Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Smiley Face

Note : 2/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Smiley Face

Un film de Gregg Araki avec Adam Brody , Matthew J. Evans , David Goldman , Michael Hitchcock , Rick Hoffman

Genre : comédie - Durée : 1h25 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 16 Janvier 2008

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Gregg Araki
Adam Brody
Adam Brody
Matthew J. Evans
David Goldman
Proposer un fond d'écran »

Smiley Face, le film

  • Smiley Face

    Synopsis

    Jane, une jeune actrice paresseuse et sans succès, mange les biscuits que son colocataire psychopathe a laissés traîner en ignorant qu'ils contiennent de la drogue. Dès lors, elle tente de traverser la ville pour rembourser un dealer rancunier, passer une audition, et remplacer les fameux gâteaux. Prise en stop par un copain de son colocataire, elle part pour un long et étrange voyage...

  • Smiley Face: Araki rit ou Hara-kiri?

    Attendu au tournant après l’éprouvant mais brillant Mysterious Skin, Gregg Araki signe avec Smiley Face son film le plus léger mais aussi le plus inconsistant. On est presque surpris de le retrouver aux commandes de ce « stoner movie » dont l’objectif unique et assumé est de faire rire.

    Smiley-face, le film
    Et le pari est-en partie- réussi. Avec un pitch des plus improbables rappelant les pires teen comédies américaines de ces dernières années (et notamment « eh mec elle est où ma caisse » ?), le scénario arrive à enchaîner les situations loufoques plus invraisemblables les unes que les autres à vitesse grand V. La pauvre héroïne (pas de drogue dure cependant ici, que de la beuh et de la bonne apparemment) se retrouve embarquée dans une folle journée – comme Ferris Bueller avant elle – dont elle ne sortira pas indemne et nous non plus. Entre répliques percutantes et situations cocasses, on se surprend souvent à (sou)rire.

    Le succès du film repose en grande partie sur les épaules d’Anna Farris qui est de chaque plan. Omniprésente pendant 1h30 avec ses mimiques parfaites pour le slapstick et sa voix droopesque, elle campe une Jane plus vraie que nature. Défoncée, totalement irresponsable, actrice ratée et trentenaire désenchantée qui ne tient à rien sauf à son lit (rien que ça), elle va rencontrer au cours de son périple sous influence une brochette de personnages plus déjantées les uns que les autres. D’un patron anti-syndicaliste de boucherie au pote geek de son colloc psychopathe, ils vont tous subir la loi de cette ineffable tornade blonde incontrôlable.

    Côté réalisation, on oscille entre bonnes idées et paresse absolue. Gregg Araki s’accorde une vraie récréation après Mysterious Skin et se permet donc, à part deux-trois plans bien ficelés (notamment la scène d’introduction avant le générique), de filmer son OVNI comme une banale et mauvaise sitcom. De plus, il faut bien reconnaître que le script ne tient pas la longueur. Probablement écrit au coin d’une table sur du papier…à rouler, il aurait sans doute pu donner lieu à un court-métrage absolument formidable et hilarant de bout en bout. Là, par contre, au bout de 40 minutes de film, le propos se dilue contrairement aux effets des spaces muffins dévorés par Jane.

    Smiley-face, le film
    Autre point négatif, la conclusion n’est pas des plus finaudes. Pourquoi cette leçon de pseudo morale après 1h20 assez réjouissante de politiquement incorrect ? Inutile et un peu incompréhensible. Finalement, le monde de Jane est assez proche de celui des Bisounours, la drogue en plus (quoique si on se souvient bien ces oursons multicolores, on pouvait sérieusement se demander à quoi ils carburaient). De plus, en comparant Smiley Face aux autres films de Gregg Araki, un constat se fait jour : toutes les obsessions du réalisateur semblent avoir disparu. Où est donc passé l’artiste engagé et perturbant auteur d’une trilogie ô combien trash sur la génération X des années 90 ? N’y avait-il donc la place pour aucune réflexion dans cette comédie presque trop légère ? Contrairement à une teen comédie habituelle, il n’y a ici aucune (ou presque) allusion graveleuse à la sexualité des personnages alors que le sexe est justement une des lubies majeures du réalisateur. Comme si Smiley Face marquait une vraie pause dans sa carrière, une parenthèse enchantée avant de s’attaquer à de nouveaux projets plus ambitieux.

    Au final, Smiley Face se révèle comme une farce enfumée qui se laisse voir sans déplaisir mais qui se laisse aussi oublier sans effort. Pas un bad trip donc mais on déjà vu came comique de meilleure qualité.

    Verdict : Araki rit quand même et nous avec…

    Emmanuel Pujol

     

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Adam BrodySteve le dealer
    Matthew J. EvansBobby
    David GoldmanProfesseur Hardwood
    Michael Hitchcockle type de la laverie
    Rick HoffmanAngry Face
    Danny MastersonSteve le colocataire
    Danny TrejoAlbert
    Chad MountainMarijuana Jesus
    John ChoMikey
    John KrasinskiBrevin
    Michael Shamus Wilesl'officier Jones
    Richard RiehleMr. Spencer
    William ZabkaGardien de prison
    Dylan HaggertyFerris Wheel Attendant
  • Brian PosehnChauffeur de bus
    Davenia McFaddenBus Passenger
    Ben FalconeAgent
    Jim RashCasting Assistant
    Joey DiazAgent de sécurité
    James C. Mathis IIIHippie #2
    Dave AllenHippie #1
    Robert Michael MorrisMan Walking Dog
    Carrot TopLui-même
    Kai CoferMan with Weird Beard
  • LISTE TECHNIQUE
    Gregg Araki
    Anna FarisJane
    Jane Lynchla directrice de casting
    Marion RossShirley
    Natashia Williamsla fille à moto
    Jayma Mays
    Thomas Becker
    Stuart Burkin
    Beau J. Genot
    Jörg Westerkamp
    Dylan Haggerty
    Shawn Kim
    Monika Mikkelsen
    John Larena
  • Alix Hester
    Peggy Paola
    Tatiana Thorpe
    Helen Evans
    Gregg Araki
    Vanessa Jerrom
    Vanessa Fröchen
    Claire Vorger
    David Kitay

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Smiley Face »


  •  le 31 Janvier 2008 par

    Mais où est passé Gregg Araki? On a du mal à reconnaître dans ce tout petit Smiley Face le réalisateur de Mysterious skin. Mêmes des oeuvres comme The doom generation apparaissent comme des films majeurs lorsqu'on les compare aux tribulations de cette jeune femme complètement stone. Smiley Face ressemble à des films comme le grand Eh mec! Elle est où ma caisse?, une vraie mise en scène en plus, mille doses de délire en moins. Apparemment, Araki n'a pas vraiment supporté l'accueil dithyrambique réservé à Mysterious skin, lui réalisateur de teen movie trash soudainement propulsé chantre du cinéma d'auteur sérieux. Il y avait sans d'autre façons de prendre tout le monde à contrepied : même avec beaucoup de snobisme, il paraît difficile de prendre le film pour un brillant exercice de style ou une métaphore de je ne sais quoi. Smiley Face, c'est juste une petite comédie sans envergure, un film plus ou moins à sketches qui donne souvent à sourire mais jamais à rire. Et ce en dépit des efforts d'Anna Faris, habituée aux rôles déjantées grâce à la série des Scary movie, et qui fait des pieds et des mains pour provoquer notre hilarité. Peine perdue : la comédienne a beau être très drôle, ce n'est pas suffisant pour transcender un scénario pas si imaginatif, qui dissimule un certain manque d'idées derrière des gimmicks fatigants. Vivement qu'Araki reparte sur le droit chemin et se consacre à des projets plus dignes d'intérêt. Parce qu'ici, vous allez rire, «Araki rit» s'écrit plutôt «hara-kiri». Sous vos applaudissements.

Les discussions sur le forum a propos de Smiley Face



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Smiley Face


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .