Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Falstaff

Note : 4/5.0 - 1 avis

Un film Suisse/Espagnol

Genre : drame - Durée : 1h55 - Année de production : 1965

Date de sortie en salle : inconnue

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Falstaff, le film

  • Falstaff

    Synopsis

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Falstaff »


  •  le 01 Octobre 2007 par

    Le Prince de Galles est un ingrat. Loin de son père, l'austère Roi Louis IV, il vit dans le stupre et le vin une vie de joyeux noceur. A ses côtés, un ancien noble ruiné, taillé dans une barrique et menteur comme un trousse-passant : Falstaff, ruine qu'on ne visite plus et qui l'accompagne dans ses petits méfaits et ses grandes beuveries. Mais Louis IV fatigue et le jour où son pendard de fils montera sur le trône approche. Que deviendra le bouffon Falstaff ce jour-là ? La poésie de l'outrance, voici ce qui guide Orson Welles sur les pas de ce personnage mineur de Shakespeare (présent entre autres dans les pièces «Henri V» et «Les joyeuses commères de Windsor»). En créant un récit à partir de passages des différentes pièces du dramaturge qu'il traverse, Welles donne corps à une baderne touchante, qui échoue dans toutes ses entreprises et finit toujours plus bas qu'il ne semble devoir tomber. Falstaff, c'est bien sûr Welles à l'écran, pachydermique, excessif, rabelaisien en diable. Le réalisateur a l'intelligence de ne pas convoquer l'acteur à chaque plan, rendant le «show Welles» plus économe qu'il ne s'annonçait. La réalisation, contrainte à l'économie de moyens, fait une fois de plus des miracles de bouts de ficelles : superbe scène à cheval lors du larcin dans la forêt, magnifiques scènes d'intérieur dans le château, remarquable utilisation de la lumière des vitraux lors de la séquence du couronnement. Seule la scène de bataille souffre du manque de figuration (assez béant à l'écran). Mais ce qui frappe, c'est la façon dont la lettre se marie avec l'image : nulle distanciation littéraire ici, le verbe est parfaitement approprié en toutes circonstances et la distribution ne semble jamais empruntée de se le servir sur un plateau aussi éloigné des planches théâtrales. Une élégance du jeu au service d'une élégance de l'image, parfois trahie par son peu de budget (le film semble prématurément vieilli). «Falstaff» n'en rend pas moins hommage à ce bricoleur de génie qu'était Orson Welles, ogre shakespearien devant l'éternel.

Les discussions sur le forum a propos de Falstaff



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Falstaff


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .