Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Cursed

Note : 1/5.0 - 2 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Cursed

Un film Américain de Wes Craven avec Christina Ricci , Joshua Jackson , Jesse Eisenberg , Judy Greer , Scott Baio

Genre : épouvante - Durée : 1h36 - Année de production : 2003

Date de sortie cinéma : 29 Juin 2005

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Wes Craven
Christina Ricci
Joshua Jackson
Jesse Eisenberg
Proposer un fond d'écran »

Cursed, le film

  • Cursed

    Synopsis

    Un loup garou perdu dans Los Angeles infecte trois adolescents et bouleverse leur vie. Ceux ci doivent désormais abattre le monstre pour espérer changer leur destin.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Christina RicciEllie Hudson
    Joshua JacksonJake
    Jesse EisenbergJimmy Hudson
    Judy GreerJoanie
    Scott Baiolui-même
    MyaJenny
    Milo VentimigliaBo
    Kristina AnapauBrooke
    Portia de RossiPsychic
    Shannon ElizabethBecky
    Michael Rosenbaum
    James Brolin
    Robert ForsterInspecteur
    Scott FoleyInspecteur
  • James Lance Basslui-même
    Craig Kilbornlui-même
  • LISTE TECHNIQUE
    Wes CravenRéalisateur
    Kevin WilliamsonProducteur
    Marianne MaddalenaProducteur
    Bob WeinsteinProducteur exécutif
    Harvey WeinsteinProducteur exécutif
    Andrew RonaProducteur exécutif
    Brad WestonProducteur exécutif
    Stuart BesserProducteur exécutif
    David CrockettProducteur exécutif
    Robert McLachlanDirecteur de la photographie
    Don McCuaigDirecteur de la photographie
    Marco BeltramiCompositeur
    Patrick LussierMonteur
    Lisa RomaniwMonteur
  • Chris CornwellChef décorateur
    Bruce Alan MillerChef décorateur
    Alix FriedbergCostumier

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Cursed »


  •  le 05 Juillet 2009 par

    Pendant que les remakes des classiques de l'horreur continuent d'affluer sur les écrans et sur les bureaux des producteurs, il est bon de faire un rapide bilan des réalisateurs desdits classiques : Carpenter n'a rien proposé depuis Ghosts of Mars, si ce n'est l'un des meilleurs épisodes de la série Masters of Horror (Cigarette burns, une relecture astucieuse de son Antre de la folie), et le désastreux remake de son Fog qu'il a cautionné en tant que producteur. Tobe Hooper, quant à lui, ne parvient que par miracle à sortir un métrage en salles, en toute logique si l'on se fie aux qualités douteuses de Mortuary, par exemple. De leurs côtés, Sam Raimi et George Romero parviennent à livrer des oeuvres fortes et personnelles, signes d'une vigueur que l'assagissement ou l'âge n'ont su entamer. Wes Craven est un cas à part, dans la mesure où ses choix ne semblent guider que par l'appât du gain, avec bonheur pour les relectures de ses premiers chefs-d'oeuvre (La Colline... et La Dernière Maison...), pour sa plus grande honte pour certains projets imbéciles (La Colline...2) et ses dernières réalisations, en tête de liste cette horreur de Cursed, incursion pour le moins maladroite et risible dans le monde la lycanthropie.

    Pourtant, en voyant le nom de Kevin Williamson au générique, on aurait dû s'en douter, mais l'envie de voir le père de Freddy Krueger ranimer un genre horrifique en perdition depuis plus d'une décade nous a aveuglé. L'auteur opportuniste et cynique de Scream, Souviens-toi...l'été dernier et Mrs Tingle, ne saurait se montrer à la hauteur d'un mythe ancestral bien plus complexe, malgré les apparences, que le slasher et le boogeyman. A l'écriture, Cursed est déjà un ratage complet, tant les poncifs, les 'emprunts' ou 'hommages' (litote inventée pour désigner le simple pillage), et autres clins d'oeil rigolards à l'adresse du spectateur, s'accumulent au gré de séquences dont la bêtise le dispute à la vacuité. Personne n'est prêt d'oublier ce doigt d'honneur rageur lancé par un loup-garou avec un sens de l'humour aussi léger que du Bigard ou du Wayans. Même les Charlots avaient eu plus de respect pour la cible de leur parodie dans leur combat contre Dracula. Sauf que dans le cas présent, il ne s'agit nullement de détournement, et tout au plus l'humour n'apparaît que dans les moments 'forts', à savoir les attaques de lycans (le sort réservé à la première victime reste savoureux) ; cependant, dans sa tentative de reproduire l'effet de distanciation ironique acquis sur Scream, Williamson se prend les pieds dans le tapis et ne parvient qu'à ridiculiser son sujet, pour preuve ce twist éventé et inintéressant se voulant une attaque contre la soif de célébrité et de pouvoir médiatique (déjà à l'oeuvre à travers les personnages de Gale Weathers et Mrs Tingle).

    On l'aura compris, le premier responsable de cette catastrophe se trouve être le scénariste. Et Craven ? Il se contente de faire le strict minimum, travaille sur ses acquis de longues dates pour créer une atmosphère de terreur bien en deçà de tout ce qui a été fait dans le domaine, la comparaison avec le Loup-Garou de Londres étant inévitable. Un minimum syndical qui fait illusion dans la première partie, vague resucée de la forme glorieuse et successfull de sa fameuse trilogie, avant de nous faire sombrer dans l'ennui de scènes dialoguées sans intérêt. Jamais chez lui l'horreur n'aura semblé aussi dichotomique d'avec le quotidien, malgré cette tentative infructueuse avec un chien mutant.

    Dans ce cimetière d'une certaine idée du cinéma, les acteurs errent comme des âmes en peine : Christina Ricci, en même temps que ses kilos soit-disant superflus, semble avoir perdu le talent dont elle a fait preuve dans des films indépendants et/ou originaux, à des lieues de Cursed. Le regard hagard, elle apparaît plus effrayée par la direction d'acteurs que de ce à quoi elle est censée être confrontée. Un soupçon de conscience qui nous la rendrait presque sympathique si son rôle n'était pas autant réduit à de la figuration.

    On pourra toujours pester contre les Weinstein qui ont, une fois de plus, saccagé une production par de multiples incidents, coupes et remontages. Mais contrairement à d'autres métrages ayant subi la dure loi des Studios, Cursed, à l'endroit, à l'envers, semble incapable de livrer autre chose que ce sentiment de 'qu'est-ce que je fous là..et puis j'oublie...', si le souvenir de L'Emprise des Ténèbres, Le Sou-Sol de la Peur et Les Griffes de la Nuit, ne nous rappelait pas que Wes Craven savait faire quelque chose d'une caméra. En général, après un tel chaos, on dit quoi ? RIP?

  •  le 19 Novembre 2006 par

    Un film d'horreur signé Wes Craven ça faisait rêver ya longtemps, maintenant c'est ridicule (a l'image du loup-garou faisant un doigt). A eviter.

Les discussions sur le forum a propos de Cursed



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Cursed


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .