Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Hitman

Note : 2/5.0 - 3 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Diary of a Hitman

Un film de Roy London avec James Belushi , Seymour Cassel , Forest Whitaker , Lewis Smith

Genre : action - Durée : 1h30 - Année de production : 1991

Date de sortie en salle : inconnue

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Roy London
James Belushi
Seymour Cassel
Forest Whitaker
Proposer un fond d'écran »

Hitman, le film

  • Hitman

    Synopsis

    Les aventures riches en rebondisssements de l'agent 47, un tueur à gages international travaillant pour le compte d'une mystérieuse organisation appelée The Agency.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    James BelushiShandy
    Seymour CasselKoenig
    Forest WhitakerDekker
    Lewis SmithAl Zidzyck
  • LISTE TECHNIQUE
    Roy London
    Sharon StoneKiki
    Sherilyn FennJain
    Lois ChilesSheila
    Mark Damon
    Tim Healey
    Robert Holof
    Karen Montgomery
    Kenneth Pressman
    Kenneth Pressman
    Yuri Sokol
    Brian Smedley-Aston
    Leonard Finger

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Hitman »


  •  le 22 Juin 2014 par

    Un jeu vidéo excellent qui donne un film médiocre, le pari était compliqué et cette transformation vers le grand écran n'est jamais évident. Ici il est plutôt raté, sans que cela ne soit une catastrophe.

  •  le 17 Mars 2009 par

    Un crane complètement chauve avec un mystérieux code barre tatoué sur la nuque, un costume forcément noir avec une cravate rouge (sang ?) sur chemise blanche éclatante : voici un costume seyant pour un Olyphant qui à l’air de prendre son pied en Agent 47, le plus efficace et froid des tueurs (ou Hitman donc). C’est finalement le seul acteur de ce film qui tire son épingle du jeu, là où ses partenaires pataugent dans les méandres d’un scénario sonnant creux. Il a su rendre sa présence physique crédible là ou l’histoire est complètement bancale. Le réalisateur français, Xavier Gens, a pourtant essayé de se faire entourer d’un certain Luc Besson, mais il n’a pu que sauver légèrement ce qui aurait pu être un fiasco encore plus total.

    Pensez donc que ce héros censé être la glace à l’état pur, sauvage et sans aucune attache, s’entiche en deux secondes de la fille qu’il doit tuer alors qu’il est censé avoir flingué pas moins de cent « clients » auparavant. De même son costume parfait qui ne se déchire jamais, et qu'aucune tâche ne vient souiller, impose completement la vision viédoludique du personnage. Le héros se balade dans différents endroits du globe, sans trop de soucis, et à chaque fois qu’il se fait exploser son matériel, il arrive sans même claquer des doigts à retrouver des palanquées d’armes de choc. En général tout est tellement facile pour le tueur d’élite que ça en devient presque ennuyeux. Surtout qu’en face le flic qui doit le poursuivre est d’une crédibilité proche de zéro, comme si Tintin partait poursuivre The Punisher…

    Quand on a vu ce qu’on pu donner Super Mario, Street Fighter ou encore Mortal Kombat, on pouvait craindre légitimement pour cette nouvelle adaptation de jeu vidéo à succès sur grand écran. Mais là comme dirait mon oncle René, ça ferait presque la blague. Non pas que ce film soit inventif ni même particulièrement réussi, mais au moins il respecte les codes du jeu original et en donne pour leur argent aux fans de la version console. De la même façon que Hitman, le jeu, copiait allègrement les réussites du genre que furent par exemple Metal Gear Solid, Hitman le film copie dans une sorte de hachis Parmentier une multitude de films d’action. On a le sentiment qu’on a voulu prendre ce qu’on pouvait de Bourne et Bond, mais sans parvenir à créer une saveur spécifique. Sans rien réinventer du tout donc, l’action est moyennement menée et donne un divertissement qu’on qualifiera de correct aux amateurs du genre. Reste que les poncifs sont enfoncés à grand coup de tatane. Le tueur froid et sans vergogne doit se retourner contre son organisation, les méchants sont russes, et la seule femme du film est une prostituée qui exhibe ses formes dès que possible (mais quel macho amateur de pop corn, ou ado testostéroné, pourrait se plaindre de la plastique d’Olga Kurylenko ?) .

    Une question reste : est ce qu’on peut se satisfaire aujourd’hui de voir des explosions à gogo, une tripotée d’armes, des grosses bagnoles, de multiples scènes d’action, et de temps à autres une fille nue qui passe devant l’objectif ? Certains diront oui s’ils se contentent de la production habituelle à la sauce Europa Corp. Mais on attend tellement plus d’un film, même labellisé « action ». Alors s’il vous plait messieurs les scénaristes arrêtez de « tuer » les labels les un après les autres, comme des assassins qui exécutent leurs victimes avec cynisme (on pense à l’horreur que va subir Goku dans Dragon Ball) et proposez nous de la virtuosité. Mais peut être qu’il est futile de le demander, tout comme d’exiger qu’il y ait des dialogues flattant l’intellect dans un film X.

  •  le 30 Décembre 2007 par

    Ces derniers temps, on a pas mal parlé de Hitman, mais uniquement pour de mauvaises raisons : monteur engagé à la hâte pour colmater les brèches, scènes d'action de Xavier Gens jugées trop pourries et re-tournées par un naze nommé Olivier Megaton... Malgré les fermes dénégations de ceux qui continuent à promouvoir le film, je puis vous affirmer de source sûre que 95% de ces pseudo rumeurs sont véridiques. Et que, top secret, un gros barbu nommé Luc B. s'est chargé lui-même de tourner quelques scènes pour tenter de donner à Hitman un semblant de professionnalisme. Bref, ça puait le fiasco total. Avec un peu de recul, toute cette anti-promo a eu le mérite de nous préparer à voir un mauvais film, et si Hitman est en effet un film archi-mauvais, il constitue presque une bonne surprise, puisqu'il est légèrement moins nul que prévu. Mais tout est relatif. Première abomination : le montage. Il y aurait donc eu plusieurs monteurs sur le coup, mais pas un n'a eu le talent nécessaire pour éviter que l'ensemble ne ressemble à un gigantesque hachis parmentier, un machin baveux et hétérogène qui perd de petits morceaux en route. Certaines scènes (le combat à l'épée entre les rames de train, par exemple) sont purement illisibles, ne respectant même pas le langage cinématographique le plus rudimentaire. La mise en scène de Gens, elle, est à peu près supportable, même si on sent qu'il s'est parfois emporté, trop enthousiaste à l'idée de jouer au réalisateur ricain. L'image fait très 80's, mais paraît que c'est voulu. Pas sûr que ce soit l'idéal pour l'adaptation d'un jeu vidéo... Deuxième abomination, et pas des moindres : le scénario. Prenez tout ce qu'il y a de plus pourri et de plus déjà vu dans les moins bons thrillers des dix dernières années, mélangez bien, ne gardez que la partie la plus indigeste, et vous aurez à peu près une idée de la qualité du script de Skip Woods. Compilation de clichés (sur les russes, les noirs, etc.) et de scènes archi-rebattues, Hitman se prive de toute crédibilité. Dès lors, on peut difficilement reprocher aux acteurs d'être mauvais comme des cochons. Toujours douloureux de voir des acteurs qu'on aime bien (Ulrich Thomsen, Robert Knepper et autres) contraints de faire mille mimiques pour tenter de faire exister leurs personnages. Dans le rôle-titre, Timothy Olyphant est sans doute celui qui s'en sort le mieux, son personnage étant surtout caractérisé par des litres de froideur et de sobriété. Il y a quand même bon nombre de passages too much dans lesquels il fixe la caméra avec son oeil noir mais torve, comme pour dire «regardez comme je suis costaud». Là, définitivement, c'est insupportable. En fait, même si on préfère amplement la voir dans des films plus consistants, la vraie attraction du film, c'est Olga Kurylenko. Pour continuer dans le stéréotype, la seule femme du scénario est une pute. Russe. Forcément. Mais l'actrice parvient miraculeusement à illuminer son rôle, l'alliage talent/corps parfait étant ici des plus utiles. Ça n'était sans doute pas le but premier de Xavier Gens et de ses suppléants, mais Hitman donne envie de revoir L'annulaire, de Diane Bertrand, que la divine Olga irradiait de ses charmes. Tout cela vaut bien une note aussi flatteuse.

Les discussions sur le forum a propos de Hitman



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Hitman


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .