Fan de Cinéma

Valse avec Bachir

Note : 4.2/5.0 - 6 avis

Titre VO : Vals Im Bashir

Un film de Ari Folman avec Ari Folman , Ori Sivan , Ronny Dayag , Shmuel Frenkel , Zahava Solomon

Genre : animation - Durée : 1h27 - Année de production : 2008

Date de sortie cinéma : 25 Juin 2008

Visitez le site officiel du film

Ari Folman
Ori Sivan
Ronny Dayag
Shmuel Frenkel
Proposer un fond d'écran »

Valse avec Bachir, le film

  • Valse avec Bachir

    Synopsis

    Ari, metteur en scène israélien, a rendez-vous en pleine nuit dans un bar avec un ami en proie à des cauchemars récurrents, au cours desquels il se retrouve systématiquement pourchassé par une meute de 26 chiens. 26, exactement le nombre de chiens qu'il a dû tuer au cours de la guerre du Liban, au début des années 80 !
    Le lendemain, Ari, pour la première fois, retrouve un souvenir de cette période de sa vie. Une image muette, lancinante : lui-même, jeune soldat, se baigne devant Beyrouth avec deux camarades.
    Il éprouve alors un besoin vital de découvrir la vérité à propos de cette fraction d'Histoire et de lui-même et décide, pour y parvenir, d'aller interviewer à travers le monde quelques-uns de ses anciens compagnons d'armes.
    Plus Ari s'enfoncera à l'intérieur de sa mémoire, plus les images oubliées referont surface.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Ari FolmanLui-même (voix)
    Ori SivanLui-même (voix)
    Ronny DayagLui-même (voix)
    Shmuel FrenkelLui-même (voix)
    Zahava SolomonLui-même (voix)
    Ron Ben-YishaiLui-même (voix)
    Dror HaraziLui-même (voix)
    Mickey LeonBoaz Rein-Buskila (voix)
    Yehezkel LazarovCarmi Cna'an (voix)
  • LISTE TECHNIQUE
    Ari Folman
    Yael Nahlieli
    Ari Folman
    Nili Feller
    Yoni Goodman
    David Polonsky
    Roiy Nitzan
    Hassan Guerrar (François Hassan Guerrar)
    Julie Tardit
    Aurélie Pierrat
    Max Richter

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Valse avec Bachir »


  •  le 24 Mai 2015 par

    Ce film, proche du questionnement documentaire, aborde la question de la mémoire et de l'oubli. Il s'intéresse en particulier aux soldats israéliens confrontés aux souvenirs du massacre de Sabra et Chatila lors de l'intervention militaire israélienne au Liban de 1982.

  •  le 23 Août 2008 par

    C'est l'une des grandes ( et rares) injustices du palmarès de Cannes. Alors qu'il figurait parmi les plus grands favoris, le film d'Ari Folman est reparti bredouille. Ce qui est assez incompréhensible. Le réalisateur israélien raconte sa propre histoire et son propre trauma dans cette catharsis servie par une animation simple et précise. A la fois très dure et épouvante dans la description des horreurs de la guerre, mais souvent poétique et onirique, cette odysée personnelle culmine avec l'évocation des terribles massacres de Sabra et Chatila. Le choix d'une histoire animée assortie de véritables témoignages audio donne, contre toute attente, encore plus de poids aux images d'une guerre un peu oubliée, mais dont les répercussions sont d'actualité. Un grand moment de cinéma.

  •  le 22 Août 2008 par

    Injustement oublié au palmarès du dernier festival de Cannes, "Valse avec Bachir" s'inscrit dans les traces de "Persépolis" et ouvre encore de nouvelles perspectives au cinéma d'animation

    Car ce film israélien est bel et bien le premier documentaire en dessin animé de l'histoire du 7eme art. Il souffre d'ailleurs des défauts souvent rédhibitoires au genre docu: des longueurs, beaucoup trop de bavardages lors d'interviews longuettes et retranscrits très fidèlement, un sérieux pompeux et ennuyeux qui empêche souvent l'émotion et la compassion

    Mais, et heureusement, pour cette valse, l'animation est purement et simplement bluffante, un pari technique et artistique risqué mais réussi avec brio. Le choix du dessin animé permet d'ailleurs de donner vie et corps aux souvenirs et aux chimères (superbe scène d'introduction avec cette course-poursuite de chiens jaunes agressifs) de ces soldats israélien livrés à eux mêmes dans une guerre absurde

    Ari Folman, réalisateur angoissé qui se paie là une vrai psychothérapie sur grand écran, dénonce au-delà du massacre de Sabra et Chatila l'absurdité de toute guerre. Parfois de façon maladroite comme ces rencontres avec son psy au discours étonnamment simpliste et réducteur. Parfois de façon magistrale épaulé par une bande son plus que pafaite (notamment l'utilisation bien vue de "Sunday Bloody Sunday" de U2). LA scène d'anthologie restera sans doute celle qui donne le titre au film, une danse surréaliste entre un soldat et son fusil sous les balles ennemies, une chorégraphie où enfin l'émotion et la poésie parviennent à briser les lourdeurs du documentaire. La fin laissera les spectateurs indigné et sans voix même si la démonstration aurait sans doute suffi sans ses images d'archives forcément choquantes.

    Un film indispensable donc malgré ses maladresses et ses longueurs, un film techniquement maitrisé au graphisme très original, un film utile surtout qui dénonce sans concession les responsabilités de chacun dans un massacre gratuit sans justification possible, un film enfin en forme de manifeste pour la paix.

  •  le 12 Août 2008 par

    C’était l’une des bonnes surprises de ce Festival de Cannes 2008 : un film d’animation retraçant l’histoire de l’Israélien Ari Folman. Vingt ans durant, ce jeune homme a enfoui au fond de sa mémoire ce qu’il a vécu pendant la guerre du Liban. Jusqu’au jour où une image de lui à Beyrouth lui revient en rêve. La première d’une longue série. Bien décidé à recomposer cet intriguant puzzle, l’ancien soldat de Tsahal fait le tour de ses anciens compagnons d’infortune… Dégoûter véritablement de la guerre là où le cinéma du genre magnifie généralement la violence, telle était la volonté du réalisateur. Il ne parvient hélas qu’à ennuyer avec une narration emberlificotée et extrêmement bavarde, où surnagent heureusement un coup de crayon plein d’élégance et une bande originale rock génialissime. Osé, Valse avec Bachir l’est certainement quand il dénonce l’action ouvertement criminelle des militaires israéliens au pouvoir. Réfléchi et louable, le film l’est tout autant à vouloir polémiquer sur le massacre de Sabra et Chatila. Peut-être n’était-il pas nécessaire de procéder de manière aussi décalée, avec moult symboles à l’appui. A vrai dire, les dernières minutes lors desquelles le dessin laisse place à des images d’archives en dit bien plus long que l’auto thérapie animée de l’auteur…

  •  le 04 Juillet 2008 par

    Avec ses couleurs jamais franches mais toujours très soutenues, avec ses personnages aux traits grossiers et tant de détails dans les décors, avec son je ne sais quoi de magique au niveau de l’image, Valse avec Bachir est totalement envoûtant. De même, le décor musical du film est saisissant (une valse de Chopin sous les tirs en plein Beyrouth, ou encore le spectre pathétique et émouvant des années 80 jaillissant avec Orchestral Manœuvre in the Dark ou PIL). Ce qui pêche violemment dans ce « documentaire animé » n’est pas tant l’idée scénaristique de base (la quête analytique d’un homme à la recherche de son passé et qui ne sera libre que lorsqu’il pourra enfin faire face à sa culpabilité) que la forme narrative de l’histoire. Les récits de chaque témoin (les compagnons d’armes qu’Ari va solliciter pour retrouver sa mémoire à travers la leur) sont trop distanciés par rapport à l’image pour captiver le spectateur et l’émouvoir vraiment. Les personnes interviewées racontent leurs souvenirs avec une sorte de retenue et de froideur qui ne permet pas d’éprouver de l’attachement pour eux (sauf peut-être pour le copain désenchanté d’Ari qui vit au Pays Bas et dont j’ai oublié le nom). Du coup on s’ennuie parfois un peu. Et on sort de la salle avec la très raisonnable pensée que la guerre c’est moche et inutile et vain, mais on n’est pas bouleversé. Même les dernières images du film (aussi laides que le reste du film est beau) ne réussissent pas à renforcer le manque d’implication provoqué par les longueurs des monologues apathiques. Valse avec Bachir est donc une vraie réussite esthétique et une vraie réussite documentaire. Mais ce n’est pas le grand film passionnant de l’année.


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de Valse avec Bachir



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Valse avec Bachir


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2017 LS Project Tous droits réservés. Profitez d'un consultant seo experimenté. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .