Fan de Cinéma
Bannière 728x90

La part des ténèbres

Note : 3/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : The Dark Half

Un film de George A. Romero avec Timothy Hutton , Patrick Brannan , Michael Rooker , Robert Joy , Kent Broadhurst

Genre : fantastique - Durée : 2h02 - Année de production : 1993

Date de sortie en salle : inconnue

Distributeur :

George A. Romero
Timothy Hutton
Timothy Hutton
Patrick Brannan
Michael Rooker
Proposer un fond d'écran »

La part des ténèbres, le film

  • La part des ténèbres

    Synopsis

    Professeur à l'Université, Thad Beaumont écrit des romans violents sous le pseudonyme de George Stark. Quand son identité est découverte, il décide de faire disparaitre Stark et d'écrire sous son propre nom. Ce que n'accepte pas son alter ego, qui prend corps et commence à décimer l'entourage de Thad, avant de s'attaquer directement à lui.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Timothy HuttonThad Beaumont
    Patrick Brannanle jeune Thad Beaumont
    Michael RookerShérif Alan Pangborn
    Robert JoyFred Clawson
    Kent BroadhurstMike Donaldson
    Royal DanoDigger Holt
    John PonzioTodd Pangborn
    William CameronOfficer Hamilton
    Rohn ThomasDr. Albertson
    Zachary MottNorris Ridgewick
    David W. ButlerTrooper #1
  • LISTE TECHNIQUE
    George A. Romero
    Amy MadiganLiz Beaumont
    Julie HarrisReggie DeLesseps
    Chelsea FieldAnnie Pangborn
    Judy GrafeHead Nurse
    Christine ForrestTrudy Wiggins
    Christine Forrest
    George A. Romero
    Stephen King
    Pasquale Buba
    Tony Pierce-Roberts
    Christopher Young

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « La part des ténèbres »


  •  le 30 Mai 2008 par

    Il y a certaine rencontre qui font saliver, d’un point de vue cinématographique bien entendu. Et l’addition des talents de Stephen King et de Georges Romero a tout du fantasme de geeks. Et c’est chose faite sur ce film, les deux monstres du fantastique, opérant chacun de leur côté, on put l’espace de 110 min combiner leur talent. La part des ténèbres n’est pas une histoire de King classique, loin de ses canons, ici pas de gore outrancier, de fantastique envahissant ou de finale rocambolesque. C’est une longue descente aux enfers, vécu par un écrivain, confronté à lui-même. Contre rôle donc pour Romero aussi, connu pour ses excentricités gores de Zombie et consoeur. Malgré un début plongeant le film sur la pente radicale du fantastique pur et dur à coup d’effets spéciaux peu ragoûtant même si un peu vieillis. Le reste du film s’inscrit un long moment dans le registre du thriller. Romero essayant tout d’abord de suggérer les meurtres avant de les montrer plein champ et de se laisser aller à un finale halluciné et qui n’a pourtant pas si vieillis que ça finalement. Mais La part des ténèbres est avant tout un polar, suivant le parcours tragique d’un écrivain accusé de meurtres car toutes les preuves l’accusent. Même si le fantastique détient la solution de l’énigme, les protagonistes s’acharnent à garder leur rationalité et la mise en scène va dans ce sens également. Il ne sera jamais réellement question de fantastique, même si cela est remplacé par quelques explications scientifiques un peu superflues. Mais l’élégance de la mise en scène et le sens du découpage viennent sauver une œuvre qui aurait pu s’embourber dans ses détours et ses rebondissements approximatifs, qui finissent par ne plus dire grand-chose sur l’intrigue principale. Même si le tout reste assez obscure pour le spectateur, la liberté qu’on lui offre ne peut qu’être salutaire. Malgré un scénario pas toujours réussi et crédible, La part des ténèbres possèdent cette aura, cette élégance propre au film des débuts 90. Ressemblant parfois à un téléfilm, où à une série B quelconque, Romero oscille entre les deux pôles avec un équilibre qui confère à sa mise en scène une certaine virtuosité. Mais le film ne serait pas ce qu’il est sans ses protagonistes, bien entendu Michael Rooker est excellent dans son rôle de policier sceptique. Mais la palme d’or revient au bad guy du film, véritable stéréotype du tueur des années 80, tout de noir vêtu, au charisme troublant, aussi rapide à dégainer son rasoir qu’à jouer du sarcasme avec un cynisme qui fait froid dans le dos. On sent que Romero s’est amusé avec cette figure emblématique, qui hésite entre réalité et fiction, tantôt humaine tantôt fantasmé, ce qui embrasse complètement la thématique du film. Une œuvre tout à fait maîtrisée, pas complètement Romero, pas complètement King, mais un film hybride, témoin du talent de ces deux géants du genre, imparfaite mais ô combien efficace et honnête de bout en bout

Les discussions sur le forum a propos de La part des ténèbres



Il n'y a pas encore de discussion autour du film La part des ténèbres


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .