Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Le Royaume

Note : 4/5.0 - 3 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : The Kingdom

Un film de Peter Berg avec Jamie Foxx , Chris Cooper , Jason Bateman , Andrew Esposito , Trevor St. John

Genre : drame - Durée : 1h50 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 31 Octobre 2007

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Peter Berg
Jamie Foxx
Chris Cooper
Jason Bateman
Jason Bateman
Proposer un fond d'écran »

Le Royaume, le film

  • Le Royaume

    Synopsis

    Une enquête est menée pour traquer des terroristes, suite à un attentat contre des civils américains au Moyen-Orient.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jamie FoxxRonald Fleury
    Chris CooperGrant Sykes
    Jason BatemanAdam Leavitt
    Andrew EspositoBig Wheel
    Trevor St. JohnEarl Ripon
    Amy HunterLyla Fleury
    Tom BresnahanRex Burr
    Aaron Michael Laceyun agent secret
    Ali SulimanSergent Haytham
    Jeremy PivenDamon Schmidt
    Richard JenkinsJames Grace
    Tj BurnettKevin Fleury
    Ashraf BarhomColonel Al-Ghazi
    Brian MulliganMabahith
  • Brody M. TardyTeddy Manner
    Hrach TitizianSergent Fadi
    Schuster Vanceun agent du FBI
    Brian Mahoneyle lanceur
    Ahmed Badranle fils de 35 ans
    Nick Faltasle père de Haytham
    Uri GavrielIzz Al Din
    Damian Fosterle chauffeur de Haytham
    Raad Rawile Prince Thamer
    Mahmoud Saïdle Général Al Abdulmalik
    Danny HustonGideon Young
    Peter BergUn agent du FBI
    Ronald ReaganLui-même (images d'archives - non crédité)
    George BushLui-même (images d'archives - non crédité)
    Sala BakerUn kidnappeur
  • Robin Atkin DownesUn reporter (non crédité)
    Byron BrowneUn joueur de baseball (non crédité)
    Colin PowellLui-même (images d'archives - non crédité)
    Stephen BishopPilote
    Kyle ChandlerFrancis Manner
    Kevin BriefWhite man in Range Rover
    Merik Tadros
    Nito LariozaAssassin Car Shooter
    Andrew AstorBig Wheel
    Elie Khoury
    Anthony MartinsMercedes Backseat Shooter
    Ravi DevineniAl Ghazi Security
    Lanny RethaberWash., D.C. lobbyist
    Ahmed Al-IbrahimGang leader, internet caffee
    Amir Mahmoud8-year old grandson
  • Andrew StirlingAmerican facility resident
    Ara BoghosianSaudi Security Driver
    Anthony BurchHighway Patrolman
    Anthony BatarseInner Circle
    Anthony CasanovaSoftball Dad
    Bob HuffAgent du fbi
    Damien WeimerSuicide Bomb survivor
    Daniel BarriosSuicide Bomb Survivor
    Louie Vergara
    Rami Najjar
    Merek Browne
    Michael LeDesma
    Michael Clossin
    Roderick LeDesma
    Ronald Axell
  • Sam Georges Saïd
    Ryan Weaver
    Saleem Hassan Erakat
    Jett AlexanderElementary School Student
    Jimmy Flowers
  • LISTE TECHNIQUE
    Peter Berg
    Jennifer GarnerJanet Mayes
    Kelly AuCoinEllis Leach
    Brooke LangtonGlenda Manner
    Frances FisherElaine Flowers
    Minka KellyMs Ross
    Kavita Parbhakarla mère de Taylor
    Taylor Hogueelle-même
    Sidney OrtizBadran
    Ashley ScottJanine Ripon
    Sarah HunleyMaddy Ripon
    Yasmine HananiAunt
    Aspen OttAmerican Child
    Christina LeighBombing victim at American facility in the Middle East
  • Molly Gum
    Hope Fogle
    Mary Parent
    Sarah Aubrey
    John Cameron (II)
    Dylan Clark
    Steven P. Saeta
    Maria Williams
    Matthew Michael Carnahan
    Mauro Fiore
    Colby Parker Jr.
    Kevin Stitt
    Tom Duffield
    Phil Neilson
    Muriel Kintzinger
  • Anne Sophie Nguyen Phung
    Danny Elfman

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Le Royaume »


  •  le 18 Avril 2009 par

    Très bon film d'action sur le milieu terroriste. Alors oui Hollywood a la fâcheuse tendance de transformer en "entertainment" tous sujets d'actualité. Alors oui les producteurs américains n'hésitent pas à enfiler leurs gros sabots pour mettre les pieds dans le plat sans soucis de voir ce qu'ils éclaboussent. Mais parfois un plus malin (intelligent ?) s'approprie un sujet et le traite sans prendre les spectateurs pour des abrutis. On aurait pu avoir droit à l'américanisme triomphant, à la stigmatisation du monde musulman, à une prise de position pour l'intervention US dans d'autres pays, à des images saturées de gadgets et d'effets numériques... Eh bien non, sous ses airs d'énième film d'action, ce film pointe sans parti pris les conséquences d'un attentat (celui du film est glaçant et on peut se demander si ce n’est pas donner de mauvaises bonnes idées à des terroristes qui n’en ont pas besoin), les méthodes d'enquête, les agissements politiques, l'ambiguïté des rapports Arabie / USA (très bon générique de début), sans partis pro américain ou anti intégrisme car les images parlent d'elles mêmes. Et la toute fin nous prouve une ultime fois la volonté d'éviter au maxi tout manichéisme.

  •  le 22 Janvier 2008 par

    Le premier satisfecit provient pour ce film de l'introduction qui est pour une fois utilisée avec intelligence pour faire passer des messages, le tout avec une inventivité dans le traitement qui plante tout de suite le décor. Ce n'est donc pas une plaidoirie pan-américaine et manichéenne de plus contre le terrorisme. Allant plus loin dans le détail que la majeure partie des médias sur les relations existantes entre Etats-Unis et Arabie Saoudite, Peter Berg traite le sujet sans ambages, avec une vision plutôt européenne de son sujet. Il montre de façon tout à fait liminale comment les étiquettes que l'on aime à coller sur les peuples peuvent être ridicules. D'ailleurs, en parlant d'étiquettes il serait bien difficile de dire à quel genre cinématographique appartient «Le Royaume». Ce n'est pas un antépénultième film d'action car celle ci n'est pas traitée avec esthétisme; la violence montrée par le réalisateur n'est pas gratuite mais se veut froidement et cruellement réaliste. Ce n'est pas non plus une diatribe contre la politique extérieure américaine car au fil du film le spectateur, avec son propre acquis intellectuel, n'est pas réellement influencé et se voit libre de prendre parti. Le secret c'est qu'il n'y a pas de classement à faire mais un but à suivre.

    Pour une fois chacun pourra goûter cette impression, expurgée d'élitisme, qu'on s'adresse enfin à son cerveau. Puisque le réalisateur n'a pas de parti pris, on entrevoit avec sagacité la complexité crée par le jeu des relations internationales et on touche du doigt la profondeur du sacerdoce que constitue la lutte contre le terrorisme. Que ce soit au niveau diplomatique, économique ou religieux, rien ne coule de source et tout jugement hâtif est brocardé comme fortuit. En prenant comme point de départ l'élucidation d'un attentat on découvre les sphères d'influence et la réalité du terrain à un point tel que cela en devient presque tautologique.

    Il reste une efficacité visuelle avec des images qui marquent dans une première partie enlevée. Le cadrage y met en relief les espaces et se place au plus près des acteurs. La caméra à l'épaule et le montage servent une nervosité et une fébrilité qui transpirent le réel. On sent bien la différence avec une seconde partie pleine de force dans la description de cette lutte de pouvoirs à tous les échelons. Du coup on évite la redondance et on en ressort avec une transformation interne de la pensée permise par le relief initié. S'en suit une prise de recul accompagnée de la matière nécessaire pour continuer sa propre réflexion.

    Côté acteur cela reste sobre. Jamie Foxx continue sur sa bonne lancée et convainc sans en rajouter, loin des héros impavides souvent omniprésents dans les précédentes tentatives américaines d'évocation du terrorisme . Jennifer Garner n'est pas franchement utilisée et en comparaison de son registre habituel on la trouve même légèrement cacochyme. Quelques seconds rôles donnent de l'allant à l'ensemble et une pincée d'intérêt instiguée par leurs différences. Mais ce n'est clairement pas un film qui vise à mettre en valeur une performance d'acteur. En effet le but n'est pas de se rendre compte qu'il s'agit d'un scénario joué mais plutôt de faire vivre au spectateur une expérience de vérité. Même si le réalisateur n'a pas de prétention d'omniscience il est prodigue à fournir des clefs. A la fin il insiste même sur la difficulté de la maîtriser de ses actes mise en rapport avec la casualité de l'animalité induite par la nature humaine. Cette dernière réflexion reste minoritaire mais donne une dimension supplémentaire à un propos largement maîtrisé sous la régence de Berg.

  •  le 28 Novembre 2007 par

    Réalisateur encore jeune, Peter Berg est le genre de mec capable de tout. Traverser des genres et des univers diamétralement opposés. Réaliser un très bon film puis un gros navet. C'est dire si du Royaume avait un délicieux parfum de doute : alors, du lard ou du cochon? Du bourrin idéologiquement limite ou du politique à neurones? On se situe assurément entre les deux, mais les points positifs l'emportent assez largement sur les quelques défauts assez pardonnables du film. Le fan d'action pure ou l'admirateur des fabuleux Fils de l'homme pourront être un brin déçus par le léger manque d'adrénaline du film de Berg. Ce n'est pas que les scènes d'action soient ratées, mais on sent bien que la tension n'est pas à son paroxysme, que l'on aurait pu aller plus loin dans la paranoia et la terreur. Car c'est l'un des questionnements principaux du film : comment combattre des adversaires qui se moquent bien de mourir? Que faire pour contraindre les kamikazes à ne pas se faire exploser? S'il y avait des solutions toutes faites, cela se saurait ; mais il y avait au moins moyen de faire vivre pleinement les craintes permanentes des protagonistes du film. Plus tactique que politique, Le Royaume ne s'encombre pas d'un propos sociologique important, se souciant davantage des méthodes employées par les agents du FBI pour pousser plus loin leurs enquêtes, mieux comprendre qui sont leurs adversaires et pourquoi, cerner les motivations et les craintes de chacun. C'est dans cette approche très humaine que le film trouve sa voie, notamment à travers deux personnages de militaires saoudiens présents pour aider les forces américaines. Leur destin et leur traitement fait un peu penser aux thématiques favorites d'Edward Zwick, roi du divertissement vaguement politique, mais surtout peintre des relations entre les peuples à travers une histoire d'amitié forte et inarrêtable. Et puis il y a cette fin, et ces quelques répliques en l'air qui pourraient bien tout remettre en question. Le Royaume n'a rien d'un film shyamalanesque mais gagne sans doute à être revu, la seconde vision apportant certainement un point de vue légèrement décalé et absolument indispensable. Peter Berg a en tout cas réussi son pari dans les grandes lignes, faisant du Royaume un divertissement pas idiot, pas de ceux que l'on balance aux oubliettes après les avoir vus.

Les discussions sur le forum a propos de Le Royaume



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Le Royaume


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .