Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Les Trois royaumes

Note : 4/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Chi bi

Un film de John Woo avec Tony Leung (Tony Leung Chiu Wai) , Takeshi Kaneshiro , Zhang Fengyi , Chang Chen , Hu Jun

Genre : action - Durée : 2h25 - Année de production : 2008

Date de sortie cinéma : 25 Mars 2009

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

John Woo
John Woo
Tony Leung (Tony Leung Chiu Wai)
Takeshi Kaneshiro
Zhang Fengyi
Proposer un fond d'écran »

Les Trois royaumes, le film

  • Les Trois royaumes

    Synopsis

    En 208 après J.-C., l'empereur Han Xiandi règne sur la Chine pourtant divisée en trois royaumes rivaux. L'ambitieux Premier ministre Cao Cao rêve de s'installer sur le trône d'un empire unifié, et se sert de Han Xiandi pour mener une guerre sans merci contre Shu, le royaume du sud-ouest dirigé par l'oncle de l'empereur, Liu Bei. Liu Bei dépêche Zhuge Liang, son conseiller militaire, comme émissaire au royaume de Wu pour tenter de convaincre le roi Sun Quan d'unir ses forces aux siennes. A Wu, Zhuge Liang rencontre le vice-roi Zhou Yu. Très vite, les deux hommes deviennent amis et concluent un pacte d'alliance.
    br /> Furieux d'apprendre que les deux royaumes se sont alliés, Cao Cao envoie une force de 800 000 soldats et 2 000 bateaux pour les écraser. L'armée campe dans la Forêt du Corbeau, de l'autre côté du fleuve Yangtze qui borde la Falaise Rouge où sont installés les alliés. Face à l'écrasante supériorité logistique de Cao Cao, le combat semble joué d'avance, mais Zhou Yu et Zhuge Liang ne sont pas décidés à se laisser faire... Dans un déluge de puissance et de génie tactique, la bataille de la Falaise Rouge va rester comme la plus célèbre de l'Histoire et changer le destin de la Chine pour toujours.

  • Les Trois Royaumes, le grand retour de John Woo

    5 ans après Paycheck, l’aboutissement raté de sa carrière hollywoodienne, John Woo est de retour dans son pays natal pour une grande fresque guerrière et épique, les Trois Royaumes. Sorti en Asie en deux parties pour une durée totale de plus de 4h, il arrive en Europe dans une version condensée de… 2h30 ! Les  Trois Royaumes donne dans la démesure : film en langue chinoise le plus cher de l’histoire (80 M$), meilleur démarrage d’un film en Chine (10 M€ de recettes en 4 jours), huit mois de tournage, des milliers de figurants… Le tout au service de l’adaptation d’un classique de la littérature asiatique du XIIIeme siècle et qui retrace l’histoire conflictuelle entre trois royaumes au début de notre ère.

    Les trois royaumes, le film
    Les Trois Royaumes s’articulent autour de trois grandes batailles - la dernière, celle de la Falaise Rouge, dantesque et navale, donnant son titre anglais au film. Le film est bien plus qu’un simple film médiéval avec combats homériques (Troie version Asie !) et spectacle pyrotechnique numérique (non, 800.000 soldats n’ont pas été réquisitionnés pour le film, pas plus que 2000 bateaux construits, la magie de l’ordinateur est là pour ça !). Il est aussi question d’amour, de soif de pouvoir et de sagesse (ah quoi de plus zen que la cérémonie du thé !)

    Une chose est sure : le saucissonnage imposé à cette fresque par des distributeurs frileux n’aide pas à la fluidité de l’intrigue et nuit même gravement à la complexité des stratégies guerrières (qui se résument ici à deviner ce que va penser l’adversaire avant même que celui-ci ne l’ait clairement formulé ou à savoir lire dans les nuages le sens du vent). On sent parfois très grossièrement les coupes, on est atterré par l’idée de la voix off en … anglais (si si) pour relier les différentes ellipses, on est déçu de constater que même les personnages principaux restent plus des archétypes caricaturaux que des êtres véritablement complexes (le fidèle Tony Leung ou Takeshi Kaneshiro font ce qu’ils peuvent avec leurs rôles), on sourit parfois à l’emphase de certains dialogues qui se veulent éminemment philosophiques et qui se révèlent surtout pompeux.

    Les trois royaumes, le film
    On n’est pas vraiment étonné non plus en voyant ressurgir les thèmes fétiches et les obsessions récurrentes de Woo : la force de l’amitié virile (qui s’applique parfaitement aux codes de la chevalerie), l’aspect mélodramatique très poussé (l’amour d’une femme peut conduire les hommes aux pires extrémités !), la présence de la colombe (de la paix ?), la scène de braquage mutuel  (les sabres remplacent ici les flingues) et évidemment les ralentis. Ne manquent finalement que les faux semblants des masques même si l’un des personnages féminins s’essaie à l’espionnage (elle n’endosse pas de masque, juste l’uniforme de l’ennemi)

    Il reste évidemment les scènes de bataille, chorégraphiées de façon assez hallucinante (même si Woo a du mal à en saisir l’ampleur en se contentant soi d’un Scope trop large soit d’un montage saccadé trop clippesque) et parfaitement lisibles malgré leur densité. La photographie est superbe, les décors assez magistraux, le duel musical et métaphorique est sans doute le moment le plus fort et le plus poétique du film, cela devrait sans forcer contenter les fans de ce genre de films ou les aficionados de Woo ; pour les autres on est plus que tenté de leur conseiller d’attendre la sortie du DVD pour juger de la version longue intégrale qui a recueilli d’excellentes critiques à sa sortie en Asie.

    Emmanuel Pujol

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Tony Leung (Tony Leung Chiu Wai)Zhou Yu
    Takeshi KaneshiroZhuge Liang
    Zhang FengyiCao Cao
    Chang ChenSun Quan
    Hu JunZhao Yun / Zhao Zilong
    Yong YouLiu Bei
    Hou YongLu Su
    Tong DaiweiSun Shucai
    Ba Sen Zha BuGuan Yu
    Zang JingshengZhang Fei
    Zhang ShanHuang Cai
    Wang HuiCao Hong
    Xie GangHua Tuo
    Shi Xiao HongJiang Gan
  • Xu Feng NianZhang Liao
    Hu Xiao GuangXia Hou Jun
    Wang NingL'empereur Han
    Wang Quing XiangKong Rong
    He YinDame Mi
    Ye HuaTian Tian
    Chun Sun
    Shido NakamuraGan Ning
    Jun HuZhao Yun
    Jiang TongLi Tong
    Dawei TongSun Shucai
  • LISTE TECHNIQUE
    John Woo
    Wei ZhaoSun Shangxiang
    Chiling LinXiao Qiao
    Song JiaLi Ji
    Guo ChaoYue Jin
    Ma JingWei Ben
    Yi ZhenCai Mao
    Han Sanping
    Masato Matsuura
    Wu Kebo
    Ryuhei Chiba
    Chin-Wen Huang
    Wootaek Kim
    Jeonghun Ryu
  • John Woo
    Hu Xiaofeng
    Rick Nathanson
    Anne Woo
    Yeh Jufeng
    Cheri Yeung
    Wang Wei
    Daxing Zhang
    John Woo
    Khan Chan
    Kuo Chang
    Sheng Heyu
    Kuo Cheng
    Yue Lu
    Timmy Yip
  • Zhang Li
    Angie Lam
    Yang Hongyu
    Robert A. Feretti
    Craig Hayes
    François Frey
    Sophie Martins
    Olivia Malka
    Tarô Iwashiro

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Les Trois royaumes »


  •  le 17 Mai 2009 par

    Culturellement, c'est vrai, l'Asie est à des lieues du monde Occidental. Est-ce une raison pour saccager les oeuvres qui en viennent, pratique courante et exclusive au cinéma, où les distributeurs croient faire au mieux en tranchant à même la pellicule au mépris de la cohérence du film et du travail de toute une équipe ? Peut-on imaginer repeindre sur un tableau de Wang Shyian ou y découper certains motifs sous le prétexte que la vieille Europe n'y comprendrait goutte ? Et pourtant, la dernière oeuvre gigantesque (plus de 4 heures et deux volets, à l'origine) de John Woo, pour un retour aux sources salvateur après une période hollywoodienne en demi-teintes, a subi ce qu'on peut appeler du sabotage artistique.

    Difficile effectivement de cerner certaines séquences des 3 Royaumes, considérablement élaguées au montage, comme ce combat à la stratégie impressionnante, où le nombre de soldats augmente ou diminue dans chaque camp, en ayant la plus grande peine à les distinguer. Délicats également ces transitions abruptes, un montage parfois confus. Mais à qui adresser ces reproches ?

    Car le travail de Woo tel qu'on l'a connu dans ses premières oeuvres mémorables (Une balle dans la tête, le Syndicat du crime, et son chef-d'oeuvre, The Killer), transparaît ici, dénué de tout ce salmigondis américain qui empoisonnait ses bonnes intentions : mise en scène aérienne et inspirée, thématiques fétiches reprises à leurs fondations mythologiques (de tous les motifs woo-iens, il ne manque que l'église, même si plusieurs autels apparaissent ici ou là). Rien ne manque finalement pour faire de ces 3 Royaumes un film épique comme on n'en avait pas vu depuis longtemps, faisant la part belle aux stratégies guerrières. Peut-être trop d'ailleurs, les relations humaines étant souvent mises au second plan, mais là encore, il faudrait voir la version chinoise pour statuer sur la responsabilité de ce défaut - minime.

    Avec un casting de premier ordre (le toujours fantastique, au charisme et à la nostalgie naturels, Tony Leung), des effets spéciaux bien intégrés à la 'ruralité' du tournage, John Woo réussit, quoi qu'il en soit, son retour en grâce. Parfois en difficulté sur les scènes de batailles, le réalisateur se rattrape par une formidable inventivité. Il n'y a plus qu'à attendre une édition DVD reprenant le film dans sa version première pour décider définitivement de le ranger à côté de quelques Kurosawa, et de ses premiers classiques.

Les discussions sur le forum a propos de Les Trois royaumes



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Les Trois royaumes


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .