Fan de Cinéma
Bannière 728x90

La Fille coupée en deux

Note : 3.2/5.0 - 6 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : La fille coupée en deux

Un film de Claude Chabrol avec François Berléand , Benoît Magimel , Etienne Chicot , Thomas Chabrol , Jérémie Chaplain

Genre : drame - Durée : 1h55 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 08 Août 2007

Distributeur :

Claude Chabrol
Claude Chabrol
François Berléand
François Berléand
Benoît Magimel
Etienne Chicot
Proposer un fond d'écran »

La Fille coupée en deux, le film

  • La Fille coupée en deux

    Synopsis

    Une jeune femme qui veut réussir dans la vie et dont le rayonnement séduit ceux qui l'entourent, s'éprend d'un écrivain prestigieux et pervers, et épouse un jeune milliardaire déséquilibré.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    François BerléandCharles Saint-Denis
    Benoît MagimelPaul Gaudens
    Etienne ChicotDenis Deneige
    Thomas ChabrolMaître Lorbach
    Jérémie ChaplainFranck
    Didier BénureauPhilippe Le Riou
    Raphaël NealAssistant Le Riou
    Jean-Marie WinlingGérard Briançon
    Stéphane DebacAntoine Volte
    Edouard BaerL'acteur
    Hubert Saint-MacaryBernard Violet
    Alain BauguilLouis Giraudet
    Patrick Zimmermann
    André Asséo
  • Gérard Moulevrier
    Henri-Edouard Osinski
    Pierre-François DumeniaudMonsieur Junot
    Valentin Traversi
    Emanuel BoozAlban
    Vincent Guillerminet
    Yannick Laurent
    Alain Blazquez
    Thomas Poulard
    Mathieu Cléchet
    Antoine Bérard
    Benoît CharpentierLui-même
    Daniel Zieba
    Denis Bénoliel
  • LISTE TECHNIQUE
    Claude Chabrol
    Ludivine SagnierGabrielle Deneige
    Mathilda MayCapucine Jamet
    Caroline SiholGeneviève Gaudens
    Marie BunelMarie Deneige
    Valeria CavalliDona Saint-Denis
    Charley FouquetEléonore Gaudens
    Cecile MaistreCécile
    Clémence BretécherJoséphine Gaudens
    Nicole Biondi
    Mic Cheminal
    Véronique Kapoian
    Béatrice Audry
    Fanny Gatibelza
  • Mélanie Vaudaine
    Jeanne Brouaye
    Sandra Rebocho
    Françoise Gambey
    Claude Chabrol
    Cecile Maistre
    Claude Chabrol
    Cecile Maistre
    Cecile Maistre
    Eduardo Serra
    Eric Devulder
    Monique Fardoulis
    Françoise Benoît-Fresco
    Mic Cheminal
    Aurore Chabrol
  • Eva Simonet
    Matthieu Chabrol

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « La Fille coupée en deux »


  •  le 24 Septembre 2007 par

    C'est une poupée qui fait oui, oui, oui, oui, oui... Un peu trop, d'ailleurs. Rencontrant deux hommes coup sur coup, elle cède à l'un mais ne se refuse pas tout à fait à l'autre. Chabadabadaboum. Évidemment, nous sommes chez Claude Chabrol, et tout ceci se déroule dans la haute bourgeoisie, les dîners mondains et les séances de dédicaces. Ça commence d'ailleurs à devenir très ennuyeux, cette obstination à dépeindre encore et toujours le même milieu social, tout cela pour tenir encore et toujours le même propos, et pour raconter une histoire bien moins folichonne que son titre... Il y a 25 ans (et donc 25 films), on aurait sans doute applaudi à la vue de cette Fille coupée en deux classique mais pas désagréable. Seulement voilà : aujourd'hui, l'ensemble a un fâcheux goût de déjà-vu, le style Chabrol n'ayant pas évolué d'un iota. Même mise en scène eighties, mêmes comédiens de seconde zone (qui, à part lui, fait encore tourner Mathilda May?), même direction d'acteurs au bord de la caricature. Si La Fille coupée en deux fonctionne en partie, c'est grâce à une bonne idée, celle d'inverser les rôles. D'habitude, la femme fatale préfère le jeune loup mais s'engage avec le vieux friqué ; là, c'est tout le contraire. Parti pris intéressant mais pas forcément bien exploité. D'autant que Benoît Magimel livre une prestation des plus caricaturales (on le croirait sorti d'un Onteniente). Heureusement, Ludivine Sagnier est une parfaite femme-enfant et François Berléand s'inscrit idéalement dans la mécanique chabrolienne. Une mécanique qui gagnerait à être révisée en profondeur : ce n'est pas avec La Fille coupée en deux que Chabrol trouvera son Match point.

  •  le 22 Septembre 2007 par

    Un film plutôt bizarre je ne sais pas quoi vous dire d'autre !

  •  le 19 Septembre 2007 par

    Chez Chabrol, il est rare que deux bons crus se suivent : au sombre et acide «La fleur du mal» avait succédé une «Demoiselle d'honneur» bien terne, et au brûlot politico-psychologique «L'ivresse du pouvoir» succède aujourd'hui cette «Fille coupée en deux»... Qui finit par diviser également ses spectateurs. Car que reprocher formellement à Chabrol ? Ses cadres sont toujours intelligemment pensés (quoique son obsession du plan de coupe serré à la taille puisse finir par lasser), ses décors sont élégants, la musique est toujours fine (une affaire de famille) et le casting est intelligemment varié. Sauf que... Le film sombre bien vite dans la caricature. On reconnaît la subtilité déjà utilisée par Chabrol dans (entre autres) «Merci pour le chocolat» qui consiste à faire graviter autour d'une actrice sincère des rôles qui sonnent volontairement faux. Le regret, c'est qu'ici la peinture psychologique tourne vite au procédé vu et revu, avec dandy décadent et écrivain érotomane de rigueur. Chez Chabrol, les chemins valent toujours plus que la destination, on s'étonne ici de trouver le chemin si balourd et appuyé. Certes, les dialogues sont toujours piquants, mais ici ils soulignent par trop leurs effets. Quant au thème de l'illusion, il charge la mule à l'excès : les plans de fond vert lors des émissions de télé, les décors ouvertement factices, le recours systématique aux maximes... Claude Chabrol en fait trop quand il veut souligner ses intentions réelles et pas assez quand il doit conduire son histoire sur ses rails. Dommage pour la direction d'acteurs, assez surréaliste quand même, et pour le film qui révèle finalement ses plus beaux plans dans ses 15 dernières minutes, entre vengeance joliment amenée dans une cérémonie guindée et déni de soi sur une scène de spectacle. La chute de la belle Deneige est belle, il est dommage qu'elle ait été si maladroitement amenée.

  •  le 04 Septembre 2007 par

    Autour de Ludivine Sagnier et François Berléand, Chabrol dirige une palanquée d'acteurs qu'on a plus souvent l'occasion de voir à la télé qu'au cinéma. Pourtant, ce ne sont pas eux qui sonnent les plus faux. Ce qui sonne faux, c'est le rythme de l'histoire et c'est l'histire elle-même. Et c'est là que Chabrol réussit son tour de force : les dysharmonies du scénario finissent par sonner juste, les dialogues mal interprétés font corps avec le propos, bref, l'ensemble est très cohérent. Au-delà de ça et du fait que cette Fille Coupée en Deux est beaucoup plus agréable à regarder L'ivresse du Pouvoir, on ne peut malgré tout pas parler de grande réussite. Si Bruno Magimel endosse un rôle qui lui permet de faire valoir un peu son talent, Ludvine Sagnier ne se tire pas très habilement d'affaire et François Berléand prend le chemin de certains de ses prédécesseurs : il fait du Berléand. Pour ma part, j'aimerais bien que Chabrol se remette à faire du Chabrol...

  •  le 03 Septembre 2007 par

    Gabrielle Deneige, ange blond incarné par Ludivine Sagnier, a tout pour elle : la jeunesse, la beauté et l'assurance, une carrière à la télévision qui s'annonce bien partie et deux hommes qui lui courent après... Sauf que l'un est l'autre vont l'amener à sa perte. Le premier, Charles Saint -Denis (François Berléan) écrivain à succès prend un malin et amoral plaisir à dévergonder la jolie naïve et à se jouer de son innocence. Le second, Paul Gaudens (Benoît Magimel), incroyable dans se rôle à la fois touchant et repoussant de riche héritier déséquilibré, s'éprend d'un amour fou pour la belle. Attraction répulsion, le ballet amoureux s'accélère et sombre peu à peu ... Jusqu'à couper en deux Ludivine Sagnier, complètement déboussolée. On bascule très vite de la réalité légère et enjouée du début du film à une tension sourde. Ce «dérapage» est très bien amené et le spectateur en haleine jusqu'au dénouement. Dans le même temps Chabrol nous montre l'envers du décors, à la fois de la télévision et du monde de l'édition, des univers qui peuvent faire réver mais où l'apparence est souvent trompeuse....Pour résumer, ce film réuni à la fois un bon suspense, une peinture fine des personnages et d'excellents comédiens (saluons le retour de Mathilda May, très convaincante en amie-éditrice du pervers et troublant Saint-Denis), notamment Magimel, parfait en dandy paumé et passionné (son jeu rappelant d'ailleurs un peu Johnny Depp dans Pirate des Caraïbes pour le côté «border-line» du personnage et les mimiques désinvoltes appuyées). A noter : ce film est l'adaptation d'un fait divers de 1906 qui a déjà fait l'objet de plusieurs adaptation dont La fille sur la Balançoire de Richard Fleisher en 1955.


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de La Fille coupée en deux



Il n'y a pas encore de discussion autour du film La Fille coupée en deux


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .