Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Hostel

Note : 2.9/5.0 - 7 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Hostel

Un film de Eli Roth avec Jay Hernandez , Derek Richardson , Eythor Gudjonsson , Jan Vlasak , Petr Janis

Genre : épouvante - Durée : 1h35 - Année de production : 2005

Date de sortie cinéma : 01 Mars 2006

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Eli Roth
Jay Hernandez
Derek Richardson
Eythor Gudjonsson
Proposer un fond d'écran »

Hostel, le film

  • Hostel

    Synopsis

    Adepte du tourisme sexuel et des vacances de débauche, deux Américains se rendent à Prague pour y faire un maximum de rencontres. Les filles sont effectivement faciles, mais bientôt, le cauchemar commence...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jay HernandezPaxton
    Derek RichardsonJosh
    Eythor GudjonssonOli
    Jan Vlasakl'homme d'affaires hollandais
    Petr Janisle chirurgien allemand
    Takashi Miike(cameo)
    Radomil UhlirLe manager défoncé
    Philip WaleyAlfie
    Mark TaylorBrucey
    Nick RoeStan
    Gabriel RothSir Robert Wappus
    Josef BradnaLe boucher
    Petr SedlacekLe chauffeur de taxi édenté
    Roman JaneckaL'homme qui jette la bouteille
  • Eli RothUn jeune au haschbar
    Christopher Allen NelsonOfficier de police hollandais
    Miroslav HanusMéchant officier de police
    David BaxaLe gardien du musée des tortures
    Lubos VinickyL'elfe hollandais en colère
    Jakub HabartaLe garçon du bus
    Ota FilipMuttonchop
    Rick HoffmanThe American Client
    Lubomir Silhavecky
    Miroslav TáborskýThe Friendly Police Officer
    Vladimir SilhaveckyYuri
    Martin KubacákThe Scarred Cab Driver
    Drahoslav HerzanBob
  • LISTE TECHNIQUE
    Eli Roth
    Barbara NedeljakovaNatalya
    Jana KaderabkovaSvetlana
    Jennifer LimKana
    Paula WildMonique
    Jana HavlickovaVala
    Vanessa JungovaSaskia
    Petra KubesovaSvetlana Shemp
    Natali TothovaNatalya Shemp
    Barbora OboznenkovaDisco Girl
    Martina KralickovaPretty Woman
    Zina BlahusovaGirl
    Daniela BakerovaOlder Woman
    Scott Spiegel
  • Quentin Tarantino
    Boaz Yakin
    Eli Roth
    Milan Chadima
    George Folsey Jr.
    Franco-Giacomo Carbone
    Franco-Giacomo Carbone
    Gregory Nicotero
    Howard Berger
    Kelly Wagner
    David Baxa
    Milan Chadima
    Tomas Belohradsky
    Rini Lemanova
    Nathan Barr

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Hostel »


  •  le 11 Mars 2009 par

    Violence gratuite ( qui coûte quand même plusieurs milliers de dollars pour certains qui prennent leur pied d'une façon plus que morbide ), giclée de sang, membres découpés, voilà le bilan de "Hostel" Chapitre 1. On est bien loin de l'univers romantique de "Twilight", même si au début on remarque seulement un film qui a du mal à se mettre en place, avec du sexe en veux-tu en voilà, on attend la suite en se demandant ce qu'elle nous réserve. A la limite de American Pie au départ, une fois la scène posée, c'est parti, le gore prend le dessus pour devenir du grand n'importe quoi. On se croirait dans les derniers épisodes du Jigsaw, alors que là, ce n'est pourtant qu'un début... C'est la fin du commencement ?! Derrière un scénario tiré à la va vite, on arrive tout de même ( étrangement ) à vivre l'action pleinement avec le personnage principal, on respire comme il respire, le frisson dans la peau. Eli Roth enchaîne horreur sur horreur. On pourrait se poser une question simple : pourquoi faire un film comme ça, aussi déjanté et morbide ? Tout comme les "Saw" d'ailleurs, auraient-ils réellement l'esprit sain tous ces réalisateurs ?! Puis n'oublions pas un point important qui fait froid dans le dos, ce sont de faits réels, eh oui, tout cela est tiré d'une histoire vraie, c'est effrayant non ? Comme quoi, même avec un film pas trop réfléchi, on peut en avoir pour notre grade niveau gore et sadisme. "Hostel" reste pour ma part assez décevant même si tout n'est pas à jeter... Eli Roth ne s'est pas montré sous son meilleur jour.

  •  le 19 Juillet 2007 par

    J'ai été franchement déçue, le scénario me semblait plein de promesses. Je pensais avoir enfin trouvé un film un peu plus inventif dans le genre et bien non!!! L'histoire est extrement longue à se mettre en place, ça tourne en rond, les scenes d'amour s'enchainent à un rythme de teen movie et sont surtout inutiles car trop répétitives. Quand le film débute enfin tout est baclé, les plans sont flous, ils se succèdent trop vite, on débarque dans ce lieux sans vraiment savoir l'historique de ce dernier. Il aurait été interessant qu'on puisse l'explorer un peu plus et surtout en découvrir un peu plus sur les propriétaires d'un tel endroit. Par contre rien à redire sur les couleurs et la photo qui sont très jolies. Le film est esthétiquement réussi dommage que l'écriture semble avoir été négligée.

  •  le 26 Juin 2007 par

    Hostel s'adresse principalement et, pourrait-on dire, exclusivement aux Américains. Pourquoi ? Parce qu'il semble que le très malin Eli Roth ait pris ce cahier des charges du feu Code Hayes et de l'actuel MPAA (deux bibles de la censure ricaine) pour refourguer dans son métrage tout ce qu'ils interdisent : le sexe, présenté comme un petit porno moins les inserts hard ; le gore, quand même peu ragoûtant, même si sur l'ensemble peu présent ; et puis, d'autres c hoses, comme la représentation d'une homosexualité quiquagénaire, la cigarette, la cigarette qui rigole sous toutes ses formes, et l'alcool. Tous les tabous sont à l'image, afin de dresser un miroir à peine déformé par une esthétique léchée ultra-colorée. La preuve ? Roth parsème son film de reflets (Hostel se reflétant au début dans une flaque d'eau), de jeu de miroir (l'assassinat du gars du train), et en général, joue autour du thème du regard, en apposant un point de vue souvent subjecitf : c'est le spectateur qui est chevauché par la splendide Slovaque Natalia, c'est encore le spectateur qui mate le cul (par un mouvement de caméra) de la standardiste, encore lui qui ne voit que par l'interstice d'une cagoule trouée, lui toujours qu découvre les exactions commises dans cette antichambre de l'enfer (et ce n'est pas un hasard non plus si l'Asiatique est énucléée au chalumeau). On est donc constamment ramené à notre (leur) identité d'Américain pur souche venu comme des nouveaux explorateurs conquérir une Europe vieillissante. Alors forcément, en quoi ça peut nous concerner, nous pauvres geeks européens tout juste abreuvés par le renouveau du genre horrifique premier degré (Massacre..., le remake ; Détour mortel ; Saw) ? La déception ne pouvait que nous prendre à la gorge après la découverte sur grand écran du dernier chouchou de Tarantino. Parce que le gore n'y est que ponctuel, mais c'est là toute la malice de Roth que de ne pas donner au spectatuer ce qu'il attend, c'est-à-dire une boucherie sans nom. Non, il ne jouera pas le jeu de la perversion, il ne jouera pas à représenter l'horreur d'une manière banalisée, comme sur Fox News, et toutes ces chaines US qui font leurs choux gras de la guerre en Irak. Car c'est bien de cela qu'il s'agit, de renvoyer l'Américain lambda à sa propension à la violence, à cette soif irraisonnée de vouloir faire la guerre et tuer, torturer comme à Guantanamo, ignorant les règles de la dignité humaine. Limite, ce serait normal au vu du comportement des troupes américaines de payer pour se taper un fils de l'Oncle Sam. La violence appelle la violence, c'est ce que nous donne à voir Roth dans ce dénouement vengeur où le «héros» s'abandonne aux mêmes méthodes de tortionnaire que sa victime. A ne pas sous-estimer, et en attendant le deuxième.

  •  le 17 Avril 2007 par

    Le scénario était alléchant : une bande de jeunes débarquent dans un lieu paradisiaque, qui se révèle être un lieu de torture et d'horreurs ... Tout commence comme un teen movie : des scènes de dragues, de boite de nuit, de galipettes, en veux tu en voilà. Pourtant, Hostel ne commence vraiment qu'au bout d'une heure de filles toutes nues. Et là, c'est le déchainement, comme pour rattraper le temps. Les séquences de découpage, déchiquettage, tronçonneuse se suivent sans aucun répis. Mal ficellées, elles sont limite baclées, le dénouement est un peu trop rapide et on reste sur sa fin. Hostel n'est pas pas un mauvais film, c'est simplement que l'on en attendait plus. Il devient vite une série de clichés, avec ses «tortures classiques». Dommage que le scénario n'ai pas été mieux travaillé. c'est de la violence gratuite pour mériter le statut de film d'horreur !

  •  le 08 Avril 2007 par

    Ca commence comme A nous les petites hollandaises, ça se poursuit comme un Wes Craven années 70 : si l'on veut voir Hostel, pas question d'être allergique au mélange des genres. Ni aux gros effets gores bien dégoûtants (yeux crevés, membres tranchés, tronçonneuses). Ca révulse? Un peu. Ca faisait bien longtemps qu'on n'avait pas vu tant de spectateurs (et surtout -trices) quitter la salle avant la fin. Ca fait peur? Pas trop. Car comme dans Cabin fever, son premier long (et très moyen) métrage, Eli Roth ne vas jamais assez loin. Dès qu'on risque d'être vraiment mal à l'aise, il insère des scènes de comédie assez malvenues et toujours de mauvais goût. C'est assez foutraque et putassier. C'est souvent filmé avec les pieds. c'est joué de façon quelconque. On ne peut pas dire que ce soit du bon cinéma. Et pourtant, parce qu'on est tous un tantinet voyeurs, le racolage de Hostel fonctionne. Racolage à deux étages : la première partie offre une ribambelle de bonnasses plus qu'à moitié à poil, avec sexe facile à la clé, tandis que la seconde fait office de snuff-movie légal. La meilleure idée du film, c'est sans doute cette idée de service réservé aux riches clients, qui peuvent devenir des bourreaux d'un jour, avec armes (et victimes) au choix. Mais, trop mal exploitée, elle ne permet pas à Hostel de sortir de sa relative médiocrité. Une médiocrité pas déplaisante, mais une médiocrité quand même.


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de Hostel



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Hostel


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .