Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Les Beaux gosses

Note : 4/5.0 - 2 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Les Beaux Gosses

Un film de Riad Sattouf avec Vincent Lacoste , Anthony Sonigo , Joann Sfar , Baptiste Huet , Simon Barbier

Genre : comédie - Durée : 1h30 - Année de production : 2009

Date de sortie cinéma : 10 Juin 2009

Distributeur :

Riad Sattouf
Riad Sattouf
Vincent Lacoste
Vincent Lacoste
Anthony Sonigo
Anthony Sonigo
Joann Sfar
Proposer un fond d'écran »

Les Beaux gosses, le film

  • Les Beaux gosses

    Synopsis

    Hervé, 14 ans, est un ado moyen. Débordé par ses pulsions, ingrat physiquement et moyennement malin, il vit seul avec sa mère.
    Au collège, il s'en sort à peu près, entouré par ses bons copains.
    Sortir avec une fille, voilà qui mobilise toute sa pensée. Hélas, dans ce domaine, il accumule râteau sur râteau, sans toutefois se démonter.
    Un jour, sans très bien comprendre comment, il se retrouve dans la situation de plaire à Aurore, l'une des plus jolies filles de sa classe.
    Malgré des avances de plus en plus évidentes, Hervé, un peu nigaud, ne se rend compte de rien.
    Quand enfin il en prend conscience, Aurore refuse de sortir avec lui. Puis, sans prévenir, elle se jette dans ses bras.
    Enfin, il sort avec une fille !
    Grand amateur de branlettes et de films X, Camel, son meilleur ami, convainc Hervé d'essayer de coucher avec sa copine.
    Devant son copain, Hervé se vante de sa virilité, mais quand il est avec Aurore, c'est une autre affaire...

  • Les beaux gosses, un teen-movie made in France réjouissant

    Vous êtes un habitué de Fluide Glacial, vous feuilletez parfois Libération ou Technikart ? Alors il y a de grandes chances que vous soyez déjà tombés sur les cases caustiques de Riad Sattouf, prolixe auteur de B.D., fin observateur de l’âge ingrat, l’adolescence. De Manuel du Puceau à Retour au collège en passant par son anti-héros Pascal Brutal, il a prouvé sa connaissance du sujet. Il décide aujourd’hui de franchir le cap et de traiter de son thème fétiche sur grand écran.

    Mais, loin de simplement calquer son savoir faire crayon en main sur un bout de pellicule, ce sale gosse de Riad Sattouf démontre une vraie patte de réalisateur, une sympathique empathie avec ses personnages (jamais de mépris, beaucoup de tendresse) et une maitrise de la caméra parfaite malgré un argument scénaristique ténu (on suit Hervé, un gentil loser qui rêve de « serrer »). Sans temps mort, Riad Sattouf privilégie l’observation mi-naturaliste mi-fantaisiste de cette faune étrange aux expressions obscures et à l’unique obsession - sexuelle (surtout chez les mâles de l’espèce). Le tout à travers une succession de saynètes efficaces et drolatiques de moments-clés classiques (la boom, la cantine, le cours de bio, … j’en passe des vertes et des plus salaces).

    Les beaux gosses, c’est quoi ? C’est un titre volontairement ironique, les protagonistes du film étant plutôt coincés, boutonneux, affublés d’appareils dentaires aussi peu esthétiques que leurs fringues (dont un fabuleux pull jacquard). C’est aussi un plan d’ouverture qui annonce tout de suite la couleur : un baiser. Romantique ? Langoureux ? Que nenni : maladroit, baveux mais tellement vrai ! Car le film rappellera forcément des souvenirs (plutôt douloureux) d’une époque pas vraiment bénie que tout adulte normalement constitué aura traversé avec des hauts (rarement) et des bas (souvent) et surtout des souvenirs et des anecdotes à foison.

    Les beaux gosses, le film
    La force de Riad Sattouf, c’est aussi de ne pas précisément situer temporellement son film (contrairement au récent, trop modeux et consensuel LOL) : pas de SMS à outrance, les nouvelles technos juste évoquées (notamment un site Internet mamanchaudasse.com qui donne l’occasion de voir Valeria Golino comme on ne l’a jamais vu … je n’en dis pas plus), un décor banal (Rennes), une musique décalée (des bits électros basiques et lancinants). Ici, pas de gravures de mode ou de racailles, juste des enfants normaux avec ce qu’il faut d’excès et de caricature (on sent la pointe acérée de l’auteur). Le réalisateur a ostensiblement mélangé ses propres souvenirs (pas si vieux que ça, il a à peine 30 ans) et ceux de ses comédiens amateurs, tous justes et dans le ton. Et que dire des acteurs professionnels (et adultes) qui s’en donnent à cœur joie, de Noémie Lvovsky hilarante en mère dépressive, intrusive et protectrice à Emmanuelle Devos en proviseur psychorigide en passant par Irène Jacob en fantasme incarné posant pour des catalogues de vente par correspondance (fort utilisés pour une pratique très répandue chez les adolescents et dont le fruit termine ici systématiquement au fond d’une chaussette…)

    Les beaux gosses, le film
    Les Beaux Gosses, c’est aussi et surtout la preuve qu’en France, on peut être aussi drôle, cru et impertinent que dans un teen-movie américain en y ajoutant une étude de mœurs intelligente et sensible. Même la fin ne se noie pas dans un happy-end sirupeux ou un clin d’œil lourdaud : la vie continue, simplement. De répliques appelées à devenir cultes en passant par des détails décalés et tordants (un exemple ? Le distributeur de … bananes) sans oublier des personnages attachants, maladroits et haut-en-couleur, le film est un concentré d’humour et presque nostalgique de ce passage obligé entre l’enfance et l’âge adulte. Les beaux gosses ? Du kif, grave !

    Emmanuel Pujol

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Vincent LacosteHervé
    Anthony SonigoCamel
    Joann SfarLe Prof de philosophie
    Baptiste HuetLoïc
    Simon BarbierNicolas
    Irwan BordjiAnas
    Robin DuvergerBenjamin
    Louis BankowskyGoulven
    Victorien RollandWulfran
    Yanis Ait-AliMahmoude
    Yannig Samotle père d'Anas
    Hassan Guerrar (François Hassan Guerrar)le père de Camel
    Jean-Pierre Haigneréun prof
    Jeannick Gravelinesun serveur
  • Lewis TrondheimLe Prof de maths
    Christophe VandeveldeLe père d'Hervé
    Léopold SimaltyLe 2ème prof de biologie
    Robin Nizan-DuvergerBenjamin
    Simon Barbery
    Riad Sattoufvoice on radio advert
  • LISTE TECHNIQUE
    Riad Sattouf
    Alice TremolièresAurore
    Julie ScheiblingLaura
    Camille AndreysMeryl
    Noémie Lvovskyla mère d'Hervé
    Irène Jacobla mère d'Aurore
    Emmanuelle DevosLa directrice
    Valeria Golinola fille de la vidéo
    Marjane SatrapiLa vendeuse de magasin de musique
    Loreleï ChenetMégane
    Sihem NamaniSadia
    Salomé DurchonNolwenn
    Anne-Dominique Toussaint
    Riad Sattouf
  • Marc Syrigas
    Marie Cheminal
    Jean-Jacques Albert
    Dominique Colin
    Virginie Bruant
    Hassan Guerrar (François Hassan Guerrar)
    Charlotte Tourret
    Bérengère Maisons
    Riad Sattouf
    Flairs

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Les Beaux gosses »


  •  le 29 Juin 2009 par

    Hey beau gosse ! Encore des règles de la société, ... dire que tel personne est belle ou laide, qui sommes-nous, misérables humains destructeurs pour juger qui que ce soit sur son physique ou sa façon d'être ? Nous sommes rentré malgré nous dans un moule qui est impossible à défaire, ce sont les durs lois de l'humain, qui resteront probablement comme ça ... à jamais. Chacun porte son jugement sur n'importe qui, sans pour autant connaître la personne, alors que faire pour changer ça ? Riad Sattouf met en avant des beaux gosses ? Oui, de façon ironique bien évidemment, ces jeunes mis en avant, se font frappés par les mecs, insultés par les filles qui en profitent également pour les faire tourner en ridicule. ( C'est machiavélique une fille, c'est bien connu ). Insultés de moche au fur et à mesure du temps, ces jeunes ados ne se laissent pas morfondre pour autant, et continuent leur perpétuelle avancée vers le chemin de l'homme viril. Problèmes de jeunes, les filles, les expériences nouvelles, tout y passe ou presque pour Vincent Lacoste et Anthony Sonigo. Ne serais-ce pas cependant un petit moment de nostalgie pour le réalisateur Riad Sattouf ? Ne nous parle t-il pas de sa propre expérience ? En tout cas, on apprécie ce côté éloigné de "American Pie", très américain, plus lourd qu'autre chose au final. "Les Beaux gosses" reste dans le simple, ce qui nous fait passer un bon moment de détente, avec du rire, et pour certains, on a une petite pensée pour des amis qui sont comme Hervé et Camel, ce qui rajoute une bonne dose de rire, mais pas de moquerie ! Ce film qui parle de jeunes fut une bonne surprise, très inattendue donc très agréable !

  •  le 15 Juin 2009 par

    Même si Les Beaux gosses se rapproche plus d'american pie que de virgin suicides, le réalisateur réussi à capter les différentes étapes du début de l'adolescence avec toute ses contradictions et ses rebellions. Les détails sont très pertinents et assez bien vu, les professeurs sont assez caricaturaux mais très drôles comme la plupart des élèves. Enfin l'atout majeur du film est le manque de beauté des acteurs qui nous rappele nous petites têtes et nos vétements à cet âge là. Un film à découvrir car on passe un vrai bon moment.

Les discussions sur le forum a propos de Les Beaux gosses



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Les Beaux gosses


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .