Fan de Cinéma

La Vénus à la fourrure

Note : 3.3/5.0 - 3 avis

Titre VO : La Vénus à la fourrure

Un film de Roman Polanski avec Mathieu Amalric

Genre : drame - Durée : 1h33 - Année de production : 2013

Date de sortie cinéma : 13 Novembre 2013

Roman Polanski
Roman Polanski
Mathieu Amalric
Mathieu Amalric
Proposer un fond d'écran »

La Vénus à la fourrure, le film

  • La Vénus à la fourrure

    Synopsis

    Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu'il s'apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n'a l'envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d'énergie aussi débridée que délurée. Vanda incarne tout ce que Thomas déteste. Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c'est avec stupéfaction qu'il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s'est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par coeur. Alors que l'« audition » se prolonge et redouble d'intensité, l'attraction de Thomas se mue en obsession...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Mathieu AmalricThomas
  • LISTE TECHNIQUE
    Roman Polanski
    Emmanuelle SeignerVanda
    Mariusz Lukomski
    Wojtek Palys
    Roman Polanski
    David Ives
    David Ives
    Frédéric Moreau
    Lucien Balibar
    Didier Lavergne
    Cyril Holtz
    Nadine Muse
    Frédéric Blum
    Jean Rabasse
  • Pawel Edelman
    Dinah Collin
    Hubert Engammare
    Sylvette Baudrot
    Guy Ferrandis
    Philippe Cord'homme
    Margot Meynier
    Bruno Via
    Sarra 'Na
    Jeremiasz Prokopowicz
    Anna Zenowicz
    Hervé De Luze
    Jean-Pierre Vincent
    Virginie Picat
    Alexandre Desplat

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « La Vénus à la fourrure »


  •  le 01 Janvier 2014 par

    2 bons acteurs. Une belle Emmanuelle. On prend plaisir à écouter leur dialogue. Le contenu et la fin sont néanmoins sans surprise. Plutôt pour public érudit.

  •  le 18 Décembre 2013 par

    Le huit-clos est certainement 'exercice le plus compliqué dans lequel peut se lancer un cinéaste. En effet, le cinéma a été crée à la base pour amener du mouvement, le visuel étant le moteur principal de cette « discipline » artistique. Cependant, en choisissant l'adaptation d'une pièce de théâtre, le réalisateur se lançant dans ce genre de film limite les risques car l'unité de temps et de lieu est déjà posé, elle n'est plus à élaborer puisque base même de l’œuvre de départ. Après, tout est affaire de maestria : au cinéaste de savoir magnifier cet étroit carcan qu'il s'est lui-même imposé et force est de reconnaître que Roman Polanski l'avait prodigieusement réussi dans « Carnage ».

    Ici, c'est un duo qui va se faire face durant une nuit, dans un théâtre déserté, à travers l'audition d'une pétulante postulante au rôle principale d'une pièce de théâtre par le metteur en scène, au départ sceptique puis peu à peu conquis par la belle. Le sujet de la pièce, à savoir le sadomasochisme, est sulfureux à souhait donc prompt à tous les dérapages que Polanski se fait un plaisir à exploiter. Si Mathieu Amalric, en quasi-clone du réalisateur, s'en tire sobrement par un jeu qui monte progressivement en puissance mais de manière cohérente, il n'en va pas de même pour Emmanuelle Seigner, qui incarne la candidate au rôle.

    En effet, quand elle joue, à l'intérieur même du film, son personnage de théâtre, elle est sublime et surtout très crédible, merveilleuse actrice en pleine action, au sommet de son art. Hélas, voulant absolument souligner le contraste entre elle et sa double-comédienne, elle se lance d'entrée dans une pitoyable caricature d'écervelée gouailleuse avec son langage propre et cela donne un cabotinage insupportable où rien ne manque dans son vocabulaire pour faire « jeune branchée » : des « genre » ceci et « genre » cela éructés jusqu'à l'overdose, des « laisse béton », « j'hallucine » et autre « zarbi », tout en mâchonnant vulgairement un chewing-gum ; bref, un catalogue d'expressions mises bout à bout pour faire « genre», comme elle se sent si bien obligée de répéter à tout bout de champ. Heureusement, vers la fin du film, un peu trop tard hélas, elle devient étourdissante, emportant Amalric dans un tourbillon vénéneux d?asservissement, sujet même de ce long-métrage.

  •  le 06 Décembre 2013 par

    Un superbe huis-clos. 2 acteurs formidables. Des questions posées: qu'est-ce qui est vrai? qu'est-ce qui est du theatre?

Les discussions sur le forum a propos de La Vénus à la fourrure



Il n'y a pas encore de discussion autour du film La Vénus à la fourrure


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2017 LS Project Tous droits réservés. Profitez d'un consultant seo experimenté. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .