Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Mémoires d'une geisha

Note : 4.4/5.0 - 7 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Memoirs of a Geisha

Un film de Rob Marshall avec Ken Watanabe , Koji Yakusho , Youki Kudoh , Kenneth Tsang , Paul Adelstein

Genre : drame - Durée : 2h20 - Année de production : 2005

Date de sortie cinéma : 01 Mars 2006

Distributeur :

Rob Marshall
Rob Marshall
Ken Watanabe
Koji Yakusho
Youki Kudoh
Proposer un fond d'écran »

Mémoires d'une geisha, le film

  • Mémoires d'une geisha

    Synopsis

    Une petite fille est vendue dès l'âge de neuf ans par sa mère à une maison close dans le Japon des années trente. Devenue adulte, la jeune femme deviendra l'une des prostituées les plus prisées par les hommes de la haute société.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Ken Watanabele président
    Koji YakushoNobu
    Youki KudohO-Kabo
    Kenneth Tsangle général
    Paul AdelsteinLieutenant Hutchins
    Brannon Batesun soldat
    Michael Chenle chauffeur
    Chad Clevenle GI saoul
    Craig H. Davidsonle pêcheur japonais
    Cameron Duncanl'officier saoul
    Ted LevineColonel Derricks
    Mako
    Randall Duk Kim
    Togo Igawa
  • Thomas Ikeda
    Alison Zoe Leung
    Navia NguyenIzuko - Geisha en vert
  • LISTE TECHNIQUE
    Rob Marshall
    Eugenia YuanKorin
    Zhang ZiyiSayuri
    Gong LiHatsumomo
    Michelle YeohMameha
    Kaori MomoiO-Kami
    Tsai Chinla tante
    Suzuka OhgoChiyo
    Zoe WeizenbaumO-Kabo enfant
    Takayo Fischer
    Laura Miro
    Julia Ling
    Carrie Cline
    Amy Pascal
  • Gary Barber
    Roger Birnbaum
    Bobby Cohen
    Arthur Golden
    Robin Swicord
    Doug Wright
    Akiva Goldsman
    Ron Bass
    Robert Stromberg
    Dion Beebe
    Pietro Scalia
    Colleen Atwood
    Kevin O'Connell
    Greg P. Russell
    Rick Kline
  • John Pritchett
    John Myhre
    Gretchen Rau
    Wylie Stateman
    John Williams

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Mémoires d'une geisha »


  •  le 21 Novembre 2007 par

    Malgré un scénario au romantisme quelque peu mélodramatique (qui traite des rivalités entre geishas, des coulisses de leur société, de l'interdiction d'aimer pour une geisha et de la relation entre l'héroïne et l'homme qu'elle aime), ce film reste un chef-d'oeuvre exceptionnel. Des images sublimes, des décors et des costumes époustouflants jusqu'au moindre détail lui ont d'ailleurs valu, à juste titre, 3 oscars. Les amateurs de ce genre de film retrouveront avec plaisir les 3 excellentes actrices principales - Zhang Ziyi, Gong Li, Michelle Yeoh - qui interprètent ici les 3 geishas les plus demandées, mais aussi les dernières : le Japon étant la cible des américains après la 2de guerre mondiale, leur monde extraordinaire est détruit, et elles doivent fuir... Mais 2 d'entre elles reviennent, et seront les seules preuves de l'existence d'un passé déjà presque oublié. On pénètre dans un univers merveilleux où se mêlent beauté, arts, danse, délicatesse mais aussi amours déçues, jalousie et envie. Un casting impeccable, des rôles difficiles magnifiquement interprétés, le périple dangereux d'une petite fille qui cherche à réaliser ses rêves dans une société restreinte et compétitive... Un moment de pur exotisme inoubliable: on en oublierait presque que l'équipe du film n'est pas japonaise mais américaine ou chinoise. «Mémoires d'une geisha» nous emmène loin, très loin, pour le meilleur et pour le pire : on savoure ce film envoûtant du début à la fin et on sentirait même un parfum venu d'ailleurs.

  •  le 02 Août 2007 par

    Contrairement à d'autres critiques élogieuses vis à vis de ce film, je ne peux cacher qu'il m'a quelque peu déçu. Ayant été fascinée du début à la fin par le livre ( qui est, qu'on se le dise, une véritable merveille ) ce film ne s'avère être en réalité qu'un bref résumé pas très travaillé du roman. Certes, on y retrouve les évènements majeurs du livre, mais les relations qui se créent au fil de l'histoire entre les personnages sont baclées. Ainsi, la malveillance d'Hatsumomo dans le film n'est rien comparée à celle dans le livre, de même pour la rivalité entre cette dernière et Sayuri. L'amour qu'éprouve Sayuri dès sa plus «tendre» enfance pour le président est lui aussi trop peu travaillé. L'histoire du film ne parvient donc pas à donner au spectateur autant de plaisir que le livre, et c'est bien dommage... Cependant, on ne peut nier que le travail sur les décors et les images est irréprochable ! Que ce soit dans les rues sales des grandes villes de l'époque ou dans les magnifiques jardins ( du baron par exemple ), on ne peut qu'être émerveillé par la beauté des décors ainsi que par celle des plans qui sont très bien filmés. De plus, le monde des Geishas demeure assez mystérieux et secret pour nous autres européens, ce film nous ouvre donc la porte vers un monde fascinant et nous aide à en comprendre un peu les coutumes. En bref, à voir, mais à lire aussi !

  •  le 01 Août 2007 par

    « Mémoires d’une geisha », c’est la destinée douloureuse d’une petite fille dans le Japon des années trente. Prénommée Chiyo, elle est vendue comme servante à une maison de geishas. A l’âge adolescent, sa vie bascule lorsqu’elle rencontre un élégant et raffiné homme d’âge mur qui lui offre une glace à elle, modeste domestique. Dès lors, sa décision est prise : tombée immédiatement amoureuse de ce séduisant inconnu, elle sera geisha. Elle se conforme sagement au long apprentissage qui lui permettra peut-être de rencontrer de nouveau cet idéal qui représente son espoir, son futur. En adaptant pour le grand écran un best-seller de l’écrivain Arthur Golden, le réalisateur Rob Marshall accouche d’une fresque romantique véritablement flamboyante qui se plaît volontiers dans l’excès souvent de l’esthétisme outrancier. La mise en scène repose avant tout sur une photographie irréprochable, d’une beauté fascinante, de nombreux plans pouvant s’admirer comme la plus aboutie des toiles de maître. De bout en bout, « Mémoires d’une geisha » est un véritable régal pour les yeux mais il est impossible de ne pas remarquer la sublime partition musicale composée par John Williams qui amplifie véritablement l’émotion dans les moments dramatiques. Chiyo deviendra Sayuri, interprétée par la jolie Zhang Ziyi, comédienne chinoise révélée par le « Tigre et dragon » de Ang Lee. On vibre pour cette demoiselle qui semble si fragile drapée de son kimono, elle qui est sujette aux pièges tendus par sa rivale, la redoutable et machiavélique Hatsumomo (Gong Li). On espère qu’elle deviendra heureuse au bras du businessman qu’elle idolâtre. L’histoire tantôt tragique tantôt drôle demeure simple mais est racontée avec un sens inné du récit. Mensonges, trahisons, complots, et rêves s’entremêlent dans un enivrant malstrom d’émotions. Outre sa teneur romanesque superbement mise en images, « Mémoires d’une geisha » nous fait pénétrer dans un univers clos et envoûtant, celui de l’art, de la séduction, de la poésie de l’élégance et de la beauté. Une réussite indéniable récompensée aux Oscars.

  •  le 08 Avril 2007 par

    Alors le voilà, ce projet qui a passionné Hollywood. On a parlé de Spielberg, de Spike Jonze, qui sais-je encore, pour tourner ce film. Au final, les réalisateurs talentueux ayant d'autres chats à fouetter, on a confié la réalisation à Rob Marshall, le tâcheron responsable de l'éprouvant Chicago. Le résultat est aussi mauvais que prévu. Déjà, le titre est quasi-mensonger. On s'attend à découvrir le monde envoûtant des geishas, leur apprentissage, leurs coutumes, leur mode de vie. On nous offre un mode d'emploi clés en main torché en un quart d'heure (qui m'a cependant appris qu'une geisha n'est absolument pas une pute japonaise). Nan, Mémoires d'une geisha est une foutaise à l'eau de rose, qui voit des harpies se crêper le chignon pour hériter d'une maison moche et terouver, l'amour, le vrai (envoyez les violons). Seulement voilà, comme dirait l'autre, certains verres de saké ont un sale goût de Diet Coke. Tout cela pue le studio, le calibrage, le film à Oscars (pari à moitié remporté), et l'irrespect total à l'égard du spectateur et du sujet. La seule attraction du film, c'est la «méchante» : Gong Li, aussi impitoyable qu'elle est belle, fait songer à la méchante reine dans Blanche-neige. Mais lorsqu'un sait qu'elle est chinoise et pas japonaise, à l'image des ses partenaires, la pilule passe moins bien. Bref, tout ceci sonne aussi japonais que je suis tibétain. De plus, 2 heures 20, c'est bien trop long pour ce marivaudage putassier. Lorsqu'elle est bien faite, la vulgarisation géopolitique est acceptable (regardez Le dernier samouraï). Ici, c'est un gâchis vraiment regrettable.

  •  le 05 Décembre 2006 par

    Un film formidable dont l’histoire est vraiment captivante. Dans ce film, on a le plaisir de retrouver les anciennes traditions et coutumes de la chine. A travers les geisha, on peut l’apercevoir. Les geisha sont intéressantes et dégagent un mystère assez charismatique. Mais, ce qui m’a le plus captivée, ce sont les yeux bleus de l’héroïne. Ce film est assez émouvant. C’est un très bonne histoire bien adapté aux niveaux des sentiments


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de Mémoires d'une geisha



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Mémoires d'une geisha


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .