Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Isolation

Note : 4/5.0 - 2 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Isolation

Un film de Billy O'Brien avec Sean Harris , Marcel Iures , John Lynch , Crispin Letts , Stanley Townsend

Genre : épouvante - Durée : 1h34 - Année de production : 2005

Date de sortie cinéma : 07 Juin 2006

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Billy O'Brien
Sean Harris
Marcel Iures
John Lynch
Proposer un fond d'écran »

Isolation, le film

  • Isolation

    Synopsis

    Dans la campagne irlandaise, un fermier attend que l'une de ses vaches mette bas. Il a passé un accord avec un laboratoire biologique pour sortir son exploitation des dettes et a autorisé des chercheurs à faire des expériences sur son bétail...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Sean HarrisJamie
    Marcel IuresJohn
    John LynchDan Reilly
    Crispin LettsLe docteur
    Stanley TownsendGarda Hourican
  • LISTE TECHNIQUE
    Billy O'Brien
    Essie DavisOrla
    Ruth NeggaMary
    Bertrand Faivre
    Ruth Kenley-Letts
    Stephanie Denton
    Andrew Lowe
    Nicolas Meyer
    Tessa Ross
    Billy O'Brien
    Robbie Ryan
    Paul Inglis
    Justinian Buckley
    Wendy Brazington
  • Tamara Conboy
    Kevin Downey
    Suzanne Cave
    Luke Johnston
    Jill Dempsey
    Bob Keen
    Mervyn Moore
    Adrian Johnston

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Isolation »


  •  le 27 Février 2008 par

    Un nouveau grand film d'horreur au pitch improbable, mis en scène par un inconnu qui ne devrait pas le rester longtemps...D'où ça vient ? D'Angleterre, pardi !! Imaginez un peu, un Alien bovin, un The Thing rural, sur fond de Ken Loach : la mixture semble indigeste et surtout irréalisable, et pourtant O'Brien remporte la mise à deux ou trois choses près.

    Ce qui choque dans Isolation, c'est d'abord le choix parfait du titre : d'ouverture, il n'est jamais question, à l'exception près d'un épilogue convenu pas totalement nécessaire. L'isolement, la solitude, peu importe comment on l'appellera, est total ; on reste coincé dans cette ferme avec son propriétaire qui, lui, n'y est pas enfermé sauf de son plein gré (à la fin, il déclare «je ne peux pas quitter ma ferme», comme si une force invisible innommée le retenait malgré tout); nulle lumière également, le réalisateur choisit de rester le plus naturaliste possible et de rendre compte de la campagne anglaise telle qu'on a pu la voir dans l'œuvre de Loach. Et pour parfaire le tableau, O'Brien ajoute un couple en fuite, délivré de leurs liens familiaux, tout comme le héros dont on soupçonne une ancienne liaison avec la véto.

    Il faudra attendre une bonne heure avant de voir surgir un monstre dans cette histoire. Et on le regrette presque, car ces personnages, avec leurs fêlures et cette situation de misère psychologique, parvenaient sans mal à nous intéresser.

    Mais voilà, il y a ces manipulations génétiques sur des vaches, rappelant les heures noires de la maladie de Kreustfeld-Jacob (pardon pour l'orthographe, je suis pas allé vérifier) : en soi, la deuxième partie qui y est résolument vouée contient son lot de bonnes scènes de frissons sans avoir l'air d'y toucher, et balance les hommages plus ou moins appuyés aux œuvres susnommées avec une humilité qui fait honneur au film, mais il faut bien reconnaître que le glissement, pour subtil qu'il soit, méritait de jouer la continuité stylistique : le monstre joue désormais le premier rôle, et pourtant, on le voit quasiment jamais, filmé rapidement dans des mouvements saccadés qui empêchent toute lisibilité. On pourrait s'en foutre si O'Brien ne revenait pas à la charge si souvent sur lui.

    En somme, Isolation est un film à l'image de son sujet, hybride, cherchant une humanité qu'on lui confère sans problème, mais rattrapé par le besoin de faire du gros sou avec une vilaine bébête. C'est vraiment dommage, mais O'Brien est un réalisateur à surveiller.

  •  le 23 Septembre 2007 par

    Voilà ce qui peut arriver lorsque l’homme se prend pour Dieu le créateur ou joue tout simplement à « l’apprenti sorcier »… Cette Isolation n’est pas liée à une mise en quarantaine, car elle n’a pas le temps de s’installer, la solitude lui a damée le pion. Solitude des personnages essayant de réparer l’irréparable. Solitude jusqu’à la dernière minute, à lire dans le regard de Mary. Ce film est angoissant et l’univers y est glauque à souhait. La crédibilité tient du fait que les acteurs ne sont pas connus (on peut s’identifier plus facilement aux personnages) et surtout que le sujet nous touche de prêt : la manipulation génétique en général, le génome en particulier. Ca sent le petit budget, mais s’en n’est pas moins efficace. Primé à Gérardmer en 2006, donc une curiosité à assouvir…

Les discussions sur le forum a propos de Isolation



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Isolation


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .