Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Shooting dogs

Note : 4.7/5.0 - 3 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Shooting Dogs

Un film de Michael Caton-Jones avec Dominique Horwitz , Louis Mahoney , Jack Pierce , David Gyasi , Steve Toussaint

Genre : drame - Durée : 1h54 - Année de production : 2005

Date de sortie cinéma : 08 Mars 2006

Distributeur :

Michael Caton-Jones
Dominique Horwitz
Louis Mahoney
Jack Pierce
Proposer un fond d'écran »

Shooting dogs, le film

  • Shooting dogs

    Synopsis

    Printemps 1994. En 100 jours, un million de Rwandais Tutsi sont massacrés par leurs concitoyens Hutus, et le pays africain est transformé en charnier. Au coeur de tout ça, un prêtre et son jeune acolyte seront forcés à jauger l'intensité de leur foi.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Dominique HorwitzCPT Charles Delon
    Louis MahoneySibomana
    Jack PierceMark
    David GyasiFrançois
    Steve ToussaintRoland
    Victor PowerJulius
    Musa Kasonka JrBoniface
    Kizito Ssentamu Kayiira
    John HurtChristopher
    Hugh DancyJoe Connor
  • LISTE TECHNIQUE
    Michael Caton-Jones
    Nicola WalkerRachel
    Susan Nalwoga
    Clare-Hope AshiteyMarie
    Ruth Caleb
    Pippa Cross
    David Wolstencroft
    Ivan Strasburg
    Dario Marianelli

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Shooting dogs »


  •  le 08 Mai 2008 par

    Le 6 avril 1994, l’assassinat du président du Rwanda, amorçait le terrible génocide de la la minorité tutsi par la frange extrémiste hutu. Près de 800 000 personnes furent massacrées. Le titre Shooting dogs fait référence aux forces de l’ONU qui n’avaient pas le droit de défendre les populations civiles en danger mais tiraient sur les chiens qui dévoraient les cadavres gisant dans la rue. Bien que romancé, le film s’inspire d’un événement bien réel pour raconter, sous le regard d’un vieux prêtre missionnaire et d’un jeune professeur idéaliste, la manière dont s’est installé le chaos dans le pays et notamment sa capitale Kigali. Il dénonce la lâcheté de ceux qui auraient dû empêcher cette extermination et traduit les dilemmes moraux auxquels furent confrontés quelques Blancs qui ont tenté d’aider les Tutsi. Les images du réalisateur Michael Caton-Jones dépeignent fidèlement la peur terrifiante des Rwandais durant ce cycle macabre et désespéré.

  •  le 18 Avril 2007 par

    Après le très honorable Hotel Rwanda de Terry George, Michael Caton-Jones s'attaque à son tour au génocide rwandais et nous propose un Shooting dogs particulièrement percutant. La grande humilité de tous les personnages en présence est particulièrement touchante et donne une dimension très authentique à ce film qui cumule les scènes poignantes (l'apothéose étant bien sûr le retrait des Casques Bleus rappelés par l'ONU et la demande des réfugiés qui veulent se voir épargner les souffrances de la machette et réclament à être fusillés). Les performances de John Hurt (dont l'épuisement manifeste ne parvient pas à briser l'amour qu'il a de son prochain) et de Hugh Dancy (dont la honte et la rage sont contagieuses) sont absolement impeccables. Un sujet difficile que Caton-Jones a su traiter avec force et délicatesse à la fois. A voir !

  •  le 08 Avril 2007 par

    Cela commence comme le récit classique, net et sans bavure, de la naissance d'un génocide atroce (pléonasme, oui). Rien de neuf sous le soleil, d'autant que Shhoting dogs arrive un an après l'acclamé Hotel Rwanda. Trois premiers quarts d'heure vraimetn pas désagréables à suivre, car ne cédant pas aux charmes de la putasserie et du voyeurisme. Cependant, connaissant Michael Caton-Jones, on se doute bien que ça ne va pas aller plus loin. En fait, on a tout faux : car à mesure que le génocide se développe et que les tempêtes rugissent sous les crânes, Shooting dogs passe du statut de gentil récit à celui de drame déchirant, intelligent et édifiant. Attention, ça dénonce : Dieu est un salopard qui laisse de pauvres innocents se faire buter à coups de machette (et ce n'est pas le prêtre rebelle, incarné avec brio par John Hurt, qui va dire le contraire), l'ONU est une organisation de bureaucrates hypocrites et imbéciles qui se moque d'encombrer les consciences des casques bleus, incapables de se dépêtrer de leurs rôles absurdes. Côté drame, Caton-Jones livre un enchainement impressionnant de scènes bouleevrsantes (âmes sensibles, s'abstenir). On est à la fois très fier de l'espèce humaine, capable de courage et de sacrifices, et complètement honteux face à la bêtise et à la barbarie de cette même espèce. Résultat : un Rob Gordon en larmes, quasi seul dans la salle, apeuré à l'idée d'être confronté de nouveau à la lumière du jour. Etonnant de la part d'un réalisateur très inconstant (y a qu'à voir Basic instinct 2).

Les discussions sur le forum a propos de Shooting dogs



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Shooting dogs


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .