Fan de Cinéma
Bannière 728x90

La Première étoile

Note : 2.5/5.0 - 2 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : La Première étoile

Un film de Lucien Jean-Baptiste avec Lucien Jean-Baptiste , Michel Jonasz , Jimmy Woha Woha , Ludovic François , Gilles Benizio

Genre : comédie - Durée : 1h30 - Année de production : 2009

Date de sortie cinéma : 25 Mars 2009

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Lucien Jean-Baptiste
Lucien Jean-Baptiste
Michel Jonasz
Michel Jonasz
Jimmy Woha Woha
Ludovic François
Proposer un fond d'écran »

La Première étoile, le film

  • La Première étoile

    Synopsis

    Jean-Gabriel, marié et père de trois enfants, vit de petits boulots et passe son temps au bar PMU du coin. Un jour, pour faire plaisir à sa fille, il promet un peu vite à toute la famille de les emmener en vacances au ski. Seul problème : cette fois-ci, s'il ne tient pas sa promesse, sa femme le quitte. Il va devoir faire preuve d'imagination sans limite pour y parvenir...

  • Première Etoile, une comédie tout schuss

    Récompensé par le jury et le public au festival du film de comédie de l’Alpe d’Huez en janvier dernier (dont la compétition était d’ailleurs beaucoup moins relevé qu’en 2008 avec Juno et Bienvenue chez les Cht’is), Première Etoile est une petite comédie rafraichissante et divertissante malgré des défauts très visibles. Le film a au moins le mérite d’être vraiment drôle par moments et jamais vulgaire, qualités bien trop rares dans les comédies françaises de ce début d’année…

    La première étoile, le film
    Le premier film de Lucien Jean-Baptiste, qui tient aussi le rôle principal, est né de la propre expérience du réalisateur dans sa jeunesse. En effet, sa mère antillaise voulait que ses enfants soient totalement intégrés et avait donc décidé de les emmener un hiver au ski. De là, le scénario brode une histoire touchante sur un père qui promet à ses enfants de les emmener à la montagne malgré de grosses difficultés financières. En effet, Jean-Gabriel est un RMIste qui compte sur sa bonne…étoile (et des tuyaux percés) pour gagner au PMU plutôt que de chercher sérieusement un boulot. Sa femme (Anne Consigny) qui s’occupe de tout dans le ménage le met donc au pied du mur et le somme de tenir enfin une promesse…

    Le film mélange à la fois les (més)aventures comiques de cette famille - des préparatifs de départ aux premières descentes périlleuses sur les pistes (car si les Blancs ne savent pas sauter, les Noirs eux ne savent pas skier !), une peinture du racisme ordinaire, un questionnement sur un sujet social d’actualité (la place des antillais dans la société française…). L’air de rien, sans jamais donner l’impression de se prendre au sérieux, le film fait rire sur des sujets sensibles.

    La première étoile, le film
    Pourtant, le film est terriblement bancal, un peu comme un skieur débutant lancé sur une piste noire : il est d’une naïveté confondante (qui prouve, c’est sur, la sincérité de son auteur), n’évite pas certaines facilités (la romance adolescente notamment) et tombe parfois dans les clichés datés (on se croit parfois plus en 1980 qu’en 2009 !). Quand au dénouement, il est totalement bâclé et souligne le manque de moyens et d’ambitions de ce film. Après tout, le réalisateur a au moins le mérite de ne pas viser la flèche d’or (et de se planter) dès son premier film.

    Mais s’il y a bien une vraie raison pour aller voir ce film, il tient en un prénom : Firmine. Car Firmine Richard, l’amoureuse de Daniel Auteuil dans Romuald et Juliette, livre une prestation hilarante en grand-mère débrouillarde, fervente croyante et optimiste notoire. Elle est la vraie étoile du film, elle dévore l’écran et donne un supplément d’âme et de force à cette comédie gentillette et familiale. Elle éclipse les performances pourtant irréprochables de Bernadette Lafont en raciste qui s’ignore, Michel Jonasz en mari désabusé de cette dernière ou Gilles Benizio en savoyard à tout faire.

    Idéal pour se délasser après une journée de ski, le film mérite aussi d’être vu à moins de 1000m d’altitude pour prendre un bon bol de bonne humeur sans prétention et une avalanche de bons sentiments (une fois de temps en temps, ça ne peut pas faire de mal). La première étoile, ça vous gagne…

    Emmanuel Pujol

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Lucien Jean-BaptisteJean-Gabriel
    Michel JonaszM. Morgeot
    Jimmy Woha WohaYann
    Ludovic FrançoisLudovic
    Gilles BenizioLe technicien tire-fesse/le garagiste/l'animateur du concours
    Jacques FrantzRené
    Edouard MontouteJojo
    Cyril CoutonManager supermarché
    Yannig SamotJoueur PMU Créteil
    Baldo GueyeLuc
    Denis MaréchalAhmed
    Bilal EnaPetit graçon à vélo
    Isaac SharryGérant du magasin de ski
    Julien BouanichCopain de Juliette
  • Nicolas GuillotMoniteur ESF
    Gregoire BonnetBarman Les Gets
    Eric BougnonClient PMU Les Gets
    Manuel le LièvreGendarme
  • LISTE TECHNIQUE
    Lucien Jean-Baptiste
    Anne ConsignySuzy
    Firmine RichardBonne Maman
    Bernadette LafontMme Morgeot
    Loreyna ColomboManon
    Astrid Berges-FrisbeyJuliette
    Marie ParoutyAmie Suzy
    Monique MauclairMme Marie
    Clémence LassalasSophie
    Marie-Thérèse JosephCopine Bonne Maman
    Marie MergeyCopine Bonne Maman
    Joby ValenteCopine Bonne Maman
    Maïmouna GueyeCoiffeuse
    Marie-Sohna GondeCliente salon de coiffure
  • Mata GabinCliente salon de coiffure
    Mylène WagramCliente salon de coiffure
    Audrey PulvarElle-même
    Marie-Castille Mention-Schaar
    Lucien Jean-Baptiste
    Marie-Castille Mention-Schaar
    Myriam Vinocour
    Hachdé
    Dominique Levert
    Sylvain Lasseur
    Didier Lozahic
    Hérald Najar
    Laurence Benoît
    Jane Milon
    Virginia Bach
  • Michaël Laguens
    Dominique Segall
    Grégory Malheiro
    Jérémy Marque
    Erwann Kermorvant

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « La Première étoile »


  •  le 04 Février 2010 par

    Des noirs aux sports d'hiver ? cela rappelle furieusement une comédie qui fit son petit effet en 1994, Rasta Rocket, où des Jamaïcains s'entraînent pour l'épreuve olympique de bobsleigh. Un conte dont la véracité historique permettait une bonne leçon d'acceptation de l'autre. La Première étoile, sur le thème, rate son objectif pour plusieurs raisons, dont la première : son obsolescence.

    Jusqu'au bout, le premier film de Lucien Jean-Baptiste fait figure d'ovni dans le paysage cinématographique actuel : mise en scène discrète pour ne pas dire inexistante, laissant vivre ses personnages dans le cadre (bon point), délaissant le timing essentiel à toute bonne comédie familiale (même si l'esclaffement n'est pas le but premier). Le scénario, quant à lui, accumule les clichés en tous genres afin de stigmatiser le racisme ordinaire. Si la motivation est noble, le format utilisé est entièrement dépassé ; c'est simple, on a l'impression de voir un spin-off des Bronzés font du Ski, l'efficacité du film culte de Patrice Leconte en moins.

    Malgré tout, si Jean-Baptiste rate ces différents objectifs, il parvient à émouvoir par endroits avec ses caractères relativement bien dessinés, les ratures initiales de la caricature étant gommées au fur et à mesure pour laisser place à une évolution certes convenue et attendue, mais, pour le coup, efficace. Parce que cette famille doit avant tout faire ses preuves face à elle-même, plutôt que de verser dans l'antagonisme blanc-noir, le réalisateur-scénariste-premier rôle transforme son métrage en étude de caractères, sous l'égide de la comédie de moeurs.

    La Première étoile est donc une sorte de profession de foi, un premier pas qui affirme l'amour de LJB pour les comédies 'à l'ancienne', et pour des protagonistes aux failles paradoxalement modernes, actuelles et populaires. Un appel à l'indulgence en sorte de la part du cinéaste, conscient, à l'image de son rôle, de ses lacunes, cherchant à se faire apprécier autrement.

    Pas suffisant pour en faire un bon film (même pour TF1, on table plutôt sur France télévisions) cependant, mais allez ! Edouard Montoute et certaines émotions pures impossibles à réprimer peuvent procurer un semblant de plaisir.

  •  le 18 Avril 2009 par

    Une comédie qui mérite qu'on ne s'arrête pas sur le postulat de départ, qui a 20 ans de retard (ce qu'on peut comprendre puisque le réalisateur s'inspire de ses souvenirs de jeunesse). Car les clichés défilent, aussi bien à propos du racisme (les gens de Haute-Savoie sont donc des ploucs racistes mais qui ne demandent qu'à être changés) que sur le ski (sport de blancs... ou l'impression que le réalisateur n'a jamais mis les pieds dans une station de sports d'hivers depuis bien longtemps). Oui, ce film mérite qu'on les dépasse car il a de vrais moments de comédie, ainsi que de la tendresse pour ses personnages. Et un message sur l'acceptation des différences, même maladroit, est toujours bon à prendre, d'autant plus si ça s'adresse aux enfants, modelant ainsi un peu leur personnalité future à la tolérance, améliorant, espérons-le, une société parfois étriquée dans un esprit communautaire fermé. Utopie ? Bien-sûr, mais l'espoir fait vivre comme on dit. D'ailleurs le réalisateur Lucien Jean-Baptiste reste modeste et ne se pose pas en donneur de leçons. Démarche qui rappelle d'ailleurs le sympathique Rasta rockett (Jon Turteltaub, 1993) avec son équipe jamaïcaine qui tord le cou aux idées reçues en participant à l'épreuve de bobsleigh aux jeux olympiques d'hiver. Malgré quelques maladresses, La Première étoile propose quelques réflexions bien senties sur l'importance à ne pas s'arrêter sur l'aspect extérieur des gens, n'oublie pas pour autant d'être drôle (notamment grâce à la folie de Firmine Richard épatante en grand-mère qui ne s'en laisse pas compter), et décrit bien l'émerveillement des enfants qui découvrent la montagne enneigée, et ce, qu'ils soient noirs, blancs, jaunes ou verts...

Les discussions sur le forum a propos de La Première étoile



Il n'y a pas encore de discussion autour du film La Première étoile


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .