Fan de Cinéma
Bannière 728x90

La Question humaine

Note : 3/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : La question humaine

Un film de Nicolas Klotz avec Mathieu Amalric , Michael Lonsdale , Jean-Pierre Kalfon , Lou Castel , Rémy Carpentier

Genre : drame - Durée : 2h21 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 12 Septembre 2007

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Nicolas Klotz
Mathieu Amalric
Mathieu Amalric
Michael Lonsdale
Jean-Pierre Kalfon
Jean-Pierre Kalfon
Proposer un fond d'écran »

La Question humaine, le film

  • La Question humaine

    Synopsis

    Paris, de nos jours : Simon, 40 ans, travaille comme psychologue au département des ressources humaines de la SC Farb, complexe pétrochimique, filiale d'une multinationale allemande, où il est plus particulièrement chargé de la sélection du personnel. Un jour Karl Rose, le co-directeur de la SC Farb demande à Simon de faire une enquête confidentielle sur le directeur général Mathias Jüst, de dresser un rapport sur son état mental. Ne pouvant pas se soustraire à la requête de Rose et ne voulant pas risquer de se mettre mal avec Jüst, Simon accepte du bout des lèvres, en se promettant de conduire une enquête discrète et de rendre un rapport le plus neutre possible... mais très vite en pénétrant dans la nuit d'un homme, Simon entre dans la sienne : Une nuit hantée par les fantômes et les spectres de l'Europe contemporaine.

  • La Question Humaine, cinéma expérimental ?

    La question humaine, le film
    Ne cherchez pas. A cette « Question humaine » filmée par Nicolas Klotz, il n’y aura pas de réponse. Nous sommes ici devant un film expérimental, intéressé en priorité par la forme. A partir du roman de François Emmanuel, le réalisateur a fait de son film une matière à ré-fléchir, une sorte de laboratoire de pensée. Que se cache t-il derrière l’image ? Comment être sûr que ce que je vois est la réalité ? (Descartes n’est pas loin…). Bref une sorte de phénoménologie cinématographique qui s’intéresse à l’art de ce qui apparaît pour mieux en extraire la signification. Certes c’est un vrai bonheur de retrouver Michael Lonsdale et Mathieu Amalric, deux acteurs aux charismes étranges et magnétiques. Il est intéressant aussi de se plonger dans cette déconstruction de la perception en suivant le dérèglement formel imposé par le cinéaste. Dilatation ou rétrécissement du temps, décalage entre les images et la réalité, entre le mot et la chose, c’est toute la structure narrative classique du cinéma qui se trouve disloquée, manipulée à outrance. Tout cela à travers une mise en scène simple et dépouillée, souvent faite de plans fixes ou de champ/contre champ. Le film semble très marqué par le roman, en tentant de rendre cette matière littéraire de manière appuyée. En témoignent la voix off du personnage principal qui revient de manière régulière et le côté intimiste du film. Les procédés sont marqués si bien que le film perd en spontanéité et en légèreté.

    Pour le cinéphile accroché, l’aventure, cependant, pouvait avoir du mordant. « La question humaine » représente une sorte de traversée cinéphilique, une expérience de cinéma contemporain qui entend réfléchir sur ce qui fait qu‘une chose est réelle ou pas. La ligne directrice de l’enquête menée par Simon suit cette recherche. Le directeur général est-il vraiment malade ou pas ? Sommes-nous vraiment dans cette entreprise (sortie de l’imaginaire d’un Orwell) au cœur d’un système totalitariste héritée du nazisme ?

    Seulement voilà, cette ligne directrice (la science de l’apparaître) est tellement poussée que l’on frôle le vide ! Ainsi nous voilà embarqués dans une projection de presque 2h30 au terme de laquelle on ressort…lessivé ! En se désintéressant du signifiant, le cinéaste fait l’impasse sur la vocation de l’image. Aussi sommes-nous paradoxalement devant une œuvre désincarnée et désincarnante qui voulait pourtant mieux faire resurgir notre humanité.

    Klotz, en fait, n’est pas passé à côté de sa démarche. Il l’a poussé à l’extrême, en privilégiant la forme au point de faire surgir la lassitude chez le spectateur. Une vision du cinéma qui ne peut concevoir le film comme un produit de consommation…Mais, du coup, à qui s’adresse t-il ? Comment distribuer un film qui justement entend ne pas être un objet de distribution ? Peut-on aujourd’hui faire du cinéma en oubliant les enjeux économiques ? Autrement dit, on retombe dans le vieux clivage cinéma de masse contre cinéma d’élite. L’image n’est-elle pas tellement porteuse de sens qu’elle nécessite une conscience ? Le septième art serait-il réservé à une minorité intellectuelle et parisienne ou doit-il chercher la générosité du langage universel ? De nombreuses questions posées à chaque cinéphile averti !

    Le sens de ce film était sans doute, avant toute chose, de provoquer la parole et de susciter une réflexion sur le cinéma. On peut dire que sur ce point là, l’objectif est atteint. Personne ne pourra rester indifférent à la « Question humaine ».

    Pierre Vaccaro

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Mathieu AmalricSimon
    Michael LonsdaleMathias Jüst
    Jean-Pierre KalfonKarl Rose
    Lou CastelArie Neumann
    Rémy CarpentierJacques Paolini
    Nicolas MauryTavera
    Erwan RibardMiguel
    Laurent Lacotte
  • LISTE TECHNIQUE
    Nicolas Klotz
    Laetitia SpigarelliLouisa
    Valérie DrévilleLynn Sanderson
    Delphine ChuillotIsabelle
    Edith ScobLucy Jüst
    Sophie Dulac
    Elisabeth Perceval
    François Emmanuel
    Emile Louis
    Josée Deshaies
    Brigitte Taillandier
    Antoine Platteau
    Dorothée Guiraud
    Laurence Grosjean
  • Rose-Marie Lausson
    Cyril Holtz
    Pierre Dufour
    Pascal Pons
    Chloé Lorenzi
    Stanislas Baudry

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « La Question humaine »


  •  le 28 Novembre 2007 par

    Il fallait un culot monstre et une maîtrise parfaite des deux sujets pour mélanger monde du travail et déportation. Difficile de dire si Nicolas Klotz et sa scénariste Elisabeth Perceval y sont parvenus, tant La Question humaine est un film complexe, foisonnant, aux ramifications multiples et au haut niveau philosophique. Il y a de quoi perdre son latin devant ce festival de pensées obscures et d'amalgames volontaires, surtout lorsque l'on s'attendait à voir un Violence des échanges en milieu tempéré dans une version simplement un peu plus musclée. Le point principal du film, c'est le duo/duel formé par Mathieu Amalric et Michael Lonsdale : l'un et l'autre prêtent leur bizarrerie permanente au service d'un texte ultra-référencé et pour le moins obscur. Pendant deux heures et demie, mieux vaut s'accrocher et ne pas en perdre une miette si l'on ne veut pas sombrer dans l'ennui et l'incompréhension. Et même des efforts démesurés n'empêchent pas l'inévitable : à moins d'appréhender le nouveau Klotz comme s'il s'agissait d'un film lynchien, force est de constater qu'on n'entrave que dalle. Reste un casting magnétique et pénétrant et une photographie étrange et souvent fascinante ; tout cela n'empêche pas La Question humaine d'être ressenti comme un embrouillamini permanent, qui n'apprend pas grand chose, ni sur le fascinant monde de l'entreprise, ni sur l'inaltérable thème de la Shoah.

Les discussions sur le forum a propos de La Question humaine



Il n'y a pas encore de discussion autour du film La Question humaine


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .