Fan de Cinéma
Bannière 728x90

La féline

Note : 3/5.0 - 1 avis

Titre VO : Cat People

Un film avec Malcolm McDowell , John Heard , Ed Begley Jr. , John Larroquette , Ray Wise

Genre : fantastique - Durée : 2h00 - Année de production : 1982

Date de sortie cinéma : 08 Septembre 1982

Malcolm McDowell
Malcolm McDowell
John Heard
Ed Begley Jr.
John Larroquette
Ray Wise
Scott Paulin

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

La féline, le film

  • La féline

    Synopsis

    Irena Gallier et son frère Paul se retrouvent à la Nouvelle Orleans où la nuit de leur arrivée une prostituée est dépecée par une panthère qui, capturée, est enfermée au zoo. Irena est attirée vers le zoo et surtout vers la panthère Paul lui avoue qu'ils sont nés d'une relation incestueuse et qu'ils descendent d'une lignée d'hommes fauves...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Malcolm McDowellPaul Gallier
    John HeardOliver Yates
    Ed Begley Jr.Joe Creigh
    John LarroquetteBronte Judson
    Ray WiseSoap Opera Man
    Scott PaulinBill Searle
    Frankie FaisonDetective Brandt
    Ron DiamondDetective Ron Diamond
  • LISTE TECHNIQUE
    Paul Schrader
    Nastassja KinskiIrena Gallier
    Annette O'TooleAlice Perrin
    Ruby Deeune femme
    Lynn LowryRuthie
    Tessa RichardeBillie
    Jerry Bruckheimer
    Max Rosenberg
    Alan Ormsby
    Jacqueline Cambas
    Jere Huggins
    Ned Humphreys
    John Bailey
    Giorgio Moroder

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « La féline »


  •  le 09 Juillet 2008 par

    Certains films laissent des traces indélébiles dans l'esprit du spectateur, pour une raison ou pour une autre, sans que l'on sache vraiment pourquoi. Moi, j'ai vu La féline quand j'avais 10-12 ans, et je ne l'ai jamais revu depuis (sauf pour vous concocter cette chronique), mais les images d'un bras arraché par une panthère, de flots de sang jaillissant aux pieds d'une femme, ne m'ont jamais quitté. La féline, pour moi, se résumait à ces deux ou trois plans gore.

    Depuis, la cinéphilie grandissante, j'ai vu La féline, celle de Jacques Tourneur, chef-d'oeuvre fantastique SUR le fantastique et les moyens mis à disposition des metteurs en scène pour perturber le spectateur. A la lumière de ce film, La féline de Paul Schrader fait pâle figure si on le considère littéralement comme son remake. Mais l'est-il vraiment ?

    On sait l'intelligence de Paul Schrader, scénariste de Taxi Driver, aux thématiques religieuses partagées avec Martin Scorsese. Et si, au travers de deux scènes mises bout à bout, il rend un hommage certain au Tourneur (la rivale qui pense être pourchassée par la panthère, là dans une rue sombre, ici en plein jour dans Central park ; la scène de la piscine), Schrader a préféré se servir du matériau originel pour se constituer un parfait véhicule pour ses obsessions. Les premières images nous promènent dans le berceau de l'humanité en des temps bibliques, pour construire une croyance certes paganiste, mais aux forts relents (pré)chrétiens. La preuve avec le personnage incarné par Malcolm McDowell (qui décidément n'a trouvé qu'un seul bon rôle - Orange mécanique) qui présente sa relation avec sa soeur Irena comme un avatar d'Adam et Eve. Nombreuses sont les références à l'arbre de la connaissance, au mythe en général qui entoure les amants. Plus encore, le sexe fait figure, comme dans la Bible, de l'ultime péché qui convoque inexorablement la mort...violente (Schrader n'y va pas de main morte sur les effets).

    Eros et Thanatos intimement liés, c'est là l'essentiel de la grammaire du réalisateur de Mishima (observez bien le livre de chevet d'Irena pour le clin d'oeil). C'est même à peu près tout, et si l'on décide de n'y voir qu'une série B horrifique, on en sera pour nos frais. D'abord parce qu'en matière d'horreur, Schrader se fait désirer, justifie chaque intervention sanguinolente afin de ne pas tomber dans la gratuité. Ce n'est donc pas un film d'horreur. En matière de sexe, là non plus, il ne faut pas s'attendre à un Emmanuelle 29 : Nastassja Kinski se promène certes souvent nue (sur la fin surtout), mais encore une fois, cette nudité doit être permise par les rapports entre les personnages. Dans sa tenue d'Eve, Irena adopte un déhanché animal qui la rapproche de son être profond, la panthère noire, ce qu'elle tente d'éviter pour sauver son amour.

    Ni film d'horreur, ni film érotique, La féline fait de son couple duel (l'amour-la mort) une épée de Damoclès prête à tomber au moindre faux pas. Et la série B (ce qu'était au départ le film de Tourneur, qu'il a réussi à transcender) attendue se transforme en film théorique. Ce qui a pour effet de fortement amoindrir le caractère choquant de certaines idées et images. Ce qui a pour effet de proposer quelque chose d'original. On n'est cependant pas obligé de se sentir concerné par un film somme toute assez tiède.

Les discussions sur le forum a propos de La féline



Il n'y a pas encore de discussion autour du film La féline


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .