Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Dante 01

Note : 1/5.0 - 1 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Dante 01

Un film de Marc Caro avec Lambert Wilson , Dominique Pinon , Bruno Lochet , François Levantal , Gérald Laroche

Genre : science fiction - Durée : 1h28 - Année de production : 2008

Date de sortie cinéma : 02 Janvier 2008

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Marc Caro
Lambert Wilson
Lambert Wilson
Dominique Pinon
Bruno Lochet
Proposer un fond d'écran »

Dante 01, le film

  • Dante 01

    Synopsis

    Dante 01, prison spatiale, dérive dans l'atmosphère suffocante de Dante, planète hostile, son seul horizon. À l'intérieur, six des plus dangereux criminels des mondes environnants servent de cobayes à d'obscures expériences. Une résistance s'organise autour de César, psychopathe manipulateur. Mais son autorité se voit remise en cause par l'arrivée de St Georges, mystérieux détenu, possédé par une force secrète, qu'il apprendra à maîtriser pour faire face à l'hostilité de ses co-détenus, et les libérer de l'attraction maléfique de Dante.

  • Dante 01 : un enfer pavé de bonnes intentions

    13 ans… C’est le temps qu’il aura fallu attendre pour revoir Marc Caro derrière une caméra. Rien d’étonnant chez ce grand perfectionniste qui avait mis 14 ans à accoucher avec son acolyte Jeunet de l’inclassable Cité des Enfants perdus.

    L’impatience était d’autant plus grande de découvrir Dante01 que Caro avait décidé de s’attaquer à un genre complètement délaissé en France : la science fiction. Qui plus est, il s’est adjoint les services de Pierre Bordage, un des rares auteurs français de SF reconnu et respecté. Cerise sur le gâteau, le casting de gueules cassées promettait beaucoup - de Dominique Pinon à Francois Hadji-Lazaro.

    Tout commence d’ailleurs pour le mieux avec dix premières minutes bluffantes : une voix off envoûtante qui nous emmène au pays des contes, une prison spatiale en orbite autour d’une planète de feu, des criminels psychopathes qui servent de cobayes humains… Cet agencement simple va être bouleversé par l’arrivée de deux nouveaux arrivants : une belle et jeune scientifique venu tester de nouveaux traitements et un mystérieux individu mutique et torturé.

    Dante 01, le film
    Dès la première scène-la décongélation du nouveau venu, deux choses sautent aux yeux : un évident manque de moyens et un vrai talent de la part du réalisateur pour le cacher. Des éclairages habiles, des bruitages efficaces, une caméra toujours bien placée, Caro connaît les ficelles et les tire à bon escient. Après tout, un huis clos habile et haletant n’a pas forcément besoin d’un budget colossal. L’important, c’est le scénario…

    … et c’est bien là tout le problème du film : de scénario, point ou presque. 1h10 d’ennui intersidéral entre l’introduction prometteuse et une fin dantesque. Certes, on peut se laisser prendre à l’évolution de l’intrigue malgré sa linéarité extrême mais de nombreux défauts agacent. Les personnages ne sont que des esquisses, pire des caricatures aux pseudonymes trop connotés (César le petit chef, Moloch le molosse affamé, Bouddha le tueur pacifique ; j’en passe et des pires) avec lesquelles les acteurs font ce qu’ils peuvent - le plus mal servi étant Lambert Wilson, muet pendant 88 minutes et bien mal à l’aise quand il s’agit de faire passer une émotion avec son seul visage ; les effets spéciaux rappellent furieusement les pires nanars des années 80; les scènes tournent en rond ou se répètent à l’identique et les connotations religieuses sont pesantes, très pesantes, trop pesantes (la station a une forme de croix ; Saint Christophe est considéré l’ange rédempteur). Enfin comment expliquer l’évocation inutile et incompréhensible des fameux cercles de l’enfer décrit par … Dante ? Une incohérence assez étrange : le film entre dans le 2eme cercle dès la 20eme minute et n’en sortira plus, aucune référence ne sera plus fait à ces fameux neuf cercles ultérieurement.

    Dante 01, le film
    Mais le pire est encore à venir. Car tout ce salmigondis culmine dans une scène finale ahurissante de prétention vaine qui arrive comme un cheveu sur la soupe et qui ne sort le spectateur de sa douce torpeur que pour le plonger dans un état d’hilarité profond. Certes, depuis Alien (auquel le film emprunte sans le talent l’ambiance et le schéma labyrinthique du vaisseau), tout le monde sait que dans l’espace, personne ne vous entendra crier. Dante01 pose une autre question : dans l’espace confiné d’une salle obscur, quelqu’un vous entendra-t-il ricaner ?

    En bref, un naufrage presque complet, touchant à force de naïveté et de maladresse. On avait tellement envie de croire à la résurrection de la SF à la française, au miracle du renouveau du genre que l’on avait peut etre mis trop de foi en Caro. La déception est d’autant plus cruelle qu’on sent chez lui une vraie sincérité et une personnalité originale.

    Histoire d’une rédemption, Dante01 risque fort de se retrouver crucifié au box office.

    Emmanuel PUJOL

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Lambert WilsonSaint Georges
    Dominique PinonCésar
    Bruno LochetBouddha
    François LevantalLazare
    Gérald LarocheCharon
    François Hadji-LazaroMoloch
    Lotfi Yahya-JedidiRaspoutine
    Yann ColletteAttila
    Dominique BettenfeldBR
    Antonin MaurelCR
    Yan Dron
  • LISTE TECHNIQUE
    Marc Caro
    Linh Dan PhamElisa
    Simona MaicanescuPerséphone
    Frédéric Doniguan
    Marc Caro
    Pierre Bordage
    Jean Poisson
    Linda Attab
    Sébastien Prangère
    Olivier Carbone
    Bertrand Seitz
    Chattoune
    Fabien Esnard-Lacombe
    Denis Gastou
  • Edouard Dupont
    Franck Vestiel
    Nicolas Provost
    Julien Poncet de la Grave
    Nicolas Chevallier
    Patrick Cauderlier
    Denis Bedlow
    Diane Brasseur
    Denis Lefdup
    Gerard Hardy
    Loïc Prian
    Vincent Arnardi
    Laurent Renard
    Raphael Elig
    Eric Wenger

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Dante 01 »


  •  le 31 Janvier 2008 par

    On avait perdu la trace de Marc Caro depuis 1995 et La cité des enfants perdus, deuxième long-métrage coréalisé avec un certain Jean-Pierre Jeunet. Depuis, les deux hommes ont connu des fortunes diverses, Jeunet enchaînant les succès (un alien, deux Tautou) avec une maîtrise (un peu trop) totale et une popularité sans borne, tandis que Caro tâtonnait et patientait en attendant de pouvoir concrétiser ses rêves de SF. Il a fallu douze ans pour que Dante 01 voie le jour ; douze longues années de labeur, d’obstination et de refus des compromis. C’est louable. Louable mais incroyablement vain : Dante 01 est un film généreusement raté, une œuvre ennuyeuse et erratique, un échec plus que cuisant. Après le cauchemar Eden log et ce ratage-là, il est impossible de ne pas pointer du doigt l'un de ceux qui ont participé aux deux films : ils constituent en effet les deux premiers scénarios écrits par Pierre Bordage, auteur de romans de science-fiction aussi pompeux qu’emmerdants, hélas rendu célèbre par le vide intersidéral autour de lui (la littérature SF made in France n’a que très peu de représentants). En deux films, Bordage montre l’étendue de son talent : transformer ce genre en un douloureux chemin de croix, une souffrance permanente, les sensations provoquées par ces deux films étant diamétralement opposées à la notion de plaisir. Dante 01 consiste à regarder des zinzins de l’espace (crâne rasé, œil torve, mâchoire carrée) déambuler dans un vaisseau en carton-pâte en proférant des insanités sur le destin de l’univers et la condition de l’homme. Au milieu de tout ça, une vague intrigue difficile à raconter, puisqu’aussi inintéressante que mal traitée. Dante 01 tendrait à faire de films comme le sympathique Fortress ou le nullot Supernova des chefs d’œuvre, ces films n’étant que des divertissements sans autre ambition que de captiver le public. Au-delà de la vacuité intersidérale de l'ensemble, c'est surtout la prétention du réalisateur et de l'auteur qui a de quoi agacer. On atteint des sommets en fin de course lorsque, réinventant l'expression «du coq à l'âne», Caro nous balance l'air de rien une conclusion qui voudrait ressembler aux plus belles scènes de 2001 ou The fountain. Philosophie de bazar à la clé, il achève d'achever un spectateur furax d'être tombé dans cette arnaque totale, ce non-film qui pourrait bien être le pire de l'année 2008. un 2 janvier, c'est un exploit.

Les discussions sur le forum a propos de Dante 01



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Dante 01


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .