Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Le bal des vampires

Note : 4.3/5.0 - 3 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : The Fearless Vampire Killers

Un film avec Jack MacGowran , Ferdinand Mayne (Ferdy Mayne) , Ronald Lacey , Otto Diamant , Andreas Malandrinos

Genre : comédie - Durée : 1h48 - Année de production : 1967

Date de sortie cinéma : 13 Février 1968

Distributeur :

Jack MacGowran
Ferdinand Mayne (Ferdy Mayne)
Ronald Lacey
Otto Diamant
Proposer un fond d'écran »

Le bal des vampires, le film

  • Le bal des vampires

    Synopsis

    Le Professeur Abronsius et son assistant Alfred viennent traquer le vampire au fin fond de la Transylvanie. La fille de l'aubergiste chez qui ils échouent est enlevée. En suivant sa trace, Abronsius et Alfred aboutissent au château du comte von Krolock, qui prépare le bal annuel des vampires...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jack MacGowranProfesseur Abronsius
    Ferdinand Mayne (Ferdy Mayne)Le Comte Von Krolock
    Ronald LaceyL'idiot du village
    Otto DiamantBûcheron
    Andreas MalandrinosBûcheron
    Alfie BassShagal
    Iain QuarrierHerbert von Krolock
    Terry DownesKoukol
    Sydney BromleyConducteur de traîneau
    Matthew WaltersBûcheron
  • LISTE TECHNIQUE
    Roman Polanski
    Sharon TateSarah Shagal
    Jessie RobinsRebecca Shagal
    Fiona LewisMagda
    Martin Ransohoff
    Gérard Brach
    Alastair McIntyre
    Fred Carter
    Sophie Devine
    Douglas Slocombe
    Wilfred Shingleton
    Krzysztof Komeda

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Le bal des vampires »


  •  le 05 Juin 2007 par

    Voici un film un peu à part dans la filmographie de Polanski. Le bal des vampires, que l’on peut qualifier de comédie d’horreur, se situe entre trois films très sombres que sont REPULSION, CUL DE SAC et le plus connu, ROSEMARY’S BABY. On ne peut s’empêcher de faire le parallèle entre ce film et les films de Dracula où en cette fin des années 60, Dracula était le personnage central des productions de la HAMMER. Polanski n’hésite pas à parodier sans concessions les films de la célèbre firme. On retrouve bien sûr : le chasseur de vampire et son second (joué par le jeune Polanski), le comte-vampire (Von Krolock), les belles femmes (Sharon Tate future femme de Polanski qui connaîtra une fin tragique), … Mais c’est surtout dans le traitement des personnages que tout est différent : le professeur Abronsius est une version déjantée du très british docteur Van Helsing, on y croise également un vampire homosexuel. Mais ce que l’on retient surtout c’est l’aspect visuel du film qui est très riche. Pour les décors, le metteur en scène et son chef opérateur se sont énormément inspirés de tableaux et le film regorge d’éléments pittoresques. Le film est rempli de scènes mêlant humour et fantastique comme le réveil des morts-vivants, la poursuite à skis, l’expédition sur le toit du château. Mais la scène qui résume bien le but du film, c’est bien sûr la fameuse scène du bal des vampires où le professeur et son second Alfred s’introduisent, déguisés, dans le bal pour récupérer Sarah, la femme enlevée par le comte. D’un côté, on a le comique de situation : les deux intrus parmi les vampires et de l’autre tout l’horreur : les deux intrus parmi des vampires qui découvrent l’imposture devant la présence de reflets devant le miroir. Même si Le bal des vampires se moque des films de la Hammer, il leur sera bénéfique puisque la firme continuera de produire abondamment pour le meilleur et pour le pire des films avec Dracula.

  •  le 22 Avril 2007 par

    Ah ! le Polanski des 60s : Rosemary's baby, Cul-de-sac, et ce Bal des vampires inénarrable ! Double exploit que celui du réalisateur polonais : réussir une parodie des Hammer productions grâce à un humour so british, initialisant une forme inédite de buddy movie (le maître et l'apprenti, en somme) ; réussir également à maintenir malgré ce second degré, la peur du personnage vampirique. La photographie joue du contraste entre les deux tonalités, puisque, quand le vampirisme entre en scène, la lumière devient blafarde, exsangue, comme si l'image elle-même était la proie des Transylvaniens aux dents longues. La scène mettant en avant cette dualité est celle où le personnage de Polanski, voulant fuir un vampire, court dans les couloirs du château, couloir circulaire qui le fait revenir à son point de départ, face audit vampire : forme humoristique, mais aussi vecteur d'effroi. Enfin, la partition musicale n'en finit pas de hanter mes plus horribles cauchemars, provoqués par ce final au parfum d'apocalypse.

  •  le 09 Mai 2006 par

    Humour Anglais à profusion. Ce film est plutot sympa mais pas vraiment extraordinaire. Ne soyez pas étonnées de ne pas rigoler souvent, même si certains gags sont encore bons.

Les discussions sur le forum a propos de Le bal des vampires



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Le bal des vampires


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .