Fan de Cinéma
Bannière 728x90

En Pleine Nature

Note : 3.7/5.0 - 6 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Into the Wild

Un film de Sean Penn avec Emile Hirsch , William Hurt , Brian Dierker , Vince Vaughn , Hal Holbrook

Genre : aventures - Durée : 2h27 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 09 Janvier 2008

Distributeur :

Sean Penn
Sean Penn
Emile Hirsch
Emile Hirsch
William Hurt
Brian Dierker
Proposer un fond d'écran »

En Pleine Nature, le film

  • En Pleine Nature

    Synopsis

    Tout juste diplômé de l'université, Christopher McCandless, 22 ans, est promis à un brillant avenir. Pourtant, tournant le dos à l'existence confortable et sans surprise qui l'attend, le jeune homme décide de prendre la route en laissant tout derrière lui. Des champs de blé du Dakota aux flots tumultueux du Colorado, en passant par les communautés hippies de Californie, Christopher va rencontrer des personnages hauts en couleur. Chacun, à sa manière, va façonner sa vision de la vie et des autres. Au bout de son voyage, Christopher atteindra son but ultime en s'aventurant seul dans les étendues sauvages de l'Alaska pour vivre en totale communion avec la nature.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Emile HirschChristopher McCandless
    William HurtWalt McCandless
    Brian DierkerRainey
    Vince VaughnWayne Westerberg
    Hal HolbrookRon Franz
    Jim Gallienlui-même
    James J. O'NeillL'orateur à la remise des diplômes
    Zach GalifianakisKevin
    Paul KnaulsLe chef de chantier
    Robin MathewsGall Borah
    Steven Wiigle ranger du ferry Steve Koehler
    Thure LindhardtMads
    Floyd Walll'homme dans la cabine téléphonique
    Bryce WaltersChris McCandless à l'âge de 4 ans
  • Jim Davis (III)l'officier de l'immigration
    Leonard Knightlui-même
    Dan Burchun passant
    Joe Dustinla bête
    John Jabaleyle présentateur
    J. Nathan Simmonsun touriste
    Kyle KwonTed Turner
    Parris MostellerYoung Boy (voix)
  • LISTE TECHNIQUE
    Sean Penn
    Marcia Gay HardenBillie McCandless
    Jena MaloneCarine McCandless
    Catherine KeenerJan Burres
    Kristen StewartTracy Tatro
    Malinda Mccollumla serveuse
    Candice Camposla fille au bar
    Signe Egholm OlsenSonja
    Cheryl Francis Harringtonl'assistante sociale
    R.D. CallBull
    Haley RammCarine enfant
    Haley Sweetle caissier de banque
    Kathleen Matticeun élève du lycée
    Merritt WeverLori
  • Susan SpencerParent
    David Blocker
    John J. Kelly
    Frank Hildebrand
    Kai Shelton
    Sean Penn
    Jon Krakauer
    Eric Gautier
    Jay Cassidy
    David Webber ( I )
    Martin Hernandez
    Robin Mathews
    Francine Maisler
    Efrain Lomeli
    Lana Veenker
  • Domenic Silvestri
    John Richardson
    Martin Hernandez
    Mary Claire Hannan
    Jean-Pierre Vincent
    Sophie Saleyron
    Michael Brook
    Eddie Vedder
    Kaki King
    Eddie Vedder
    Eddie Vedder
    David Franco

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « En Pleine Nature »


  •  le 29 Mars 2009 par

    Into The Wild est une œuvre étonnante. Elle raconte l'histoire vraie de Christopher McCandless jeune et brillant étudiant qui vient d'obtenir son diplôme. Alors qu'il est promis à un brillant avenir, du jour au lendemain, il plaque tout et décide de partir vers l'inconnu sillonnant les routes du sud des Etats-Unis et découvrant le Grand Canyon, la Californie et l'Alaska. Puis à Fairbanks, il s’installe dans un bus abandonné surplombant des montagnes enneigées. Il passera cinq mois dans ce bus En Pleine Nature. Il y découvrira ce qu'il était venu y chercher à savoir la « vraie vie » mais aussi une paix spirituelle et avant d'en arriver là, il aura rencontré une galerie de personnages divers parmi lesquels un couple de hippies, un agriculteur et un retraité. En montrant ces personnages, Sean Penn dresse en même temps le portrait d'une Amérique profonde qu'il dépeint comme chaleureuse et bienveillante. Pour son quatrième long-métrage, Sean Penn s'inspire de l'histoire de McCandless pour livrer une réflexion profonde et une critique acerbe de notre société de consommation à l'heure où le système capitaliste connaît l'une de ses plus graves crises. Le spectateur s'identifie à la quête du bonheur de McCandless grâce à un jeu d'acteur poignant tout en simplicité et en subtilité d'Emile Hirsch qui fait ici de manière épatante son entrée dans la cour des grands à Hollywood. La bande originale époustouflante finit d'imprégner le spectateur de la grandeur des paysages sauvages magnifiquement filmés et sublimés pour en faire un road movie d'une beauté incroyable et d'une pensée philosophique pure. Sean Penn signe une œuvre à la fois majeure et pudique à voir et à revoir tant le message du film est d'une portée universelle. Qu'on se le tienne pour dit, " Happiness only real when shared " ("Le bonheur n’est réel que lorsqu'il est partagé").

  •  le 17 Février 2008 par

    Into the wild est le récit cinéma relatant les derniers mois de la vie de Christopher McCandless, brillant étudiant américain promis à un avenir de cadre sup qui préfère tourner le dos à la civilisation et s’en aller à l’aventure. Il arpente les routes du grand Ouest, à la recherche de sa vérité et finit au fin fond de l’Alaska, dans une carcasse de bus abandonnée qui lui sert d’abris. Pour son quatrième long-métrage en tant que réalisateur, Sean Penn filme amoureusement la flore et la faune d’une Amérique sauvage. Cependant, l’intérêt du film réside surtout dans les rencontres humaines qui jalonnent le parcours de Chris : forte de son expérience de la vie, chacune d’entre elle tentera de lui faire comprendre qu’il se trompe dans sa vision d’une société que lui voit uniquement égoïste et consumériste. A travers la personnalité de son héros, magnifiquement interprété par la révélation Emile Hirsch, le cinéaste aborde aussi des thèmes comme l’enfance brisée, la force du destin ou la sensation d’être un imposteur dans sa propre vie. Tout ceci est traité avec une telle authenticité qu’on pardonnera à Sean Penn de nombreuses maladresses formelles ou des images de scène d’amour filmées au ralenti qui tiennent plus du ridicule qu’autre chose. Ce road movie est émotionnellement si intense que l’on vibre face à la beauté de la nature, à la solitude extrême de Chris ou lors du saisissant plan final, celui où l’on voit le portrait authentique du jeune homme n’ayant finalement saisi que trop tard le sens du mot bonheur…

  •  le 06 Février 2008 par

    Un réalisateur rebelle qui s'empare d'une histoire vraie sur un rebelle idéaliste, ca aurait du donner un chef d'oeuvre... Surtout quand on sait que l'homme derrière la caméra n'est autre que Sean Penn lui-même.

    Oui mais voilà l'aventure de Christophe «SuperTramp» (supervagabond en v.f.) McCandless n'est pas si passionnante que celà, la faute au personnage lui-même, insupportablement égoiste et auquel il est très difficile de s'attacher un tant soit peu. Ce n'est pourtant pas la faute d'Emile Hirsch, plus que convaincant dans ce rôle peu évident qui le laisse souvent seul face à la nature

    La nature justement parlons en: Sean Penn s'est il senti écrasé par la beauté des paysages? C'est la vraie question du film tant le réalisateur a du mal à les mettre en valeur. On les voit à peine alors qu'ils auraient du être les vrais héros du film... Dommage! Et les plans années 80 dignes des pires pubs pour shampoing Obao n'améliorent pas l'ordinaire

    Heureusement, le film est sauvé par les rencontres que fait le jeune homme lors de son périple iniatique: des hippies attachants, un couple de Danois déjanté et un grand père militaire émouvant qui ne feront certes que passer dans la vie de McCandless mais qui illumineront de leur présence le film.

    Le héros lui réalisera, mais trop tard, que le bonheur non partagé c'est vraiment l'enfer. Oui, vous avez bien lui cette dernière phrase d'une naiveté confondante. C'est pourtant la triste morale du film qui se double - encore pire - d'une allusion religieuse lourdaude à un prétendu pardon filial: rédemption et partage, beaux messages certes mais totalement inutiles pour le pauvre héros et bien pénibles pour le spectateur après avoir déjà du supporter pendant les 2h30 de randonnée les commentaires pseudo-intellos en voix off de la soeur du promeneur solitaire

    Les critiques élogieuses d'une presse unanime sont bien étranges. Il est surement de bon ton de s'extasier devant une ode socio-philosophico-ecologique mais on était en droit d'attendre autre chose de Sean Penn qui avait marqué les esprits avec le très beau «the pledge». Evidemment, on peut comprendre ce qui a attiré Sean Penn dans un tel projet, on peut même y voir en creux un bel auto-portrait, il est quand même difficile de réfréner un baillement d'ennui et une moue de déception devant Into the Wild, faussement sauvage, vraiment mièvre et déjà surcôté.

  •  le 06 Février 2008 par

    Aussi curieux que cela puisse paraître, contrairement à tout mon entourage t aux médias, non je n’ai pas aimé Into the Wild. Pourquoi ? Peut être parce que justement j’attendais trop de ce film encensé qui a fait toutes les unes… parce que j’avais vu Crocs Blancs et Danse avec les Loups qua j’avais adorés…Parce que le Pitch était plus qu’alléchant (l’histoire d’un jeune homme qui quitte tout pour allé vivre en plein nature, en Alaska…Qui n’as jamais rêver de tout lâcher pour une vie plus simple et plus « naturelle » ?)..Parce que le film est réalisé par Sean Penn…Parce c’est une histoire VRAIE (et donc normalement d’autant plus émouvante puisque l’on sait que c’est arrivé à un de nos contemporains)… Et bien non… Non les paysages ne m’ont pas parut grandioses (pourtant j’ai vu le film dans une grande salle, sur un grand écran). Oui je sais le film est censé se dérouler en 1992 mais est-ce une raison pour filmer de manière aussi vieillotte ? Non, je n’ai pas été touchée par cette histoire (le seul moment qui m’a vraiment émue est la rencontre de Chirstopher Mcandless avec le vieux soldat sans famille qui joue vraiment très bien l’ours bourru qui redécouvre la vie et l’attachement aux autres grâce à ce jeune homme qui justement veut se détacher, lui, des autres). Pourtant tout y était, la fin tragique, la lutte contre la société matérialiste et la Nature sauvage qui fini par l’emporter… Non, je n’ai pas été captivée par l’aventure de ce jeune homme en bute contre la société contemporaine, l’ordre établi et l’autorité parentale…je me suis d’ailleurs beaucoup ennuyée pendant la première partie un peu moins pendant la deuxième mais je pense que cette Odyssée extraordinaire au travers du continent américain aurait pu être traitée autrement …Par exemple les propos monocordes et pseudos philosophiques de la sœur de Christopher sur l’enfance de celui-ci, le pourquoi du comment il en arrivé là et pourquoi il ne lui écrit pas sont d’une lourdeur incroyable … Pourquoi tenter de théoriser ainsi ce voyage qui n’en a nul besoin ? Bref…Les acteurs ne sont pas mauvais, l’histoire est vraie donc extraordinaire par essence mais malheureusement je n’ai pas eu envie de prendre mon sac à dos et de suivre les pas de Christopher Into the Wild…et c’est bien dommage !

  •  le 31 Janvier 2008 par

    L'année passée, dans Old joy, Kelly Reichardt proposait une envolée légère dans un univers de plus en plus méconnu, celui du dépouillement et de la communion avec la nature. Un bol d'air frais de soixante-dix-huit minutes s'opposant à toute forme de matérialisme et de conventions. Aujourd'hui, Sean Penn propose à peu de choses près la même réflexion, nous offrant un film deux fois plus long, lente immersion dans des contrées isolées et désertiques où l'homme peut enfin se retrouver avec lui-même. Into the wild est une formidable ode à la nature et aux voyages, qu'ils soient intérieurs ou plus concrets. S'il est difficile de critiquer les intentions de Sean Penn, on peut toutefois rester sur sa faim devant un film qui n'est qu'une jolie pierre de plus à ajouter à un édifice écolo-philosophico-social déjà bien rempli. Malick et tant d'autres sont déjà passés par là... Into the wild n'est donc pas le chef d'oeuvre promis, l'angélisme du propos pouvant même donner des boutons à ceux qui préfèrent le doux fumet des gaz d'échappement au parfum des fleurs. Il faut cependant aller au-delà de cette légère déception et applaudir tout de même un film libre comme l'air, qui ne s'encombre (presque) jamais de morales préfabriquées et comble à merveille nos envies de cinéma. Penn filme comme il respire, changeant de rythme au gré de ses fulgurantes inspirations, et confirme sa formidable aptitude à diriger des acteurs. Souvent seul en scène, Emile Hirsch est prodigieux de naturel et de profondeur, captant la belle lumière du film comme peu d'autres auraient su le faire. Bien qu'un tout petit peu trop long, Into the wild est une quête souvent saisissante qui ne lâche jamais prise, une ode au déracinement (racines qui font renaître le héros avant de causer sa perte) et au travail sur soi. On aurait évidemment espéré encore plus de la part du réalisateur de The pledge, faux polar qui nous en apprenait davantage sur nous-mêmes. D'autant que la morale finale (»la vie ne vaut que si elle est partagée», snif) est un peu trop dégoulinante pour attendrir les plus cyniques.


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de En Pleine Nature



Il n'y a pas encore de discussion autour du film En Pleine Nature


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .