Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Les nerfs à vif

Note : 4/5.0 - 2 avis

Titre VO : Cape Fear

Un film de Martin Scorsese avec Robert De Niro , Nick Nolte , Joe Don Baker , Robert Mitchum , Gregory Peck

Genre : thriller - Durée : 2h08 - Année de production : 1991

Date de sortie cinéma : 18 Mars 1992

Martin Scorsese
Martin Scorsese
Robert De Niro
Robert De Niro
Nick Nolte
Nick Nolte
Joe Don Baker
Robert Mitchum
Gregory Peck

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Les nerfs à vif, le film

  • Les nerfs à vif

    Synopsis

    Condamné à 14 années de prison pour viol et voie de fait sur une mineure, Max Cady n'a jamais pardonné à son avocat Sam Bowden de l'avoir abandonné. Tout au long de sa peine, il s'est employé à discipliner son corps et son esprit, se fixant pour unique but de chatier Bowden, de briser les siens. Et aujourd'hui, Max Cady est libre...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Robert De NiroMax Cady
    Nick NolteSam J. Bowden
    Joe Don BakerClaude Kersek, le détective privé
    Robert MitchumLe lieutenant Elgart
    Gregory PeckLee Heller
    Martin BalsamLe juge
    Fred Thompson (comme Fred Dalton Thompson)Tom Broadbent
    Edgar Allan Poe IVPrisoner
    Antoni CoroneCorrections Officer
    Roger PrettoRacquetball Colleague
    Parris BucknerRacquetball Colleague
    Will KnickerbockerDetective
    Billy D. LucasBig Man #2
    Ken CollinsBig Man #3
  • Charles ScorseseFruitstand Customer
  • LISTE TECHNIQUE
    Martin Scorsese
    Jessica LangeLeigh Bowden
    Juliette LewisDanielle Bowden
    Illeana DouglasLori Davis
    Zuly MonteroGraciella
    Tamara JonesIce Cream Cashier
    Jody WilsonParade Watcher
    C.C. CostiganWaitress
    Domenica Cameron-ScorseseDanny's Girlfriend
    Catherine ScorseseFruitstand Customer
    Jackie DavisJimmy the Dockmaster
    Esther RolleWoman Watching Cady Get Out from Under the Car
    Steven Spielberg
    Barbara De Fina
  • Kathleen Kennedy
    Frank Marshall
    James R. Webb
    Wesley Strick
    John D. MacDonald
    Skip Lievsay
    Robert Stromberg
    Freddie Francis
    Thelma Schoonmaker
    Henry Bumstead
    Saul Bass
    Elmer Bernstein

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Les nerfs à vif »


  •  le 21 Août 2007 par

    Vous connaissez la série des « Martine » ? « Martine va à la plage », « Martine sur son vélo », « Martine va pêcher »... Voici aujourd'hui « Martin tourne le remake de Cape Fear ». Martin, qui n'a plus ses couettes ni sa robe rouge mais arbore une barbe de quinquagénaire endurci et une filmographie longue comme un septennat, se lance dans sa première « reprise » avec un enthousiasme juvénile. Il a même récupéré les deux acteurs originaux, Robert Mitchum et Grégory Peck, et leur a trouvé un petit rôle sympa pour l'occasion avec renversement des valeurs ! Sur le papier, l'histoire reste la même : un avocat pas irréprochable voit sortir de prison le violeur qu'il devait jadis défendre mais qu'il a contribué à faire plonger. Max Cady, puisque c'est le nom de ce dernier, a passé toutes ces années à méditer sur la cruauté du sort, et est bien décidé à se faire le bonhomme et toute sa petite famille par l'occasion. Et comme le titre français du film le laisse sous-entendre, ça ne va pas être un thé dansant. Succéder à Robert Mitchum, particulièrement flippant dans le rôle du psychopathe trente ans plus tôt, n'était pas une mince affaire. Oui, mais c'est Robert De Niro qui s'y colle. Et il en veut, le Bob : tatoué de partout, musculeux, le cheveux mi-long et gras, les fringues criardes et une grosse nervosité à fleur de peau. Ce n'est plus un criminel endurci, c'est l'antéchrist en personne. Il résiste à tout : aux coups de batte, aux coups de feu, au feu, à la noyade... En face, forcément ça joue petit bras : Juliette Lewis apporte une dimension stupéfiante à son rôle d'ado séduite par le mal (face à face d'anthologie avec le Bob sur une scène de théâtre) mais Jessica Lange et surtout Nick Nolte sont transparents. Aïe, Nick Nolte... Un brave gars, mais pas un acteur scorsésien. Harvey Keitel n'était pas dispo ? Et puis Martin, il n'en ferait pas trop des fois (« Martine charge la mule », à paraître bientôt aux éditions plomb) ? Réalisation hyperchargée, filtres de couleurs à faire imploser un caméléon adulte, contre-plongées surréalistes, il sait que le scénario n'est pas épais alors il se lâche. Du coup, le film est plutôt drôle (au premier degré, il n'est de toutes façons pas crédible) et pas mal bancal. Mal à l'aise dans le copier-coller et trop fantaisiste dans la prise de distance, Scorsese ne hisse pas « Les nerfs à vif » au niveau voulu. Robert De Niro par contre, si. Profitez-en, c'est un de ses derniers grands rôles.

  •  le 13 Mars 2007 par

    Les nerfs à vif, remake d'un film de Jack Lee Thompson (62) avec Peck et Mitchum (faisant ici des apparitions-hommage), constitue le film le moins aimé des aficionados de Scorsese. Pour cause, le film lui est commandé, après un troc avec Spielberg, Scorsese lui refilant le scénario d'un film intitulé «la liste de Schindler» (vous connaissez?). Pourtant, Cape fear est tout à fait scorsesien. Comme dans la Bible, Marty joue sur les clichés, les caricatures pour mieux atteindre le concept, l'abstrait. Le film ne se joue donc pas à un niveau intradiégétique, mais dans un domaine au-delà des images, comme une espèce de nouvelle caverne de Platon. Bob DeNiro surjoue et se parodie lui-même (»c'est moi que tu m'naces?») pour incarner une idée de l'ange exterminateur (ou purificateur, selon le point de vue) anti-réaliste, bien entendu. Scorsese nous montre qu'on est au cinéma, via une mise en abyme dans la scène du théâtre, rendant transparente la vocation du film à métaphoriser (le grand méchant loup de la pièce répétée par la fille). De plus, Scorsese outre sa réalisation, amenant ses plans aux limites du fantastique, et déchire le rideau qui sépare le film des spectateurs (la toile, quoi) : on le voit dans ce plan où Max Cady arrive du fond de l'image, flou, venant s'écraser sur l'écran, faisant surgir chez le spectateur cette peur ancestrale au cinéma, telle qu'elle a été ressenti lors de la projection d'Un train arrivant en gare de LaCiotat. Tous les codes sont bousculés, si bien qu'un réseau inconnu se crée, entre l'image et son sens, entre le remake et l'original (récupération de la partition originale), entre le cinéma, la littérature et la religion (références à Nietzsche, Confucius, Dante, Job, Henry Miller). scorsese, ou l'art et la manière de faire avec de la boue, de l'or.

Les discussions sur le forum a propos de Les nerfs à vif



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Les nerfs à vif


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .