Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Fortress

Note : 4/5.0 - 2 avis

Titre VO : Fortress

Un film de Stuart Gordon avec Christophe Lambert , Kurtwood Smith , Clifton Collins Jr. , Lincoln Kilpatrick , Jeffrey Combs

Genre : science fiction - Durée : 1h28 - Année de production : 1993

Date de sortie cinéma : 17 Mars 1993

Stuart Gordon
Christophe Lambert
Christophe Lambert
Kurtwood Smith
Clifton Collins Jr.
Clifton Collins Jr.
Lincoln Kilpatrick
Jeffrey Combs

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Fortress, le film

  • Fortress

    Synopsis

    Sur une Terre futuriste et surpeuplee ou chaque couple n'a le droit d'avoir qu'un seul enfant, John Brennick et sa femme Karen sont des hors-la-loi. En essayant de faciliter la fuite de son epouse enceinte, John est capture. Il est emmene dans la Forteresse, un centre carceral de la derniere generation, dont on ne s'evade pas.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Christophe LambertJohn Henry Brennick
    Kurtwood SmithPoe, le Directeur de la prison
    Clifton Collins Jr.Nino Gomez
    Lincoln KilpatrickAbraham
    Jeffrey CombsD-Day
    Tom TowlesStiggs
    Vernon WellsMaddox
    Alan ZitnerPrisonnier
  • LISTE TECHNIQUE
    Stuart Gordon
    Loryn LocklinKaren B. Brennick
    Carolyn Purdy-GordonZed-10
    Troy Neighbors
    Steven Feinberg
    David Venable
    Terry Curtis Fox
    Robert Stromberg
    David Eggby
    Tim Wellburn
    Frédéric Talgorn

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Fortress »


  •  le 22 Avril 2008 par

    Ah, les années 90, époque bénie des séries B bien bourrines, où l’on se devait de déverser des litres de sang, sous couvert de scénarios prétextes, le tout à la gloire d’acteur pas plus expressif que ma théière. Stuart Gordon est bien entendu un des fers-de-lance de ce cinéma de genre toujours sincère, et qui faisait le bonheur, et le font toujours, des geeks dans mon genre. Après le cultissime Re-animator, monument de gore à la légèreté assumé. Voilà que Gordon nous livrait une œuvre de science-fiction dans la lignée des Universal Soldiers ou des Absolom 2022. Lançant notre Christophe Lambert national dans une prison futuriste d’où il est impossible de s’échapper. Gordon nous expédie alors en quelques minutes les bases de l’intrigue pour nous jeter en pâture ce que nous aimons. Des gueules pas possibles, comme Jeffrey « Herbert West » Combs ou encore Kurtwood Smith en méchant très méchant. Et au programme: personnages caricaturaux, scénario squelettique, dialogue hautement philosophique, décor simpliste et effets spéciaux vieillis. Fortress a tout de la bonne grosse série B à l’américaine qui fleurissaient à l’époque. Mais n’est pas Gordon qui veut, car malgré le genre où Fortress s’inscrit, le film dépasse quand même ses confrères d’une tête, par un sens du découpage qui donne au film un rythme effréné même si on peut lui reprocher quelques longueurs, une mise en scène intuitive qui n’est pas non plus transcendantale mais qui suffit à illustrer son propos. Et une violence assumée, comme en dépeint les nombreuses scènes d’actions où le sang giclent généreusement. Le tout saupoudré d’un humour cradingue et accompagné de l’habituelle psychologie de bas étage, où des héros sans peur ni reproche se battent pour des idéaux aussi divers que la liberté, l’amitié ou l’amour. Mais que serait Fortress sans l’inénarrable Christophe Lambert, héros monolithique, défenseur de l’opprimé et révolutionnaire à ses heures. Possédant pour tout et pour toutes trois expressions faciales : la peur, la joie, la colère. Grand héros d’actionner devant l’éternel, toujours aussi drôle à son insu, le grand Lambert porte ici le film sur ses épaules par son interprétation hautement travaillée. Certes, on ne peut pas disserter longtemps sur Fortress, car même s’il aborde quelques thèmes aussi vastes que l’asservissement, la dictature, etc… Ils s’inscrivent tous dans une volonté d’éviter au film de sombrer dans la série Z complètement débile. Fortress est donc un bon gros film de geek, sincère et toujours drôle pour des fans décomplexés de films d’action bourrins, et pour les rares (mais je sais qu’ils existent) fan de Christophe Lambert. Et puis quand on sait ce qu’est devenu Stuart Gordon, nous autres fans devons nous faire un devoir de nous replonger dans ses œuvres d’origine. Pas un chef-d’oeuvre, pas un grand film, pas un monument, mais un film suffisamment sincère pour nous faire plaisir.

  •  le 18 Mars 2007 par

    Il serait très facile de verser dans la facilité et critiquer à bras raccourcis le film de Stuart Gordon, responsable de Re Animator, avec notre Tarzan national, Christophe Lambert, prêt à quitter définitivement le monde de l'actorat pour se plonger dans le ridicule le plus absolu (qui a oublié Hercule et Sherlock, Vercingétorix??). Mais le film, bien que visiblement limité financièrement, se laisse voir, et se permet même un véritable fond. Si le film se classe SF, le futurisme de la société n'est véritablement qu'idéologique, restreignant de façon drastique le nombre d'enfant par femmme (1). C'est l'occasion pour Gordon de stigmatiser le fascisme ambiant, la montée des extrêmismes au sein de son propre pays (les références au nazisme sont légion). La prison ressemble à un camp de concentration moderne, où l'homm est de la viande, un produit consommable (critique du travail inhibiteur) ; d'ailleurs, cette prison ressemble aussi à un centre commercial (voix d'ascenseur, de vendeuse de superette, stock de viande, et le code barre tatoué sur les prisonniers). Gordon pose une réflexion sur la chair, à l'instar de Cronenberg, sur la différence entre l'homme et la machine, ou avec l'animal - dissemblance très fine. Le gore apparaît donc comme une manière de mettre à jour l'horreur de l'esprit humain à travers sa chair.

Les discussions sur le forum a propos de Fortress



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Fortress


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .