Fan de Cinéma
Bannière 728x90

La couleur de l'argent

Note : 3.5/5.0 - 2 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : The Color of Money

Un film de Martin Scorsese avec Paul Newman , Tom Cruise , John Turturro , Forest Whitaker , Bill Cobbs

Genre : comédie dramatique - Durée : 1h59 - Année de production : 1986

Date de sortie cinéma : 11 Mars 1987

Distributeur :

Martin Scorsese
Martin Scorsese
Paul Newman
Tom Cruise
Tom Cruise
John Turturro
John Turturro
Proposer un fond d'écran »

La couleur de l'argent, le film

  • La couleur de l'argent

    Synopsis

    Vingt-cinq ans apres L'Arnaqueur, Eddie Felson decide de rejouer au billard. Il rencontre un jeune homme doue pour ce jeu. Eddie veut lui apprendre les regles pour gagner beaucoup d'argent. Mais, le jeune homme decide de jouer a sa maniere et un jour, ils se retrouvent face a face en finale d'un tounoi.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Paul Newman'Fast' Eddie Felson
    Tom CruiseVincent Lauria
    John TurturroJulian
    Forest WhitakerAmos
    Bill CobbsOrvis
    Alvin AnastasiaLorenzo Kennedy
    Robert AginsEarl
    Randall ArneyChild World Customer #1
    Vito D'AmbrosioLou
    Ron DeanUn mec
    Donald A. FeeneyReferee #1
    Paul GeierTwo Brothers/Stranger Player
    Martin ScorseseVoix off d'introduction
  • LISTE TECHNIQUE
    Martin Scorsese
    Mary Elizabeth MastrantonioCarmen
    Helen ShaverJanelle
    Elizabeth BraccoDiane au bar
    Lisa DodsonChild World Customer #2
    Barbara De Fina
    Dodie Foster
    Walter Tevis
    Richard Price
    Ron Shelton
    Thelma Schoonmaker
    Boris Leven
    Richard Bruno
    Michael Ballhaus
  • Robbie Robertson
    Eric Clapton

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « La couleur de l'argent »


  •  le 30 Août 2007 par

    J'aimerais bien pouvoir manifester le même enthousiasme allégorique devant «La couleur de l'argent» que Coléoptère mais cela va être difficile. Car ce film a à mes yeux un défaut rhédibitoire : il est ennuyeux. Long, mou, chiant comme la pluie, barrer les mentions inutiles. Faut-il y chercher quelque message subliminal, décoder chaque signe apparaissant à l'écran, quitte à les créer, quitte à surinterpréter ? Car finalement «La couleur de l'argent» ne parle que de billard, et du passage de relais entre deux générations. Pour le deuxième plot, il faut supporter le jeu falôt et le brushing explosif de Tom Cruise, d'une rare médiocrité, les répliques qu'on jurerait tirées d'un dictionnaire des aphorismes, les sotiations sentant le convenu et le recyclé. Quant au billard, là... Si vous êtes un passionné de la queue et des boules (hum...), vous pouvez vous régaler, si le billard n'évoque pour vous qu'un passe-temps sympa entre amis, vous allez sentir passer chaque seconde, et la sentir passer de façon interminable. Car le billard, filmé en plongée, en travelling, en plan-cut, en panoramique ou en caméra subjective, n'a aucun potentiel cinématographique. Aucun. Il est tellement peu cinégénique que c'en est effrayant. Pourtant, Martin Scorsese ne lésine pas sur les moyens : sa réalisation est toujours aussi imaginative et lêché, ses mises en ambiance restent des modèles du genre et le travail sur la lumière est en tous points remarquable. Techniquement, c'est de la belle ouvrage. Mais la technique ne saurait rattraper l'hyper-spécialisation d'un film qui comporte peut-être quantité de symboliques et de renvois thématiques mais au bout duquel on en revient toujours au même point : 120 minutes de billard. Alors, film soporifique peut-être, film anecdotique certainement, quoiqu'il en soit ce Scorsese en mode (très) mineur a un avantage non négligeable : il met d'autant plus en lumière les nombreuses réussites d'un cinéaste que l'on apprécie de découvrir humain et faillible.

  •  le 13 Mars 2007 par

    Fausse suite et hommage à l'arnaqueur, où Paul Newman officiait déjà en tant que joueur de billard. On est chez Scorses, et donc il faut sauter le réalisme un peu plombant pour s'immerger dans l'allégorie religieuse que dessine l'auteur de la dernière tentation du Christ. L'élévation passe par l'échec, il faut tomber au plus bas pour pouvoir entrer en rédemption. Newman la cherche dans ce conflit de génération avec Cruise, son alter-ego. Il l'entraîne d'abord au vice de l'argent (corruption du divin) pour mieux l'en guérir. Le véritable péché consiste à faire semblant, à gâcher son don : jouer un rôle revient à se dresser contre les plans de Dieu, et empêcher sa propre élévation. La renaissance du personnage de Newman intervient dans la piscine, dans une eau purificatrice, comme un baptême, comme s'il revenait à un point de départ (»J'étais aveugle, à présent, je vois»). Le billard apparaît donc comme la métaphore d'une religion (cf les croix dessinées par les queues, les rangs de billards à la fin qui nous font croire à une église).

Les discussions sur le forum a propos de La couleur de l'argent



Il n'y a pas encore de discussion autour du film La couleur de l'argent


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .