Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Il y a longtemps que je t'aime

Note : 1/5.0 - 1 avis

Titre VO : Il y a longtemps que je t'aime

Un film de Jean-Charles Tacchella avec Jean Carmet , Gilles Laurent , Alain Doutey , Roland Amstutz

Genre : comédie dramatique - Durée : 1h33 - Année de production : 1979

Date de sortie en salle : inconnue

Jean-Charles Tacchella
Jean Carmet
Gilles Laurent
Alain Doutey
Roland Amstutz

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Il y a longtemps que je t'aime, le film

  • Il y a longtemps que je t'aime

    Synopsis

    Maries depuis 25 ans, Francois et Brigitte annoncent leur separation a leur descendance : ils ont decide de retrouver leur jeunesse a travers une certaine liberte, tout en restant bons amis. Chacun mene alors ses occupations et relations a sa guise, jusqu'a ce que la maladie de Brigitte les reunisse a nouveau. Ils reprennent une vie commune.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jean CarmetFrançois Dupuis
    Gilles LaurentGilbert, le fils
    Alain DouteyGérard Martin
    Roland Amstutzle voyageur du métro
  • LISTE TECHNIQUE
    Jean-Charles Tacchella
    Marie DuboisBrigitte Dupuis
    Marie-Véronique MaurinSophie, la fille cadette
    Adolphe Viezzi
    Jean-Charles Tacchella
    Georges Lendi
    Agnès Guillemot
    Jean-Jacques Caziot
    Gérard Anfosso

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Il y a longtemps que je t'aime »


  •  le 24 Mars 2008 par

    Dramatique. C'est l'adjectif parfait pour décrire Il y a longtemps que je t'aime, première réalisation de Philippe Claudel, écrivain paraît-il fréquentable. Évitons toute incompréhension : le drame, c'est le film lui-même, condensé de ce que le cinéma français peut faire de pire. Un mélodrame pachydermique et faussement digne, qui tente de dissimuler sous des dessous auteuristes ses envies de terrorisme émotionnel. Il y a longtemps que je t'aime raconte les retrouvailles de deux soeurs, dont l'une vient de passer quinze ans en prison suite à un drame un peu mystérieux et forcément sordide. On n'en parlera clairement qu'en toute fin de film, Claudel ayant auparavant déroulé un suspense putassier et un flot ininterrompu de stéréotypes. Quand un auteur souhaite jouer avec les non-dits, et les silences qui en disent long, il a intérêt à savoir s'y prendre. Ici, même l'implicite nous est asséné avec un manque de finesse qu'on croyait réservé aux téléfilms de nos pires chaînes hertziennes. Chaque phrase, chaque virgule est surlignée dix fois au fluo, et si les personnages ne disent rien, ils le disent avec un constant air de chien battu. Le moindre sous-entendu est répété dix fois pour être bien sûr que la ménagère de plus ou moins cinquante ans comprenne de quoi il retourne, et l'on a l'impression à chaque fin de scène d'entendre Claudel murmurer «vous voyez ce que je veux dire» pour bien insister sur l'aspect sursignifiant de ses dialogues. Voilà un film qui, non content d'être terriblement ennuyeux (putain, deux heures), ne recule devant rien pour appâter le chaland. Il y a là-dedans un côté café du commerce qui met un peu plus en valeur la démagogie et le populisme de l'ensemble. La télévision, le foot, l'Irak, tous les thèmes un peu à la mode y passeront à un moment ou à un autre, et l'on s'étonne de ne rien entendre concernant la tektonik ou le mariage de l'omniprésident. Mais les thèmes majeurs du film sont plutôt à chercher du côté de la culpabilité, de la perte, de l'enfermement. Avec cette phrase qui résume tout, façon Hélène Segara : «la pire des prisons, c'est la mort d'un enfant». On en rirait presque si ce n'était asséné par une Kristin Scott-Thomas aussi épouvantable qu'elle a pu être brillante ailleurs, et plus mal filmée que jamais. Claudel multiplie les angles inutiles et les gros plans bien appuyés pour faire apparaître les comédons des personnages, et les révéler ainsi sous leur jour le plus cruellement humain. La connerie de ce film n'a pas de limites, ne cessant de croître de scène en scène, pour aller culminer lors de cette ultime scène de confession, où il s'avère évidemment que tout le monde il est beau et tout le monde il est gentil. Finesse, courage, matière, style : autant de mots qui flottent à mille lieues d'un film qui rappelle l'infâme Voleur de vie d'Yves Angelo. Dramatique.

Les discussions sur le forum a propos de Il y a longtemps que je t'aime



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Il y a longtemps que je t'aime


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .