Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Elmer le Remue Meninges

Note : 4/5.0 - 1 avis

Titre VO : Brain Damage

Un film de Frank Henenlotter avec Rick Herbst , Gordon McDonald , Theo Barnes , John Zacherle

Genre : fantastique - Durée : 1h40 - Année de production : 1987

Date de sortie en salle : inconnue

Frank Henenlotter
Rick Herbst
Gordon McDonald
Theo Barnes
John Zacherle

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Elmer le Remue Meninges, le film

  • Elmer le Remue Meninges

    Synopsis

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Rick Herbst
    Gordon McDonald
    Theo Barnes
    John ZacherleVoix d'Elmer (non crédité)
  • LISTE TECHNIQUE
    Frank Henenlotter
    Jennifer Lowry
    Lucille St Peter
    Vicki Darnellfille du club
    Frank Henenlotter
    Bruce Torbet
    Gus Russo

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Elmer le Remue Meninges »


  •  le 21 Novembre 2007 par

    Si Henenlotter avait voulu, il aurait pu être Peter Jackson. Comme lui, il souffre d'une cinéphagie pathologique qui remonte à l'époque où il arpentait les salles de la 42e sur New York ou les drive-in.

    Mais jamais distribué par les studios, le gaillard a préféré oeuvrer plus ou moins dans la clandestinité afin de pouvoir garder le contrôle de ses films. Ce qui donne un résultat non pas amateuriste mais profondément underground, où ses héros errent dans les bas-fonds new-yorkais, dans les quartiers pauvres de la grande pomme.

    Dans Elmer (Brain damage en vo), Brian habite dans une piaule avec son frère, sort avec une fille gentille comme tout, mais le jour où Elmer s'empare de son corps et de son esprit, il délaisse les rapports aux autres, le sexe le laisse de marbre, il zone dans des boîtes pourries, des casses de voitures, des repères de clodos.

    Le métrage constitue une habile métaphore des ravages de la drogue (Elmer lui injecte dans le cerveau un produit par piqûre), l'isolement qu'elle crée, l'inhibition qui coupe de la réalité (amnésie des meurtres de Brian, mais le réveil est brutal). Y a qu'à voir la réaction à l'abandon du nid du vieux couple d'Elmer, d'abord psychologique puis physique. On entre alors dans un monde de la misère humaine à tous niveaux, que vient renforcer une photographie blafarde, ultra-réaliste, qui capte la lumière artificielle et ô combien triste de la réalité de cette vie délabrée. Retour vers le style scorsesien de Taxi Driver.

    Mais s'il sait en quelques idées de mise en scène donner de véritables émotions, Henenlotter n'oublie pas l'humour ravageur qui a fait les beaux jours de Basket Case (Frères de sang en vf), auquel il rend hommage intelligemment par une guest apparition : le titre déjà, jeu de mot avec le prénom du héros ; puis une scène de fellation tordante où le sexe de Brian est remplacé par Elmer aux formes définitivement phalliques : pas d'éjaculation étouffante, juste une explosion interne de cervelle...

    Alors oui, scénaristiquement, on reste dans le domaine du gore : meurtre, scène de la vie quotidienne, meurtre, scène de...etc, etc. Mais en apposant à ce schéma une évolution de la relation du monstre à son maître-esclave et une variation dans la mise à mort, Henenlotter parvient à éviter la monotonie. D'autant qu'il insére dans son récit des séquences oniriques (la première piquouse) qui révèlent un talent inattendu dans ce genre d'objet cinématographique.

    Dommage que ce cinéma se soit un peu perdu. Et vive la VHS !!!

Les discussions sur le forum a propos de Elmer le Remue Meninges



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Elmer le Remue Meninges


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .