Fan de Cinéma
Bannière 728x90

John Rambo

Note : 4.3/5.0 - 3 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Rambo

Un film de Sylvester Stallone avec Sylvester Stallone , Paul Schulze , Graham McTavish , Matthew Marsden , Ken Howard

Genre : action - Durée : 1h30 - Année de production : 2008

Date de sortie cinéma : 06 Février 2008

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Sylvester Stallone
Paul Schulze
Graham McTavish
Matthew Marsden
Proposer un fond d'écran »

John Rambo, le film

  • John Rambo

    Synopsis

    John Rambo s'est retiré dans le nord de la Thaïlande, où il mène une existence simple dans les montagnes et se tient à l'écart de la guerre civile qui fait rage non loin de là, sur la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar. Il pêche et capture des serpents venimeux pour les vendre. La violence du monde le rattrape lorsqu'un groupe de volontaires humanitaires mené par Sarah et Michael Bennett vient le trouver pour qu'il les guide jusqu'à un camp de réfugiés auquel ils veulent apporter une aide médicale et de la nourriture. Rambo finit par accepter et leur fait remonter la rivière, vers l'autre côté de la frontière. Deux semaines plus tard, le pasteur Arthur Marsh lui apprend que les volontaires ne sont pas revenus et que les ambassades refusent de l'aider à les retrouver. Rambo sait mieux que personne ce qu'il faut faire dans ce genre de situation...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Sylvester StalloneJohn Rambo
    Paul Schulzele Docteur Michael Burnett
    Graham McTavishLewis
    Matthew MarsdenSchool Boy
    Ken HowardArthur Marsh
    Rey GallegosDiaz
    Tim KangEn-Joo
    Jake LabotzReese
    Suparkorn KijsuwanMyint
    Maung Maung Khinle Major Tint
    Sai Mawngle chef des pirates
    Cameron Pearsonle missionnaire médical
    James Withle prêtre missionnaire
    Sornram PatchimtasanakarnTha
  • Aung Aay NoiLt. Aye
    Aung ThengLe leader des pirates
    Warcharentr Sedthole jeune garçon birman
    Toole Khan Khamle sergent birman
    Kammul KawtepLe charmeur de serpents
    Supakorn KitsuwonMyint
    Jake La BotzReese
    Reynaldo GallegosDiaz
    Saiwan LungtaBurmese Trooper - Lt. Aye's Hut
    Somsak WongsaBurmese Dancer Trooper #1
    Pan DokngamBurmese Hut Guard #2
    Wasawat PanyaratSnake Village MC
    Kasikorn NiyompattanaSnake Hunter #2
    Watcharentr SedthoBurmese Young Boy
    Surachai MuangdeeBurmese Dancer Trooper #2
  • Nee LungjaiBurmese Gate Guard
    Noa 'Arunee Prijareonsuk' JeiKaren Interpreter
    Pornpop 'Tor' KampusiriSnake Village Owner
    Shaliew 'Lek' BamrungbunSnake Hunter #1
    Aun Lung SuBurmese Hut Guard #1
    Han Pik
    Kjam Saen
    Tip Tiya
    Tony SkarbergMissionary #3 (Videographer)
    Thomas PetersonMissionary #2 (Dentist)
    Moan Adisak
    Mana Sen-Mi
  • LISTE TECHNIQUE
    Sylvester Stallone
    Julie BenzSarah
    Rapimpa DibuKaren Young Naked Girl
    Yupin Mu Pae
    May Kung
    Josef Lautenschlager
    Harvey Weinstein
    Andreas Thiesmeyer
    Florian Lechner
    Bob Weinstein
    Joachim Sturmes
    Randall Emmett
    Danny Dimbort
    George Furla
  • Trevor Short
    Boaz Davidson
    Russell D. Markowitz
    Matt O'Toole
    Sylvester Stallone
    Art Monterastelli
    David Morrell
    Glen MacPherson
    Sean Albertson
    Sheila Jaffe
    Franco-Giacomo Carbone
    Suchartanun Kuladee
    Witoon Suanyai
    Lizz Wolf
    Scott H. Eddo
  • Russell D. Markowitz
    William Paul Clark
    Harvey Harrison
    Pat Cassin
    Greg Chapman
    Scott Sanders
    Perry Robertson
    Veselina Georgieva
    Chad Stahelski
    Karen Ballard
    Nona Khodai
    Vair Macphee
    Craig O'Keefe
    Rebecca Poulos
    Vern Nobles
  • Somchai Santitharangkul
    Alexander Gunn
    John Shoonraad
    Pasiri Pana
    François Frey
    Olivia Malka
    Sophie Martins
    Ashley Miller (II)
    Brian Tyler

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « John Rambo »


  •  le 24 Octobre 2008 par

    4ème et ultime volet de la saga des "Rambo", "John Rambo" est de retour averc toujours le même acteur principal : Sylvester Stallone. Nous entrons assez vite dans la peau de l'eternel tueur de méchants dès le début du film. Inutile de changer de mode opératoire pour ce qui est de l'action, car en effet, c'est avec une intrigue toujours identique aux précédentes, que les "Rambo" vont se terminer. Membres et têtes arrachés de leur position initiale, là où passe notre grand guerrier, le spectateur le voit. Cependant, la dose de gore à considérablement augmenté, et cela d'une manière plutôt violente. Je dis cela en revoyant la scène de la pomme d'Adam arrachée à main nue par Rambo... Scène la plus violente de tous les volet. De plus, bien évidemment comme d'habitude, Rambo est seul ( accompagné de quelques mercenaires ) face à tous... Parviendra t-il à vaincre une fois de plus ? A votre avis ?

  •  le 15 Septembre 2008 par

    Après le succès du dernier Rocky, Stallone fait coup-double avec ce dernier Rambo... et oui plus surprenant que cela en a l'air, Rambo 4 est très bien réussi ! Avec un Stallone survolté et au meilleur de sa forme, on se remet dans le bain du guerrier sans pitié et solitaire ! Cette fois en Birmanie ou il va combattre la guerre civile ! Voulant montrer avec le plus de réalisme la gravité et la violence des combats dans cette jungle, Stallone créer un film très violent, bien plus que les précédents en tout cas. Outre ce point, le film dans l'ensemble est vrément un concentré d'action, on en s'ennuie pas, Rambo non plus, avec des dizaines de morts a la minute, le film bouleverse le public. Au niveau du scénario rien de spécial ce n'est pas le point fort du film, mais une réalisation a la hauteur,e t un jeu d'acteur toujours aussi bon permet à ce (dernier?) Rambo d'être aprècié par tous. A voir, pour les fans surtout...

  •  le 16 Mai 2008 par

    Rien de tel pour se refaire une santé que de se replonger dans les racines du succès : après avoir redonné vie à Rocky, le personnage qui l'a (qu'il a) installé au sommet du box-office, bonant malant, pour un peu plus de 15 ans (jusqu'à Cliffhanger, même si la période a été traversé de nombreux nanars, alors que son rôle le plus convaincant intervient dans Copland), après avoir donc renoué avec l'intimisme et l'humanité du boxeur bouseux, Sylvester Stallone ressucite John Rambo, dont le premier épisode constitue une autre page mémorable de sa filmographie. Autant les Rocky et Rambo originels avaient en commun dans le fond, autant les nouveaux, thématiquement, formellement, diffèrent l'un de l'autre, comme si leur auteur avait été pris d'une crise schizophrénique.

    En reprenant en tant que titre de ses films l'identité complète des héros, Stallone tient à toucher à leur essence même, à les icôniser une dernière fois (sûrement pour Rocky, c'est moins probable pour Rambo) afin de tordre le cou à une représentation erronnée au fil de suites plus calamiteuses les unes que les autres (mais dont Stallone reste responsable). Rocky est une bonne pâte, symbole de la concrétisation du rêve américain, dont l'humanité a ravi le coeur du public ; Rambo incarne le revers de la médaille, l'échec de l'American Dream, lui le produit gouvernemental jeté après usage, l'homme devenu une bête féroce. John Rambo en est une parfaite illustration, déclinaison, conclusion, comme vous voulez.

    La violence y est de quasiment de tous les plans, tout de moins constante, d'une ouverture constituée d'images d'actualité des exactions militaires de la junte birmane, rappelant tristement la méthode nazie, à un affrontement final où les corps sont déchirés de toutes parts, en passant par une séquence absolument insoutenable de cruauté (qui aurait mérité un point de vue un peu moins impliqué pour que l'on ne soupçonne pas Sly de vouloir démagogiquement interpeller le spectateur - mais peut-on réellement lui en tenir rigueur alors que plus personne dans le monde occidental ne se préoccupe de la situation en Birmanie ?).

    De fait, en regardant tout cela, on a plus l'impression de voir un film d'horreur qu'un film de guerre (aussi personnelle soit-elle), et c'est peut-être bien l'objectif : la guerre n'est finalement sémantiquement qu'une opposition conceptuelle entre gouvernements, un terme galvaudé utilisé jusque dans des titres de films familiaux ; ici, paradoxalement, l'horreur rend leur humanité à un peuple et plus généralement à l'Homme être exterminé comme du bétail (un homme sert de nourriture à des cochons - renversement de la chaîne alimentaire -, les bébés, les enfants, sont jetés dans le feu comme des morceaux de bois, les hommes sont entrés de force dans un jeu de la roulette russe, mais avec des bombes dans l'eau à la place, les femmes sont violées, consommées comme une marchandise).

    Du coup, malgré tout, on vient à s'interroger sur une éventuelle justification de la violence qui serait véritablement nauséeuse. Le réalisateur parvient à contourner cet écueil en, justement, amener cette violence à son paroxysme, la rendre soit irregardable, soit grand-guignolesque : si l'attaque du village keren fait monter le sentiment de révolte chez le spectateur, les massacres qui suivront (et qui seront concentrés sur les militaires des deux camps) sont ponctués d'images gore complaisantes, gratuites, qui l'emmènent aux jeux du cirque. Impossible dès lors de se sentir impliqué tout à fait dans la volonté de réalisme de Stallone dans sa mise en scène, et ce recul permet de questionner cette violence. D'une certaine manière, cela lui permet de se positionner politiquement, d'esquisser une réponse, en tous cas une réflexion, sur la façon de gérer les conflits mondiaux (élément de réponse avec le personnage du pasteur).

    Il y aurait beaucoup à dire sur John Rambo, et en même temps très peu : pour certains, le film sera matière à polémique, propagande ou charge gouvernementale, pour d'autres, un exercice de style boursouflé de violence gratuite, malsaine, et peu convaincant, ou un putain de survival ultra-efficace dans la lignée du non moins polémique et efficace Apocalypto de Mel Gibson. Pour ma part, je suis partisan du "putain de survival", qui fait en plus intelligemment le lien avec Rambo first blood : par la reprise de la musique de Jerry Goldsmith, et par un épilogue qui se joue de la chronologie pour lier cette fin à l'ouverture du premier opus. Souhaitons que l'on en reste là, pour ne pas gâcher ce come-back (cet adieu ?) réussi.

Les discussions sur le forum a propos de John Rambo



Il n'y a pas encore de discussion autour du film John Rambo


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2023 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .