Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Mon nom est personne

Note : 5/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Il mio nome è Nessuno

Un film de Tonino Valerii , Sergio Leone avec Terence Hill , Henry Fonda , Jean Martin , Geoffrey Lewis , Piero Lulli

Genre : western - Durée : 1h50 - Année de production : 1973

Date de sortie cinéma : 14 Décembre 1973

Distributeur :

Tonino Valerii
Sergio Leone
Terence Hill
Henry Fonda
Proposer un fond d'écran »

Mon nom est personne, le film

  • Mon nom est personne

    Synopsis

    1895. Personne, un jeune aventurier habile au pistolet et aux cartes, rencontre un homme sur le point de mourir qui lui indique la cachette d'un trésor maya. Personne apprend que le défunt n'est autre que le frère de Jack Beauregard, son idole. Secrètement, il va aider celui-ci à venger la mort de son frère...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Terence HillPersonne
    Henry FondaJack Beauregard
    Jean MartinSullivan
    Geoffrey Lewisle leader de la Horde sauvage
    Piero LulliShérif
    Mario BregaPedro
    Marc MazzaDon John
    Benito StefanelliPorteley
    R.G. ArmstrongHonest John
    Karl BraunJim
    Leo GordonRed
    Steve KanalyFalse barber
    Neil SummersSquirrel
    Alexander AllersonRex
  • LISTE TECHNIQUE
    Tonino Valerii
    Sergio Leone
    Claudio Mancini
    Sergio Leone
    Ernesto Gastaldi
    Fulvio Morsella
    Nino Baragli
    Gianni Polidori
    Armando Nannuzzi
    Ennio Morricone

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Mon nom est personne »


  •  le 12 Décembre 2007 par

    Mon nom est personne est un film culte du western spaghetti. Ca résume bien là ? Pas du tout ! La vérité c'est que c'est LE film culte du western spaghetti et la meilleure performance de Terence Hill (Merci Sergio Leone) . Le genre de film qui n'ont jamais remporté de prix mais qui marquent une génération. Certes, revoir les fameuses scènes où le beau blond au teint crasseux déguste avec envie une poêlée de haricots à la tomate est plutôt jouissif pour la frange masculine des spectateurs. On peut aussi se dire que la distribution de baffes, si elle renvoie certainement à notre inconscient collectif post-gaulois d'Armorique, n'est pas sans rappeler la gentille clownerie plutôt qu'une bonne vieille rudesse Eastwoodienne. Mais la figure d'Henri Fonda en Jack Beauregard vaut à elle seule le déplacement tant il incarne ici , non sans une certaine ironie, l'archétype du héros de western romantique, solitaire mi-desperado mi-gentleman. Et la scène ou il doit affronter la horde sauvage est tout simplement magnifique pour un nostalgique de ces westerns des années antérieures à 70. Car tous les ingrédients y sont, le héros seul contre tous, la photographie et les dessins qui marquent l'esprit, et la musique d'Ennio Morricone qui donne le souffle épique. Cette musique vous ne pourrez pas vous empêcher de la fredonner dans votre douche pendant une semaine après avoir vu ou revu le film. A ce propos on notera la reprise ô combien réussie de la chevauchée des Walkyries, qui ne manque pas de contribuer au ressort comique du film en tournant gentiment en dérision les scènes épiques du western hollywoodien. Dans la même recherche en tout cas que le nom même de «Personne» emprunté à la mythologie de l'Odyssée d'Homère.

    Ce film, non content d'être une référence, est également un réel hommage au western avec un grand W. J'en veux pour preuve les paysages désertiques et les pueblos plus ou moins habités, les vieux trains rutilants de l'Ouest, les bagarres et beuveries au saloon, la fête foraine, le shérif, les indiens et les tuniques bleues. On notera aussi l'anecdote vérifiée qui veut que le réalisateur se soit inspiré pour sa horde sauvage du film de Sam Peckinpah du même nom. D'ailleurs le nom de Sam Peckinpah apparaît sur une tombe lors de la scène du cimetière Navajo, comme pour symboliser la fin de l'ancien western. D'un point de vue plus personnel, Sergio Leone nous amène à comprendre que la suite des westerns projetés sur les écrans sera soit parodique comme avec Terence Hill soit moins guillerette et plus empreinte de violence froide. La phrase d'Henri Fonda «le futur t'appartient petit» lancée au personnage joué par Terence Hill est à ce propos symptomatique du passage de témoin virtuel. Car dans «Mon nom est personne» on ne voit pas une goutte de sang et l'humour est quasiment présent à chaque scène. Le western spaghetti classique donne la main à la parodie. Toutefois on ne peut résumer ce film mythique à une simple comédie, même si la force de gagman de Terence Hill ne se dément pas. Quand le divertissement laisse des ouvertures à la mélancolie on remercie Leone de ne pas faire simplement un Trinita.

    Si comme moi vous avez déjà vu le film dix fois , vous pourrez faire l'expérience d'observer ces plans si caractéristiques , serrés sur les visages et larges sur les paysages. Vous pourrez aussi vous distraire en notant , outre Sam Peckinpah, le nom des autres grands du cinéma gravés sur les tombes dans la scène du cimetière. Enfin regardez bien et vous verrez une bouche d'incendie moderne lorsque les deux héros se trouvent à la Nouvelle-Orléans (mais ne le répétez pas trop autour de vous, c'est quand même un filme culte ..).

    Ah oui j'oubliais avant de vous laisser succomber à la Ruée Vers «Mon nom est personne», je voulais vous faire partager la phrase énoncée par Personne dans le film : «On rencontre quelquefois son destin sur la route qu'on a pris pour l'éviter». En voilà une qui elle aussi pourra s'inscrire dans les livres d'histoire du genre, et vous faire méditer sur l'impossibilité d'éviter ce film.

Les discussions sur le forum a propos de Mon nom est personne



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Mon nom est personne


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2020 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .