Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Kaboom

Note : 0/5.0 - 0 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Kaboom

Un film de Gregg Araki avec Thomas Dekker , Chris Zylka , James Duval , Jason Olive , Andy Fischer-Price

Genre : comédie - Durée : 1h26 - Année de production : 2010

Date de sortie cinéma : 06 Octobre 2010

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Gregg Araki
Thomas Dekker
Chris Zylka
James Duval
Proposer un fond d'écran »

Kaboom, le film

  • Kaboom

    Synopsis

    Smith mène une vie tranquille sur le campus - il traîne avec sa meilleure amie, l'insolente Stella, couche avec la belle London, tout en désirant Thor, son sublime colocataire, un surfeur un peu simplet - jusqu'à une nuit terrifiante où tout va basculer. Sous l'effet de space cookies ingérés à une fête, Smith est persuadé d'avoir assisté à l'horrible meurtre de la Fille Rousse énigmatique qui hante ses rêves. En cherchant la vérité, il s'enfonce dans un mystère de plus en plus profond qui changera non seulement sa vie à jamais, mais aussi le sort de l'humanité.

  • Kaboom, un délire apocalyptique et sexuellement débridé

    Kaboom, de Greg ArakiA maintenant 50 ans révolus (il ne fait décidément pas son âge!), Gregg Araki continue d'explorer de façon aussi jouissive que – faussement - joyeuse la jeunesse américaine et ses pulsions les plus déviantes sur un mode décomplexé très « sexe, drogue et rock'n'roll ». Mais, si Mysterious Skin reste à part dans sa stars comme son film le plus sombre et probablement le plus mature, il ne faut pas se leurrer, le réalisateur américain décidément obsédé par les adolescents cache un message assez noir et pessimiste habilement déguisé en délire foutraque pop et fun.

    Car il y a deux films dans Kaboom: d'un côté le teen movie complètement barré où tout le monde couche avec tout le monde sans pudeur ni étiquettes sexuelles définitivement établies et de l'autre un thriller paranoïaque sur fond de secte millénariste et complot de famille. Comme si Araki signait là une version revue, corrigée et condensée de son triptyque des années 90 (Totally F***** Up, Doom Generation, Nowhere) matinée des couleurs vives et des substances euphorisantes de Smiley Face, sa récréation post-Mysterious Skin.

    Et comme souvent avec le monsieur, Kaboom risque de ne pas laisser indifférent. Ni les fans de la première heure qui retrouveront un univers particulier et parfaitement identifiable et qui se sentiront donc en terrain connu – mais pas balisé pour autant. Ni les détracteurs du style Araki, parfois très pubard, foutraque et pouvant sembler assez vain dans le sous-texte. Oui mais non. Non mais oui. Le délire est bien là, assumé jusqu'au bout mais le discours sur la confusion de la jeunesse américaine est lui aussi présent... sauf que le thriller semble être traité légèrement par-dessus la jambe avec des rebondissements plus que capilotractés... mais le quinquagénaire pas du tout assagi a le mérite d'aller au bout de son n'importe quoi scénaristique et de tout faire exploser- métaphoriquement et littéralement... Pas si simple! Une chose est sure, Kaboom n'est pas un film cadré, c'est un film d'une grande liberté qui se permet même de souffrir d'une sérieuse baisse de rythme au bout d'une heure, oscillant entre ses deux genres, comme hésitant sur la voie à prendre et ne choisissant finalement véritablement jamais... La mise en scène d'Araki, ultra léchée, peut parfois paraître too much – ralentis à foison, voix off, effets psychédéliques et influence lynchienne nette - mais elle a le mérite de bien s'adapter bien au propos et au ton du film.

    Kaboom, le filmKaboom a pour lui de dégager une énergie juvénile indéniable et contagieuse et de regorger de répliques savoureuses voire hilarantes. Le tout servi par des acteurs qui semblent prendre leur pied dans des rôles qui semblent fait pour eux: Smith, l'homosexuel gentiment coincé interprété par Thomas Dekker (suis je le seul à voir une ressemblance avec Jared Leto?), Stella, la lesbienne grande gueule qui révèle le tempérament de feu de Haley Bennett, London, la jeune et jolie nympho jouée par une Juno Temple étonnante, sans oublier James Duval, l'acteur fétiche d'Araki qui joue ici un second rôle essentiel, celui d'un dealer de marijuana complètement à l'ouest.

    Pop et cheap en surface, joyeusement bordélique, partant généreusement dans tous les sens, Kaboom est un film assez inclassable. A l'image de l'ensemble de cette histoire plus qu'improbable, la conclusion abrupte de cette histoire sans queue ni tête (quoique, pour la queue,... enfin, bref!) pourra être interprétée différemment en fonction de l'humeur et de le mentalité de chaque spectateur. Inutile d'en dire plus, Kaboom fait assez de bruit tout seul... Boom!

    Emmanuel Pujol

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Thomas DekkerSmith
    Chris ZylkaThor
    James DuvalLe messie
    Jason OliveHunter
    Andy Fischer-PriceRex
    Brennan MejiaOliver
    Carlo MendezMilo
  • LISTE TECHNIQUE
    Gregg Araki
    Juno TempleLondon
    Roxane MesquidaLorelei
    Kelly LynchNicole
    Haley BennettStella
    Brandy FutchFée des hallucinations
    Nicole LaLiberteFille rousse
    Natalie Alyn LindVictime culte
    Jonathan Schwartz
    Beau J. Genot
    Pavlina Hatoupis
    Pascal Caucheteux
    Andrea Sperling
    Gregg Araki
  • Johanna Ray
    Chad Rosen
    Jenny Jue
    Sandra Valde-Hansen
    Todd Fjelsted
    Kristen Rajterowski
    Trayce Gigi Field
    Jake Worden
    J.B. Popplewell
    Michel Burstein
    Vivek Maddala
    Tiffany Anders
    Mark Peters
    Ulrich Schnauss
    Robin Guthrie

Avis et critiques des internautes



Il n'y a pas encore d'avis sur le film Kaboom


Soyez le premier à proposer un avis sur « Kaboom »


Les discussions sur le forum a propos de Kaboom



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Kaboom


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .