Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Il était une fois en Chine

Note : 5/5.0 - 1 avis

Titre VO : Wong Fei Hung

Un film de Tsui Hark avec Jet Li , Jacky Cheung , Cheng Kent , Max Mok , Zhau Wen Zhuo

Genre : aventures - Durée : 2h08 - Année de production : 1991

Date de sortie en salle : inconnue

Tsui Hark
Jet Li
Jet Li
Jacky Cheung
Cheng Kent
Max Mok
Zhau Wen Zhuo

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Il était une fois en Chine, le film

  • Il était une fois en Chine

    Synopsis

    Fa Shan, Chine du sud, fin du 19ème. Dans un climat politique tendu, Wong Fei-hung, docteur en médecine et maître de kung-fu, est chargé de maintenir l'ordre, troublé par l'invasion des armes à feu. La tâche est rude, d'autant qu'un trafic d'esclaves commence à s'organiser. Pour corser le tout, son disciple part chez l'adversaire...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jet LiWong Fei-hung
    Jacky CheungBuck Teeth Soh
    Cheng KentLin Chi-Rong
    Max Mok
    Zhau Wen Zhuo
    Steve TartaliaTiger
    Jonathan IsgarJackson
    Yee Kwan YanIron Robe Yim
  • LISTE TECHNIQUE
    Tsui Hark
    James Wong (II)
    Rosamund Kwan13ème tante
    Bia YuenLeung Fu
    Yiu Ming Leung
    Pik-yin Tang
    Tsui Hark
    Kai-Chi Yun
    Ng Man-ching
    Marco Mak
    Yuen Woo-Ping
    Romeo Díaz

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Il était une fois en Chine »


  •  le 08 Novembre 2006 par

    Après avoir remis au goût du jour le polar (la trilogie le Syndicat du Crime) et le film de fantômes (la trilogie Histoire de Fantômes Chinois) en tant que producteur, Tsui Hark revêtait au début des années 1990 son costume de réalisateur pour révolutionner le film de sabre et de kung-fu. Pour cela, il s’approprie le personnage légendaire de Wong Fei-Hong, médecin adepte du kung-fu à la philosophie très sereine ayant réellement existé lors de cette époque et choisit la star martiale Jet Li tant pour ses performances acrobatiques et sa virtuosité technique que pour son jeu d’acteur extrêmement sobre et sa classe et son élégance. Once Upon a Time in China est bien entendu une fresque épique qui vaut indéniablement le détour pour ses nombreux combats. Ces derniers sont chorégraphiés de main de maître avec le savoir faire made in Hong-Kong propre aux films du genre. Qu’ils soient à mains nues, avec des armes ou des objets familiers, ils sont variés de bout en bout du métrage et rivalisent de prouesses virtuoses notamment grâce aux câbles utilisés pour les combats aériens aux acrobaties proprement hallucinantes de virtuosité. Toute l’équipe chargée de l’animation des arts martiaux mérite amplement le respect tant les combats sont filmés avec une fluidité remarquable et un sens indéniable du spectacle. Ces combats rythment parfaitement le métrage et servent de trame efficace au récit mais ils ne constituent pas le seul atout du film. En effet, le réalisateur insère habilement des éléments de comédie, de romance pour insuffler un peu de légèreté à un contexte historique difficile pour la Chine de la fin du XIXème siècle où le pays était victime de l’impérialisme des colons anglais et américains. D’ailleurs, à cette occasion, Tsui Hark n’hésite pas à pointer du doigt des phénomènes malheureusement universels comme le nationalisme, le banditisme, l’esclavagisme ou le proxénétisme à l’état industriel et pose le débat : un pays a-t-il intérêt à s’inspirer des avancées techniques et scientifiques de ce qui se fait ailleurs quitte à renier ses racines et sa culture ? Tsui Hark montre l’occidentalisation malsaine subie par son pays et dresse un portrait peu flatteurs des colons avec un regard certes peu objectif mais il faut reconnaître qu’une part de vérité existe certainement à ce niveau. On remarque que malgré cela, le réalisateur refuse la dramatisation à outrance comme c’est trop souvent le cas pour les films occidentaux. Il convient de ne pas oublier le côté esthétique du film. La partition musicale tout bonnement magique savamment concoctée par le regretté James Wong accompagne habilement toutes scènes du film, du drame à la comédie en passant par les combats et de son côté, Tsui Hark n’oublie pas de nous livrer des plans de toute beauté via des filtres et des ralentis judicieusement utilisés, ou encore de magnifiques scènes se déroulant sous la pluie qui laissent simplement bouche bée tant elles sont propices au rêve. Il était une fois en Chine mélange agréablement cinéma populaire et réflexions sur le monde et saupoudre ces ingrédients d’une importante pincée de spectacle totalement jouissif et d’un zeste de comédie burlesque habile. Tsui Hark débutait en 1991 la saga des Once Upon a Time in China en réalisant une œuvre maîtresse et surtout universelle.

Les discussions sur le forum a propos de Il était une fois en Chine



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Il était une fois en Chine


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .