Fan de Cinéma
Bannière 728x90

The Great ecstasy of Robert Carmichael

Note : 2/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : The Great Ecstasy of Robert Carmichael

Un film de Thomas Clay avec Daniel Spencer , Ryan Winsley , Charles Mnene , Danny Dyer , Michael Howe

Genre : drame - Durée : 1h36 - Année de production : 2005

Date de sortie cinéma : 26 Avril 2006

Distributeur :

Thomas Clay
Daniel Spencer
Ryan Winsley
Charles Mnene
Proposer un fond d'écran »

The Great ecstasy of Robert Carmichael, le film

  • The Great ecstasy of Robert Carmichael

    Synopsis

    Trois jeunes Anglais sont entraînés dans une spirale de violence et de tentation. Ils ne vont pas tarder à faire se révéler les jalousies secrètes de leur petite ville.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Daniel SpencerRobert Carmichael
    Ryan WinsleyJoe
    Charles MneneBen
    Danny DyerLarry
    Michael HoweJonathan
    Stuart LaingStuart
    Rob DixonJohn
  • LISTE TECHNIQUE
    Thomas Clay
    Lesley ManvilleSarah
    Miranda WilsonMonica Abbott
    Ami InstoneMarie
    Daniel Nixon
    Thomas Clay
    Joseph Lang
    Giorgos Arvanitis
    Atilla Raczkevy
    David Wigram
    Edward Elgar
    Henry Purcell

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « The Great ecstasy of Robert Carmichael »


  •  le 01 Mars 2007 par

    Ceux qui parlent de ce film n'ont que cela à la bouche : à la fin de «The Great ecstasy of Robert Carmichael», il y a une scène de viol particulièrement sordide, avec notamment l'utilisation d'objets de grande taille pas vraiment destinés à cet usage. Et c'est vrai que cette séquence fait froid dans le dos : filmée avec distance et retenue, en plan fixe, c'est une vraie claque dans la gueule. Mais pas vraiment le genre de claque qu'on aime recevoir, plutôt celle qui sert à vous réveiller à la suite d'un évanouissement. Car si l'on excepte la scène du film, «The Great ecstasy of Robert Carmichael» sonne particulièrement creux. Jeune metteur en scène, Thomas Clay suit qulques adolescents en crise, qui préfèrent découvrir les joies de la drogue et des tournantes plutôt que de mettre le nez dans leurs cahiers. Parmi eux, Robert, ado solitaire, mutique et visiblement frustré. Pendant plus d'une heure, Clay juxtapose les scènes comme s'il voulait mettre en évidence une montée en puissance jusqu'à l'inévitable conclusion. Las, le spectateur n'y voit qu'une représentation criante de vérité de l'ennui qui ronge la jeunesse anglaise (et d'ailleurs). Pas vraiment de psychologie, pas de vrais actes non plus ; alors pour accrocher l'oeil, Clay a recours à des artifices visuels et sonores déjà vus ailleurs . Puis arrive la scène-clé : certes impressionnante si on l'isole du reste, elle s'écroule comme un château de cartes lorsqu'on réalise à quel point elle est injustifiée. Visiblement, Clay est atteint du syndrome Miike, qui dans le suprêmement creux «Audition», compensait son absence totale de choses à raconter par une scène finale tout bonnement insoutenable (bien plus qu'ici). Le vide est décidément une chose fort détestable.

Les discussions sur le forum a propos de The Great ecstasy of Robert Carmichael



Il n'y a pas encore de discussion autour du film The Great ecstasy of Robert Carmichael


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .