Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Tête de Turc

Note : 3/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Tête de Turc

Un film de Pascal Elbé avec Roschdy Zem , Samir Makhlouf , Pascal Elbé , Léo Elbé , Simon Abkarian

Genre : drame - Durée : 1h27 - Année de production : 2009

Date de sortie cinéma : 31 Mars 2010

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Pascal Elbé
Pascal Elbé
Roschdy Zem
Roschdy Zem
Samir Makhlouf
Léo Elbé
Proposer un fond d'écran »

Tête de Turc, le film

  • Tête de Turc

    Synopsis

    Un geste, et tout bascule. Un adolescent de 14 ans, un médecin urgentiste, un flic en quête de vengeance, une mère qui se bat pour les siens, un homme anéanti par la mort de sa femme voient leurs destins désormais liés. Alors que le médecin passe plusieurs jours entre la vie et la mort, les événements s'enchaînent et tous seront entraînés par l'onde de choc.

  • Tête de turc, un thriller coup de poing sans concessions

    Roschdy Zem dans Tete de TurcOn connaissait Pascal Elbé acteur, Pascal Elbé scénariste, voici Pascal Elbé réalisateur. Et pour ce Tête de turc, il endosse même les trois costumes à la fois avec un premier film qui ne manque ni d’ambition ni de qualités, qui échappe aux clichés habituels qui plombent les films français abordant les sujet sensibles de la banlieue, de l’intégration ou du racisme ordinaire. En faisant un raccourci facile, Tête de Turc pourrait bien être le lointain cousin de la Haine, une version polar du film culte de Matthieu Kassovitz. L’histoire ? Bora, jeune adolescent sans histoire mais influençable, jette un coktail molotov sur la voiture d’un médecin urgentiste. Alors que sa bande de potes s’enfuie lâchement, lui, pris de remords, va sortir des flammes le médecin évanoui. Les destins de plusieurs personnages vont alors s’entrechoquer dans l’onde de choc provoquée par cette agression.

    Lorgnant ostensiblement de James Gray (le film noir centré sur la famille) ou d’Alejandro Innaritu (la construction éclatée du récit), Pascal Elbé ne se laisse toutefois pas écraser par ses références assumées. Au contraire, il se sert de sa cinéphilie et de son amour du cinéma US pour nourrir sa mise en scène. Il signe un film ancré dans le réalisme social français des banlieues sans pour autant tomber dans un lourd prêchi-prêcha donneur de leçons. La grande force du scénario est d’établir un constat, un état des lieux sans jamais juger ses personnages, sachant trouver la juste distance entre observation neutre et empathie complice. Sans avoir l’air d’y toucher, avec une grande habileté, Pascal Elbé brasse différents sujets (la culpabilité, la vengeance, la trahison, le travail de deuil) sans jamais perdre le fil de ces différentes intrigues qui finiront évidemment par se rejoindre. Sa caméra est nerveuse, ne se posant jamais, elle fait écho à la situation d’urgence et de fébrilité dans laquelle se trouvent presque tous les protagonistes du film confrontés à des choix essentiels, des tournants dans leurs vies. Les différents protagonistes sont d’ailleurs caractérisés avec une grande économie de moyen, les enjeux sont posés rapidement, le film ne perd pas de temps, il va à l’essentiel sans laisser de répit à son spectateur.

    Tete de Turc, le filmPorté par des acteurs impliqués et, chose rare dans le cinéma français, choisi pour leur talent et non de par leurs origines (Roschdy Zem joue un flic… arménien et Ronit Elkabetz une digne et courageuse mère de famille…turque), le film révèle également le jeune Samir Makhlouf dans le rôle principal de Bora, coupable et héros, tiraillé entre la loi du silence qui règne dans cette jungle triste et grise et l’unique chance de se voir offrir un avenir plus brillant que la débrouille permanente et le trafic au marché noir.

    Tout n’est évidemment pas parfait : la musique de Bruno Coulais a tendance à surligner inutilement certaines scènes, les fondus au blanc (oui oui au blanc pas au noir) sont par trop systématiques et quelque peu maladroits,  le veuf inconsolable incarné par Simon Abkarian n’a pas de véritable épaisseur, le dénouement aurait sans doute pu être encore plus radical mais ces petits défauts ne retirent rien aux nombreuses qualités indéniables de ce thriller engagé sur fond de réalité sociale.

    Loin de tout manichéisme, sans angélisme ni faux-semblant, Pascal Elbé signe avec Tête de turc un premier film réussi aussi bien dans la forme que dans le fond.

    Emmanuel Pujol
     

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Roschdy ZemAtom
    Samir MakhloufBora
    Pascal ElbéSimon
    Léo ElbéNuri
    Simon AbkarianLe veuf
    Omar Ait-RaissHassan
    Gamil RatibAram
    Hassan MezhoudSamir
    Stéphan Guérin-TilliéSamuel
    Patrice AbbouCollaborateur maire
    Pierre-Ange Le PogamMathias Koves
    Gino CohenChiraz
    Moussa MaaskriIrfan
    Ayoub DafJeune capuche
  • Mustafa ÇetinJeune garde à vue
    Frédéric SaurelGardien immeuble
    Ridouane YazitAmi du veuf
    Philippe SpiteriProfesseur hôpital
    Henry Le TurcPolicier voiture
    Roland MarchisioFonctionnaire police #1
    Michel FerracciPrésident urgentistes
    Alexis CohenFonctionnaire de police
    Edmond BensimonJoueur de cartes
    Bruno LuganHomme bistrot turc
    Emmanuel NakachPolicier
  • LISTE TECHNIQUE
    Pascal Elbé
    Ronit ElkabetzSibel, la mère de Bora
    Florence ThomassinMouna
    Brigitte CatillonLa Maire
    Adèle ExarchopoulosNina
    Laure MarsacClaire
    Monique ChaumetteNora
    Anne SuarezCollaboratrice maire
    Natacha Cardoso MartinsJeune bonnet
    Nathalie BesançonSoeur du veuf
    Mariam KabaMère africaine
    Julie BramiInfirmière #1
    Annie GrégorioInfirmière #2
    Aude ThirionFonctionnaire police #2
  • Céline MelloulYazemin
    Christiane RoratoPatronne café arménien
    Cathy Min JungFemme asiatique enceinte
    Eléonore GodeauCopine Bora soirée turque
    Valérie BenguiguiYelda
    Françoise Galfré
    Pascal Elbé
    Elsa Pharaon
    Paul Tomasini
    Jean-François Hensgens
    Denis Mercier
    Jacqueline Bouchard
    Michel Jullien
    Henry Le Turc
    Olivier Coutard
  • Virginie Le Pionnier
    Pierre Tucat
    Luc Barnier
    Hassan Guerrar (François Hassan Guerrar)
    Bérengère Maisons

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Tête de Turc »


  •  le 04 Avril 2010 par

    Après avoir collaboré avec Roschdy Zem et Michel Boujenah à la réalisation de leurs propres films, Pascal Elbé est passé seul derrière la caméra tout en conservant un rôle d’acteur et de scénariste. Le scénario justement est quelque peu ambitieux, Bora jeune adolescent influençable jette un cocktail molotov sur la voiture d’un médecin urgentiste mais pris de remords s’en va extirper le médecin de la voiture en feu. Porté en héros par la police et les autorités dépeintes comme hypocrites et opportunistes, il s’impose alors au jeune homme un cas de conscience terrible : se dénoncer et aller en prison ou recevoir une médaille du courage imméritée mais qui pourrait lui assurer un avenir loin de la banlieue. Bercé par les influences de J. Gray et M. Scorsese, Elbé leur fait honneur. La lumière est absolument magnifique tout au long du film et ce n’est pas si courant dans les films français pour le signaler. La réalisation est nerveuse, et bouscule le spectateur. Autre point positif du film, l’interprétation de Roschdy Zem absolument brillante en flic qui préfère la répression à la compréhension, celle de Pascal Elbé lui-même qui préfère la compassion à l’autorité et bien évidemment la révélation du film à savoir Samir Makhlouf jeune acteur qui joue avec justesse son rôle ambivalent à la fois coupable et héros. En outre, le film décrit la réalité des banlieues avec une objectivité louable sans verser dans les clichés ni dans le larmoyant en évoquant le désœuvrement des jeunes des banlieues qui ne cherchent même plus à savoir quelle voiture ils sont en train d’attaquer tant qu’il y a un gyrophare, la violence et le trafic, mais aussi le courage des gens de banlieue dans un quotidien difficile (Ronit Elkabetz incarne une mère digne qui fait tout son possible pour combler ses enfants). Néanmoins, plusieurs reproches peuvent être faits au film. Tout d’abord, le fait que l’on oscille tout au long du film entre le polar social et le thriller. L’histoire parallèle avec le veuf qui n’a pas pu avoir de médecin pour sauver sa femme est mal insérée et le personnage n’est que trop peu fouillé. On peut aussi regretter quelques longueurs et un manque de rythme qui font que le film tourne en rond. Enfin, quel dommage que cette fin en forme de happy end totalement inadaptée ici et qui paraît trop facile et expéditive. De plus, on a très vite le sentiment de savoir ce qui va se passer à l’avance et on aurait préféré qu’il y eut un véritable retournement d’intrigue. Tout cela laisse un sentiment d’inachevé. Avec Tête de Turc, Pascal Elbé signe un premier film prometteur et impose une certaine vision du cinéma mais l’œuvre comporte trop de défauts pour en faire un film que l’on regardera une seconde fois, c’est-à-dire un bon film.

Les discussions sur le forum a propos de Tête de Turc



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Tête de Turc


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .