Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Chrysalis

Note : 2.5/5.0 - 2 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Chrysalis

Un film de Ed Emshwiller

Genre : science fiction - Durée : 0h21 - Année de production : 1973

Date de sortie en salle : inconnue

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Proposer un fond d'écran »

Chrysalis, le film

  • Chrysalis

    Synopsis

    Parce qu'il s'agit de l'assassin de sa femme, David Hoffmann, lieutenant à la police européenne, accepte de reprendre du service pour traquer un dangereux trafiquant soupçonné d'une série de meurtres. Une enquête qui le mènera vers une clinique à la pointe de la technologie, dirigée d'une main de fer par le professeur Brügen. Quand la vérité se loge au coeur du souvenir, la mémoire se révèle un bien précieux, objet de toutes les convoitises. Pourtant, certains souvenirs ne s'effacent jamais...

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Chrysalis »


  •  le 28 Novembre 2007 par

    On a suffisamment reproché au cinéma français sa frilosité pour blâmer totalement l'équipe de Chrysalis, polar futuriste ambitionnant de faire mieux que l'habituelle (et ronronnante) qualité France. L'image est l'attrait principal du film : prêtant à chaque plan une attention particulière, Julien Leclercq livre un film aux couleurs étonnantes, une mer de gris assez glaçante et absolument admirable. Artistiquement, Chrysalis est assez irréprochable, Leclercq s'en sortant au moins aussi bien que ses modèles (dont le Spielberg du très faiblard Minority report). Là où le film nous rappelle à une dure réalité, c'est d'abord au niveau de son scénario, à la fois simpliste et incompréhensible, qui eine à dégager des enjeux et à faire monter la tension. Très vite, on se contrefout du sort de Mélanie Thierry et Albert Dupontel pour se contenter d'admirer le joli savoir-faire technique. Il est tout de même assez consternant que des artistes et producteurs aient su créer patiemment et avec application un tel univers visuel sans se soucier une seconde de l'inanité du scénario. On croirait revoir le triste (mais bien fait) Renaissance, tentative esthétique mais foirée d'animation à la française. Comme si ça ne suffisait pas, Julien Leclercq s'est flanqué d'un acteur principal en perte de vitesse, Albert Dupontel, qui livre des prestations plus pathétiques les unes que les autres. À force de trop se prendre au sérieux et de se reposer sur son capital talent, Dupontel est une nouvelle fois caricatural, monolithique, lourdingue. On ne croit pas une seconde à son désespoir ou à son amnésie, et on a presque envie de le voir périr sous les coups du gros méchant de service (l'impressionnant Alain Figlarz). Heureusement, la casting féminin est mieux fourni (l'épatante Estelle Lefébure en tête) (si si). Détails face au nouvel échec de l'ambition française, comme s'il fallait désormais se résoudre à ce que seuls les Américains (et les Asiatiques) soient capables de faire du divertissement haut de gamme et de qualité. C'est triste.

  •  le 05 Novembre 2007 par

    Quand on disait un film de SF français, je ne m'attendais tout de même pas à ce qu'on respecte à la lettre cette appelation. Car il s'agit vraiment d'un film français, dans les mauvais côtés du terme. On se demande comment,avec un budget pareil, avec des acteurs pareils, avec une atmosphère pareille, avec une idée de base pareille, on peut sortir un film lent, sans aucun interêt et au scénario médiocre. L'histoire peine à se mettre en place, est parcourue de longueurs inutiles, pour d'un coup accélérer et donner la solution sans que le spectateur ait compris que c'était la fin. Dupontel apporte bien entendu son charisme au film, mais on le cantonne seulement à un rôle de grosse brute, qui de ce côté là on a rien à reprocher, car les combats sont parfaitement orchestrés et superbement mis en scène, dommage qu'ils ponctuent des dialogues interminables et inutiles. Le personnage d'Estelle Lefebure est un parfaite exemple de l'inutilité de certaines choses. Le réalisateur vient s'encombrer de dialogues et de personnages au lieu de se concentrer sur l'intrigue, le suspence et le rythme. Résultat le spectateur peine à accrocher pendant 1h47 et regarde les scènes, certes jolies d'un point de vue esthétique, d'un seul oeil. Un ratage total donc, une mise à sac d'une véritable potentiel, un faux espoir qui montre que le cinéma français à encore du mal à se démarquer de ces classiques et de ces défauts. On regrette que les américains ou les anglais n'aient pas eu l'idée avant.

Les discussions sur le forum a propos de Chrysalis



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Chrysalis


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2020 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .