Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Phenomena

Note : 3.5/5.0 - 2 avis

Titre VO : Phenomena

Un film avec Donald Pleasence , Dalila Di Lazzaro , Patrick Bachau , Mario Donatone , Michele Soavi

Genre : horreur - Durée : 1h49 - Année de production : 1985

Date de sortie en salle : inconnue

Ce film est à l'affiche de 1 cinémas

Donald Pleasence
Dalila Di Lazzaro
Patrick Bachau
Mario Donatone
Michele Soavi
Franco Trevisi

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Phenomena, le film

  • Phenomena

    Synopsis

    Jennifer Corvino se rend en Suisse afin de poursuivre ses etudes au sein d'un etablissement scolaire prive. Eleve serieuse et tres douee, elle n'est cependant pas une adolescente comme les autres. Non seulement elle est somnambule mais, plus etrange encore, elle communique par telepathie avec les insectes...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Donald PleasenceProfesseur John McGregor
    Dalila Di LazzaroHeadmistress
    Patrick BachauInspecteur Rudolf Geiger
    Mario DonatoneMorris Shapiro
    Michele SoaviKurt, Geiger's Assistant
    Franco TrevisiReal Estate Agent
  • LISTE TECHNIQUE
    Dario Argento
    Jennifer ConnellyJennifer Corvino
    Daria NocolodiMadame Bruckner
    Fiore ArgentoVera Brandt
    Fausta AvelliSchoolgirl
    Angelo Iacono
    Franco Ferrini
    Giorgio Armani
    Romano Albani
    Franco Fraticelli
    Maurizio Garrone
    Nello Giorgetti
    Luciano Spadoni
    Umberto Turco
  • Simon Boswell
    Goblin

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Phenomena »


  •  le 12 Novembre 2007 par

    Un des films le plus accesible d'Argento je pense, où on retrouve malgré tout ses thèmes recurrents mais à un stade où ils ne viennent pas se téléscoper au scénario. Loin des Suspiria et autres Inferno, l'histoire est des plus classiques : un tueur, une fille aux pouvoir étranges, un vieux revenus de tout etc... Dans la forme aussi, le film reste assez classique, même si Argento sauve son oeuvre de la série B ennuyeuse en y insérant un peu de son talent, on a le droit à quelques couleurs bleuâtres et à des prises de vue poétique. Le tout accompagné par une bande de son assez étonnante pour un film de ce genre mais qui finalement reflète bien l'ensemble du film. Un grand bric à brac, où Argento inove autant qu'il se copie lui même. Le résultat est que le film est très inégale, des scènes ridicules côtoient des plans magnifiques, du hard s'enchaînent avec de la grande musique, des jeunes actrices (Jennifer Connely) rencontre des vieux loups de mer telle que Donald Pleasance. Le film n'est donc qu'un fabuleux contraste, marquand le changement de direction du réalisateur selon moi. Phenomena est au final un film d'horreur classique, sauvé de justesse de la série B, qui à le mérite de divertir le plus grand nombre.

  •  le 13 Juillet 2007 par

    Considéré comme le début de la chute du cinéma d'Argento, «Phenomena» reste un film honorable, estimable, très au-dessus du commun des films d'épouvante. C'est surtout un digest des obsession de son auteur : s'y rencontrent pêle-mêle sa fascination pour les intrigues animalières (ici, les insectes et plus principalement le «grand sarcophage» mais également le singe du professeur), son goût pour la manipulation visuelle (une fois de plus, le spectateur peut tout voir et ne remarque rien), ses codes chromatiques (le bleu y est particulièrement spectaculaire), l'utilisation récurrente chez lui de l'élément liquide (tout le finish dans le lac), de la mort qui surgit en surface (la fosse à cadavres), de l'hallucination (ici, des crises de somnambulisme)... Exploitant un casting plus percutant que d'habitude (la fidèle Daria Nicolodi est ici encadrée de la très jeune Jennifer Connelly, particulièrement remarquable, et du vieux briscard Donald Pleasence), Argento téléscope ses thèmes fétiches, au mépris d'un scénario bringuebalant et parfois du bon goût (certaines scènes frôlent le ridicule de très près). Musicalement, «Phenomena» accorde encore beaucoup d'importance à ce qui reste de Goblin mais tente aussi une ouverture vers le heavy metal, avec Iron Maiden (»flash of the blade») et Motörhead : l'idée était séduisante, le résultat beaucoup moins. Le film est ainsi, toujours sur la corde, parfois brillant (le côté presque impressionniste de ses crises de somnambulisme), parfois terriblement fauché (la nuée de mouches sur les parois de la pension...). C'est tout à la fois le charme et la limite du cinéma d'Argento, qui ici ne transcende pas son sujet mais ne le trahit pas non plus.

Les discussions sur le forum a propos de Phenomena



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Phenomena


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .