Fan de Cinéma
Bannière 728x90

L'Etrange histoire de Benjamin Button

Note : 3.7/5.0 - 3 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : The Curious Case of Benjamin Button

Un film de David Fincher avec Brad Pitt , Jason Flemyng , Jared Harris , Elias Koteas , Mahershalalhashbaz Ali

Genre : thriller - Durée : 2h35 - Année de production : 2008

Date de sortie cinéma : 04 Février 2009

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

David Fincher
David Fincher
Brad Pitt
Brad Pitt
Jason Flemyng
Jared Harris
Proposer un fond d'écran »

L'Etrange histoire de Benjamin Button, le film

  • L'Etrange histoire de Benjamin Button

    Synopsis

    "Curieux destin que le mien...» Ainsi commence l'étrange histoire de Benjamin Button, cet homme qui naquit à 80 ans et vécut sa vie à l'envers, sans pouvoir arrêter le cours du temps. Situé à La Nouvelle-Orléans et adapté d'une nouvelle de F. Scott Fitzgerald, le film suit ses tribulations de 1918 à nos jours. L'étrange histoire de Benjamin Button : l'histoire d'un homme hors du commun. Ses rencontres et ses découvertes, ses amours, ses joies et ses drames. Et ce qui survivra toujours à l'emprise du temps...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Brad PittBenjamin Button
    Jason FlemyngThomas Button
    Jared HarrisCapitaine Mike
    Elias KoteasMonsieur Gâteau
    Mahershalalhashbaz AliTizzy
    Peter Donald Badalamenti IIBenjamin Button 1928-1931
    Robert TowersBenjamin Button 1932-1934
    Tom EverettBenjamin Button 1935-1937
    Patrick HollandBenjamin Button à 36 ans
    Spencer DanielsBenjamin Button à 12 ans
    Chandler CanterburyBenjamin Button à 8 ans
    Charles Henry WysonBenjamin à 6 ans
    Christopher MaxwellRick Brody
    Joshua DesRochesVic Brody
  • Joel BissonnetteDavid Hernandez
    Ed MetzgerTheodore Roosevelt
    Josh StewartPleasant Curtis
    Earl Maddoxl'homme à la gare
    David Jensenmédecin
    Lance E. Nicholsle prêcheur
    Bianca Chiminellola meilleure amie de Daisy
    Henry Robininvité au dîner
    Eric Westchanteur
    Louis Herthumhomme à la fête de Caroline
    Ted MansonMr. Daws
    Henry Pelitirechômeur
    Jacob TolanoMartin Gateau
    Joanna SaylerMrs. Button
    Walter Delmardanseur
  • Rus BlackwellRobert Williams
    Michael Wozniakofficier pendant la 1ère Guerre Mondiale
    Dewayne Batemanmembre de la famille
    Myrton Running wolfDennis Smith
    Jacob WoodMartin Gâteau
    David PatersonWalter Abbott
    Joe FontanaClites
    Garrett Forbesdanseur
    Craig SawyerChelsea crewman
    Cameron Cashdanseur
    Jody Thompsonpolicier en 1919
    Louis Dupuychauffeur de taxi
    Brett Beoubaypolicier en 1918
    Zuri GoldmanGuy Gadbois
    Jason McLaughlin1960's clock cleaner
  • Aaron Jennings HartnellAmerican Ballet Theatre Judge
    Mitchell FalkFrançais dans la barque
    Danny Vinsonle prêtre
    Fiona HaleMrs. Hollister
    Patrick Thomas O'BrienDr. Rose
    Danny Nelsonle Général Winston
    Lance Nicholsle prédicateur
    Rampai MohadiNgunda Oti
    Troi BechetFilamena Gilea
    Clay CullenMr. Daws jeune
    Don CreechPrentiss Mayes
    Richmond ArquetteJohn Grimm
    Ilia Volokl'interprète russe
    Stephen Monroe Taylorun marin
    Adrian ArmasDavid
  • Wilbur FitzgeraldTV Reporter
    Stephen TaylorSailor
  • LISTE TECHNIQUE
    David Fincher
    Cate BlanchettDaisy
    Julia OrmondCaroline
    Taraji P. HensonQueenie
    Tilda SwintonElizabeth Abbott
    Elle FanningDaisy à 7 ans
    Madisen BeatyDaisy à 10 ans
    Katta HulesCaroline à 12 ans
    Libby FosterCaroline jeune
    Shiloh Jolie-PittCaroline bébé
    Deneen Tylerla fille de Queenie à 40 ans
    Devyn A. Tylerla fille de Queenie
    Devyn Tylerla fille de Queenie à 14 ans
    Faune ChambersDorothy Baker
  • Emma Degerstedtdanseuse
    Eve Brent
    Megan Brownla femme qui embrasse Benjamin
    Donna DuPlantierBlanche Devereux
    Brianna Womickdanseuse
    Naima Imani LettMadame
    Aliane Baquerotdanseuse de l'Opéra de Paris
    Jeanne BourgeoisJudith, la mère de Daisy
    Emily Howeinfirmière française
    Lauri ChristiWalk of shame girl
    Geraldine Glennmembre de la famille
    Allison Robininvitée au dîner
    Victoria GouletBarmaid
    Paula GraySybil Wagner
    Malerie Gradydanseuse
  • Cynthia LeBlanccliente du restaurant
    Joeanna SaylerCaroline Button
    Marion ZinserMrs. Horton
    Phyllis SomervilleGrandma Fuller
    Sonya Lesliel'infirmière de Daisy
    Edith IveyMrs. Maple
    Yasmine Abriella prostituée avec Benjamin
    Taren CunninghamElizabeth Abbott jeune
    Ashley NolanWoman Doctor
    Jessica CropperUne danseuse
    Katherine CrockettUne danseuse
    Cean Chaffin
    Kathleen Kennedy
    Francis Scott Fitzgerald
    Eric Roth
  • Robin Swicord
    Eric Roth
    Robin Swicord
    Tarsem Singh
    Kazuhiro Tsuji
    Claudio Miranda
    Kirk Baxter
    Angus Wall
    Laray Mayfield
    Tom Reta
    Victor J. Zolfo
    Jacqueline West
    Stacey L. Taniguchi
    Donald Graham Burt
    Kelly Curley
  • Eric Barba
    Greg Cannom
    Mickey Giacomazzi
    Ren Klyce
    Craig Barron
    Nathan McGuinness
    Edson Williams
    David Parker (II)
    Michael Semanick
    Mark Weingarten
    Jean Black
    Colleen Callaghan
    Carole Chomand
    Sabri Ammar
    Alexandre Desplat

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « L'Etrange histoire de Benjamin Button »


  •  le 02 Mars 2009 par

    Une vieille dame tient par la main un jeune enfant à qui elle donne avec une tendresse infinie un baiser sur la bouche, s'éloignant doucement dans le cadre, de dos, entouré d'arbres atemporels :en un plan, dont la splendeur n'a d'égale que sa discrétion et sa pudeur, Fincher résume les enjeux d'un film magnifique, la vie, la mort, l'amour, le temps qui passe. Des thèmes universels rabattus, mais perçus sous le prisme du pitch novateur de la nouvelle de Scott Fitzgerald.

    C'est l'histoire d'un homme né vieux dont l'existence se déroulera à contre-courant de la normalité, ne pouvant de fait jouir de l'amour qui le lie à Daisy, son amour de toujours. Pendant un laps de temps relativement court, les deux auront le même âge que leurs artères. Le temps ravage tout. En qualifiant le film d'ennuyeux, certains n'ont semble-t-il pas compris la thématique du film : le temps, justement, et le besoin qu'ont ces personnages de se donner du temps. Fincher, à qui l'on a reproché depuis ses débuts un trop grand formalisme, n'est pas cinéaste à vouloir donner du rythme là où il n'y en a pas besoin. Le réalisateur de Seven a toujours adapté sa mise en scène pour les besoins du scénario, sans pour autant renoncer à un style immédiatement reconnaissable (les fameuses scènes de dialogue pendant un repas, par exemple). Oui, Benjamin Button est lent, mais pas nécessairement trop long. Oui, il ne raconte rien, mais les personnages prennent alors une ampleur qu'un excédent d'aventures inutiles aurait gâchée. En somme, David Fincher laisse le temps aux amants de vivre leur passion impossible, ce qui explique d'ailleurs la construction en flashbacks qui donne un second souffle à une Daisy mourante et une signification à 'l'étrange histoire' de Benjamin. Une deuxième vie avant d'être balayé par le temps qui court (habile métaphore autour de l'ouragan Katrina dont certains auraient voulu voir des images spectaculaires, vainement).

    Conscient de sa forte thématique, Fincher tend sa mise en scène dans ce sens, mêlant avec grâce et sans ostentation effets du cinéma primitif et effets spéciaux de pointe qui ne sauraient constituer l'intérêt majeur du film (mais incroyablement bluffants tout de même). Le prologue, dans cette optique, révèle à la fois la puissance conjuguée de la narration et des enjeux de la fable. On pourra certes regretter qu'Eric Roth , scénariste, appuie un peu trop la filiation de son travail avec celui effectué sur Forrest Gump (jusqu'à reprendre quasiment textuellement la séquence où le héros craint que sa tare soit héréditaire et confiée comme telle à sa progéniture), cependant il n'a pas cédé à la tentation de faire participer Benjamin à de grands événements (hormis la guerre) qui auraient détourné le film de son objectif. Et puis, nul besoin de recourir à une temporalité signalée par l'actualité, alors que les décorateurs et autres techniciens proposent une somme de travail colossale pour dater imperceptiblement chaque époque traversée. En outre, cela permet justement de rendre le temps fluctuant (jeu également sur les répétitions) et d'en amoindrir le caractère inéluctable.

    Côté casting, c'est un sans faute, avec un petit bémol pour un Brad Pitt qui marque ses limites dans le jeu dramatique, avec un gros dièse pour Cate Blanchett qui apparaît comme la seule héritière valable des grandes classiques, Garbo et Katherine Hepburn en tête.

    Mine de rien, alors que la déception s'empoigne à chagriner une partie du public, L'Etrange histoire de Benjamin Button prend la route du chef-d'oeuvre en devenir. Il ne l'est pas aujourd'hui, mais le temps, encore lui, fera le travail. L'émotion que suscite le film, pudiquement, au travers d'une mise en scène perfectionniste, trop contrôlée pour certains, est véritable, prégnante, à l'image de ce plan d'une vieille dame qui tient pas la main un jeune enfant à qui elle donne avec une tendresse infinie un baiser...

    Juste retour des choses contre le temps qui passe...

  •  le 01 Mars 2009 par

    Tout d'abord je tiens à dire que j'ai réussi à lire ta critique entièrement Dnlx, et j'ai fais de même pour "L'Etrange histoire de Benjamin Button" ( tout ça, dans la même journée et sans cligner de l'oeil une seule fois ). Comme beaucoup, je me suis installé dans le siège assez confortable du cinéma, les yeux fixés devant moi, les lumières s'éteignent et c'est parti pour 2H35 de film ! Que le spectacle commence, après tout, c'est du Fincher et le bouche à oreille à très très bien fonctionné, j'en ai entendu que du bien, du super bien même, et puis n'oublions pas cet espoir d'originalité que l'on avait tous : Un enfant qui naît vieux pour terminer sa vie en bébé. Incroyable histoire tout de même, une histoire qui fait rêver, digne des contes de fées, mais est-ce que ce cher David Fincher arrivera à s'en sortir dans ce genre de film plutôt branché à la Burton. Oui, donc, ou est-ce que j'en étais déjà... ? Ah oui, les lumières s'éteignent et le film commence enfin ( sans oublier les pop corn au caramel en main comme pour tout bon film qui se respecte ). Tout d'abord, une vieille femme qui raconte sa vie pendant un bon quinze minutes ( si ce n'est pas plus ) au point où, une dame à côté de moi me regarde étrangement avant de me demander le nom du film, si si, c'est bien Benjamin Button ! Un début étrangement long, mais après tout il ne reste que 2h20 de film... On avance dans l'histoire, euh quelle histoire ? Parce que oui, il y a bien une histoire derrière cet ennui certain, celle d'un homme qui ne cesse de rajeunir ne l'oublions pas ! Pour moi, "L'Etrange histoire de Benjamin Button" ça serait plutôt le fait que l'histoire très longue et plate, mais vraiment très plate arrive tout de même à passer rapidement, et ça c'est une histoire étrange. Dans ce film qui paraissait si palpitant, ni Brad Pitt, ni Cate Blanchett n'a réussi à me captiver plus que ça, et pourtant, je ne suis pas mauvais public. Fincher a trop essayé de se rapprocher du monde Burtonnien et cela sans aucune réussite. Pour bien montrer que la réussite n'était pas présente, il suffit juste de voir à la fin du film, si l'on éprouve une quelconque compassion pour le personnage central. Et ici, ce n'est pas le cas, on sort de la salle non en se disant "ohh le pauvre", mais plutôt en se disant " arf j'espère qu'il ne fait pas trop froid dehors ". Cependant, dans ce film tout n'est pas à jeter bien évidemment ! On retrouve assez souvent de magnifiques plans, qui donnent soudainement une beauté incroyable au film, et tant mieux ! Bilan : "L'Etrange histoire de Benjamin Button" est un film comme on en a de plus en plus souvent l'habitude de voir, un film bien, mais sur lequel il ne faut pas parler autant sinon la déception sera inévitablement au rendez-vous ! On se retrouve finalement avec 2h35 de film, mais si quelqu'un vous demandez le résumé, que diriez-vous ? Pas grand chose au final...

  •  le 19 Février 2009 par

    Chacun a ses petits problèmes de sommeil. Certains par cause de stress, d’autres souffrent d’insomnies pathologiques ou encore subissent un matelas mal rembourré. La solution miracle pour ces personnes a enfin été trouvée, et elle s’appelle « l’étrange histoire de Benjamin Button ». Un film qui a battu le record mondial en taux d’endormissement par salle. Hélas, tout le monde ne souhaite pas tomber dans les bras de Morphée en se rendant dans une salle obscure et n’étant pas prévenu on peut trouver que les 155 minutes de projections sont interminables. Car au-delà de la longueur, c’est la lenteur insufflée dans chaque scène qui nous met à l’épreuve.

    Mais puisqu’il faut parler du film, ou plutôt de ce qu’on en a vu, disons d’emblée qu’il en ressort un constat mi-figue mi-raisi. Il a tellement été attendu, eu égard à l’originalité du propos et à l’identité du réalisateur (David Fincher), que ses imperfections engendrent forcément une déception plus forte. Certes l’histoire adaptée de la nouvelle de Francis Scott Fitzgerald, était déjà digne d’intérêt et le fait qu’elle se trouve moyennement respectée dans l’adaptation n’en fait qu’un sujet de meilleure qualité. En effet le Button de Fincher est davantage embourbé dans des conflits existentiels que celui de Fitzgerald, dont la nouvelle ne faisait que 25 pages. De plus, on remarque les prouesses du maquillage et de l’interprétation, qui mettent Brad Pitt dans une position d’oscarisable très enviée. Mais on sent un peu trop le calibrage à la Forrest Gump, Eric Roth au scénario oblige. La volonté de suivre une épopée qui s’étale sur un siècle en commençant par la fin de la première guerre et en se terminant par l’ouragan Katrina, témoigne de cette volontaire association. Les costumes choisis ne sont pas non plus anodins et montrent que l’équipe du film a voulu coller à chaque période, mais pour autant la partie historique reste du domaine du détail et passe complètement au second plan, là ou un Forrest Gump savait rentrer dans ce souffle épique indescriptible. Pourquoi, par exemple, ne montrer que la pluie sur les carreaux pour évoquer l’ouragan qui a dévasté la Nouvelle Orléans ? Pourquoi passer sous silence tant d’événements des années 60-70 comme par exemple la guerre du Vietnam ?

    On assiste certes à une véritable histoire d’amour impossible, mais même dans ce style c’est beaucoup trop classique voir trop sage pour qu’on s’y attache. L’impression de fadeur est encore renforcée par la personnalité laiteuse de Cate Blanchett, peu amène à déclencher les passions. C’est un beau film, mais d’une beauté froide qui ne déclenche pas l’émotion espérée. Par ailleurs il y a des passages qui n’ont pas leur utilité dans cette romance fantastique, ce qui rappelle un peu la purge ressentie devant Zodiac. Fincher a voulu faire dans la grande fresque en empruntant à Zemeckis et Burton, et il s’est un peu endormi, lui aussi, sur les avantages procurés par l’idée de départ. Seules les transformations de Brad Pitt parviennent à nous détourner de la linéarité du contenu et, brièvement, au détour d’un palace russe, la maturité classieuse d’une Tilda Swinton vient nous faire rouvrir les paupières.

    Oui cette critique commence à être longue, et certains commencent déjà à piquer du nez. Mais il fallait bien coller à l’effet produit. Une sorte de référence au sujet qui a valeur de test. Si vous avez tenu jusque là alors vous tiendrez peut être devant le défi « LEHDBB ». Dans ce cas débrouillez vous, dites à votre côté terre à terre de se taire et laisser vous bercer par cette rêverie. Tendez les bras à la fable et au diable les poncifs. Un bon petit coucher de soleil et des bons sentiments à revendre ça fait parfois du bien aussi.

Les discussions sur le forum a propos de L'Etrange histoire de Benjamin Button



Il n'y a pas encore de discussion autour du film L'Etrange histoire de Benjamin Button


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .