Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Submarino

Note : 0/5.0 - 0 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Submarino

Un film de Thomas Vinterberg avec Jakob Cedergren , Peter Plaugborg , Sebastian Bull Sarning , Mads Broe , Christian Kirk Østergaard

Genre : drame - Durée : 1h50 - Année de production : 2010

Date de sortie cinéma : 01 Septembre 2010

Distributeur :

Thomas Vinterberg
Jakob Cedergren
Peter Plaugborg
Sebastian Bull Sarning
Proposer un fond d'écran »

Submarino, le film

  • Submarino

    Synopsis

    Deux frères mènent, dans la même ville, des existences parallèles, séparés à jamais par les blessures de l'enfance. Pourront-ils un jour se retrouver et changer le cours de leur destin ?

  • Submarino, un drame asphyxiant mais fascinant

    Dans son titre même, le film prévient le spectateur : Submarino est une technique de torture qui consiste à laisser le supplicié la tête sous l’eau le plus longtemps possible. Pas de surprise donc : le nouveau film du danois Thomas Vinterberg plonge en apnée pendant près de 2 heures dans les bas-fonds de Copenhague en plein cœur d’une misère humaine crasse et sans issue. Et le spectateur ne ressortira pas indemne de ce sombre voyage au cœur de vies guidées par le triptyque drogue, alcool, violence, un cercle infernal et vicieux d’autodestruction semblant planer sur les deux frères dont la caméra va suivre au plus près des visages marqués et des corps fatigués les funestes destinées.

    Submarino, le filmTout commence par un baptême, celui d’un troisième frère aussi peu désiré que les deux autres par une mère absente et indifférente. Nimbé d’une lumière blanche presque irréelle, cet acte religieux symbolique effectué par deux adolescents en perdition, sans repères ni père, renvoie à l’innocence immaculée du nouveau-né qui n’a demandé à personne de naitre dans un environnement aussi sordide. Le drame qui suivra, inévitable, prévisible, marquera à jamais Nick et son frère (frère qui n’aura jamais de prénom, il ne sera désigné que comme frère de Nick ou comme père de Martin, caractérisations on ne peut plus explicites, ce personnage n’ayant pas d’existence propre, ne pouvant se définir que par rapport aux autres). La première scène du film donne sa couleur au film : un noir abyssal.

    Mais là où les américains auraient – sans aucun doute - proposé une histoire larmoyante, au pathos pesant mais conduisant à une rédemption programmée, Thomas Vinterberg ne tombe jamais dans une complaisance facile ou un apitoiement tire-larmes et parvient même à éviter le piège du glauque voyeuriste malgré l’accumulation sans fin des tragédies qui s’abattent sur Nick et son frère. Sordide, le destin de ses antihéros l’est indubitablement mais le vrai tour de force du réalisateur est de leur donner aussi une véritable humanité. Ainsi, une empathie se crée pour ces personnages pourtant tout sauf sympathiques, ces laissés-pour-compte aux trognes patibulaires et à la violence à fleur de peau, prête à jaillir à tout instant sans prévenir.

    Submarino, le filmNe laissant quasiment jamais échapper la moindre once d’espoir– ou alors pour mieux la claquer aux visages de Nick et son frère, profondément inaptes au bonheur comme par malédiction, dans des scènes d’une dureté psychologique rare -, le scénario resserre son étau autour des deux protagonistes principaux à travers une habile construction en parallèle des deux destins (la première moitié du film consacré à Nick, la seconde à son frère, toxicomane incurable qui ne souhaite pourtant qu’une chose : offrir une vie décente et heureuse à son fils). Elle mènera vers des retrouvailles aussi désespérantes que prometteuses – peut-être – d’un avenir enfin moins sombre. Il pourrait alors y avoir une autre échappatoire que la mort à cet univers déprimant de débrouilles et de combines perpétuelles pour survivre et essayer tant bien que mal de conserver une part de dignité et d’humanité. Comme une ultime pointe d’optimisme feutrée – enfin ! - dans un océan de noirceur.

    Mise en scène au cordeau, photographie superbe, musique discrète – les musiques du film étant majoritairement celles qu’écoutent aussi les personnages, choix osé mais payant qui tranche radicalement avec la tendance épuisante de surligner l’image avec une musique omniprésente –, casting parfait de vraies gueules – impressionnant Jakob Cedergren, inquiétant Peter Plaugborg au regard mort, repoussant Morten Rose -, celui qui s’était égaré (pour ne pas dire fourvoyé) depuis Festen signe là son grand retour avec ce Submarino, film âpre, étouffant mais au combien maitrisé, fascinant et incontournable en cette rentrée 2010.

    Emmanuel Pujol
     

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jakob CedergrenNick
    Peter PlaugborgFrère de Nick / Père de Martin
    Sebastian Bull SarningNick jeune
    Mads BroeFrère de Nick jeune
    Christian Kirk ØstergaardTobias
    Henrik StrubeYellow Jimmy
    Elias EhlersCarsten
    Morten RoseIvan
    Gustav Fischer KjærulffMartin
    Dar SalimGoran
  • LISTE TECHNIQUE
    Thomas Vinterberg
    Mei Oulund IpsenLa mère
    Helene Reingaard NeumannMona
    Patricia SchumannSofie
    Birgitte Hald
    Bo Ehrhardt
    Jonas T. Bengtsson
    Tobias Lindholm
    Thomas Vinterberg
    Kristian Eidnes Andersen
    Charlotte Bruus Christensen
    Andri Stein Gudmundsson
    Torben Stig Nielsen
    Margrethe Rasmussen
  • Bjørg Serup
    Valdis Oskarsdottir
    Monica Donati
    Anne-Charlotte Gilard
    Thomas Blachman

Avis et critiques des internautes



Il n'y a pas encore d'avis sur le film Submarino


Soyez le premier à proposer un avis sur « Submarino »


Les discussions sur le forum a propos de Submarino



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Submarino


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .