Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Non ma fille, tu n'iras pas danser

Note : 0/5.0 - 0 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Non ma fille, tu n'iras pas danser

Un film de Christophe Honoré avec Jean-Marc Barr , Fred Ulysse , Julien Honoré , Marcial Di Fonzo Bo , Louis Garrel

Genre : drame - Durée : 1h45 - Année de production : 2009

Date de sortie cinéma : 02 Septembre 2009

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Christophe Honoré
Christophe Honoré
Jean-Marc Barr
Jean-Marc Barr
Fred Ulysse
Julien Honoré
Julien Honoré
Proposer un fond d'écran »

Non ma fille, tu n'iras pas danser, le film

  • Non ma fille, tu n'iras pas danser

    Synopsis

    Depuis qu'elle s'est séparée de Nigel, Léna traverse la vie comme elle peut avec ses deux enfants. Elle triomphe avec vaillance des obstacles semés sur leur route. Mais il lui reste à affronter le pire : l'implacable bonté de sa famille qui a décidé de faire son bonheur.

  • Non, ma fille tu n’iras pas danser, la valse lente d’une femme à la dérive

    A même pas 40 ans, l’écrivain/metteur en scène/réalisateur/ cénariste/occasionnellement acteur (aucune mention inutile à barrer !), Christophe Honoré sort son 6eme long-métrage - depuis 2002 soit presque un par an tout de même, « Non, ma fille tu n’iras pas danser ».

    Chiara MastroianniDerrière ce titre à rallonge comme l’affectionne tant – et trop – le cinéma d’auteur français intello-bobo, se cache une histoire de famille et surtout un portrait d’une fille perdue (mais pas aux cheveux gras, comprenne qui pourra…). Le film se décompose d’ailleurs en 2 parties, séparées très distinctement par un intermède fantastique, la mise en image d’un conte breton qui vient soudain faire irruption dans le récit et offre une respiration bienvenue et assez originale.

    La première moitié du film se déroule dans la Bretagne natale du réalisateur : Lena, fraichement séparée de son mari, ayant abandonné son métier d’anesthésiste, dans une période de grande instabilité donc, part quelques jours se ressourcer avec ses deux enfants chez ses parents où elle retrouve sa sœur, assez castratrice, son jeune frère moqueur, aérien et sa copine baba-cool (ou plutôt alter-mondialiste, c’est le terme bobo officiel contemporain…). Il y a un air de déjà-vu dans ce début de film. Mais c’est bien sur ! Arnaud Desplechin et son récent Conte de Noël… Sauf que, malheureusement pour Christophe Honoré, sa réunion familiale sonne assez faux à cause d’une trop grande théâtralité aussi bien dans les dialogues que dans la direction d’acteur.

    Il faut toutefois reconnaitre une grande liberté de ton au réalisateur qui ose multiplier les expérimentations et les genres tout au long du film : outre le conte fantastique sus-nommé, il y a cette scène face caméra du père de famille qui explique la situation générale au début (grosse ficelle que Woody Allen a utilisé dans son dernier film aussi mais avec beaucoup plus d’humour et d’audace…), il y a cette scène intime entre les parents (comme c’est provoc de filmer des personnes âgées entrain de faire l’amour… Ou pas !), il y a le basculement du film choral familial au resserrement intimiste sur le personnage de Lena,…

    Cette 2eme partie justement marque le retour au terrain de jeu favori d’Honoré, Paris. Lena est toujours aussi perdu, susceptible, irascible, elle s’enfonce dans une dépression qu’elle refuse d’assumer. Malgré tout le bien que lui veut une mère envahissante et maladroite (le film est clairement centré sur les trois femmes de la famille), Lena ne gère plus rien. Si, dans la partie bretonne du film, on pouvait s’attacher à cette famille complexe et multiple aux dysfonctionnements somme toute assez…familiers, cette partie parisienne semble bien longue, il est très difficile de comprendre Lena, d’avoir la moindre empathie avec elle à cause d’un égoïsme forcené se sa part. Sa longue dérive agace et ennuie même, on a plus de pitié que de compassion pour l’héroïne(*). Et c’est presque un soulagement quand arrive le générique de fin (de « non-fin » d’ailleurs tant tout reste ouvert sur l’avenir de Lena, Honoré évite d’ailleurs le pathos de trop).

    Non ma fille tu n'iras pas danser, le filmPour terminer, il est intéressant de souligner qu’Honoré fonctionne véritablement comme un metteur en scène de théâtre jusque dans son casting car il aime (comme d’autres réalisateurs) travailler avec sa « famille » de comédiens, au sens propre - Julien Honoré, son frère, joue le rôle du … frère, agaçant au début par un sur-jeu permanent et finalement le plus aérien, le plus léger et le plus drôle de tous - comme au sens figuré – on retrouve dans de petits rôles son acteur fétiche Louis Garrel ainsi que Clotilde Hesme. Le rôle principal, il l’a offert à Chiara Mastroianni, le réalisateur tient une promesse qu’il avait faite à la comédienne après deux plus petits rôles dans Les chansons d’amour et la Belle personne. Viennent s’ajouter à la troupe Marie-Christine Barrault dans le rôle de la mère, Jean-Marc Barr (vraie caution bobo pour le coup) dans celui du mari quitté et Marina Fois (qui a définitivement réussi sa reconversion post-Robin des Bois) en sœur enceinte. On peut toutefois s’interroger fortement sur le personnage de Louis Garrel dans le film : quitte à lui donner à tout prix un rôle, autant le rendre crédible. Il joue en effet l’amant plus que passager de Lena. Jusque là, rien de suspect. Sauf que problème, Lena n’est censé qu’avoir 5 ans de plus que lui alors que Chiara Mastroianni a 37 ans et Louis Garrel 26 et un physique d’adolescent. Pourquoi donc ne pas choisir dans le scénario de faire s’enticher Lena d’un très jeune homme (surtout que le personnage semble en avoir la mentalité !) plutôt que ce choix absurde ? Mystère…

    Loin des provocations de ses débuts (Ma mère notamment), Christophe Honoré semble s’assagir en signant ce film très introspectif auquel il manque toutefois trop de sentiments (plus forts, plus réels, plus crédibles) pour véritablement émouvoir.

    Emmanuel Pujol

    (*) : Ai-je ici un regard trop masculin, voire macho, sur ce que vit Lena ? Mesdames, ce message s’adresse à vous : si vous allez voir le film d’Honoré, merci de laisser un commentaire sur cette critique pour donner votre point de vue féminin !
     

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jean-Marc BarrNigel
    Fred UlysseMichel
    Julien HonoréGulven
    Marcial Di Fonzo BoThibault
    Louis GarrelSimon
    Donatien SunerAnton
    Jean-Baptiste FonckJosé
  • LISTE TECHNIQUE
    Christophe Honoré
    Chiara MastroianniLéna
    Marina FoïsFrédérique
    Marie-Christine BarraultAnnie
    Alice ButaudElise
    Caroline Silholla fleuriste
    Lou PasqueraultAugustine
    Christophe Honoré
    Geneviève Brisac
    Laurent Brunet
    Guillaume Le Braz
    Samuel Deshors
    Richard Rousseau
    Sylvie Peyre
  • Pierre Canitrot
    Chantal Hymans
    Valérie Deloof
    Thierry Delor
    Alexis Delage-Toriel
    Annelise Landureau
    Alex Beaupain
    Antony and the Johnsons
    XTC

Avis et critiques des internautes



Il n'y a pas encore d'avis sur le film Non ma fille, tu n'iras pas danser


Soyez le premier à proposer un avis sur « Non ma fille, tu n'iras pas danser »


Les discussions sur le forum a propos de Non ma fille, tu n'iras pas danser



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Non ma fille, tu n'iras pas danser


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .