Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Caramel

Note : 4.6/5.0 - 5 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Caramel

Un film de Henri Duparc

Genre : comédie dramatique - Durée : 0 - Année de production : 2004

Date de sortie en salle : inconnue

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Proposer un fond d'écran »

Caramel, le film

  • Caramel

    Synopsis

    A Beyrouth, cinq femmes se croisent régulièrement dans un institut de beauté, microcosme coloré où plusieurs générations se rencontrent, se parlent et se confient. Layale est la maîtresse d'un homme marié. Elle espère encore qu'il va quitter sa femme. Nisrine est musulmane et va bientôt se marier. Mais elle n'est plus vierge et s'inquiète de la réaction de son fiancé. Rima est tourmentée par son attirance pour les femmes, en particulier cette cliente qui revient souvent se faire coiffer. Jamale est obsédée par son âge et son physique. Rose a sacrifié sa vie pour s'occuper de sa soeur âgée. Au salon, les hommes, le sexe et la maternité sont au coeur de leurs conversations intimes et libérées.

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Caramel »


  •  le 18 Octobre 2007 par

    « Caramel » n’est pas ici le doux bonbon qu’on aime tant mais la cire utilisée par les esthéticiennes des salons de beauté pour épiler leurs clientes. L’histoire se déroule à Beyrouth. La réalisatrice Nadine Labaki a capté le jeu tendre et émouvant d’actrices non professionnelles. Entre deux soins, Layale, Nisri, Rima et d’autres confient leur vie sentimentale et leurs petits tracas. Le film touche par l’universalité de ses propos. A travers la vie de ces personnages féminins résolument modernes, la cinéaste dit avec drôlerie et engagement les contradictions d’un pays qui, entre traditions et modernité tente de se construire un avenir malgré les difficultés. Le parti pris d’un ton léger et presque apaisant est une réussite mais le film s’étire un peu trop pour approcher la perfection. Coloré et chaleureux, « Caramel » est plus recommandable et agréablement différent.

  •  le 07 Septembre 2007 par

    Oui ça peut faire penser un un Venus Beauté Institut Libanais (4 amies dans un salon de beauté au Liban) et pourtant c'est beaucoup plus (et mieux) que ça...Au delà de la peinture du microcosme féminin que peut représenter un salon de beauté et des états d'âmes des héroines, on décode en filigranne une réflexion sensible sur la place de la femme au Liban, les décalages générationnels qui existent dans un pays où tradition et modernité se cotoient... Nisrine (Yasmine Elmasri) par exemple doit se faire opérer pour «retrouver» sa virginité mais écoute sagement sa mère lui raconter, la veille de son mariage, qu'elle va passer une nouvelle étape dans sa vie de femme dans les bras de son mari qui est son «Seigneur»... Il y a aussi Rima que l'on devine plus attirée par les femmes que par les garçons et Jamale, qui élève seule ses enfants et court les castings. Tout cela raconté de manière très fine, très vraie très féminine. Beaucoup de sensualité aussi. On sent la chaleur moite des rues de Beyrouth qui colle à la peau, on frémit sous les mains délicates qui massent délicatement le cuir chevelu, on fond pour le Caramel préparé avec volupté...et utilisé avec dextérité ! La musique est superbe. Les commédiennes incroyables. Notamment Tante Rose et le personnage de Lili, si touchant et Layale, jouée par la réalisatrice du film Nadine Labaki. Le décors (le salon au décord sun peu défraichi sous les persiènne qui laisse passé le soleil), les dialogues, les commédiennes, tout sonne juste dans ce film à la fois drôle, touchant, dépaysant et instructif...La dernière scène du film est celle d'une femme qui se fait couper les cheveu court et sort ravie de l'instatitut, belle image de modernité et d'émancipation... Bref n'hésitez pas à goûter à ce Caramel, il n'est pas écoeurant, au contraire, il est sucré, doux, coloré, juste ce qu'il faut...En un mot, DELICIEUX !

  •  le 07 Septembre 2007 par

    »Caramel» est le premier film de Nadine Labaki, une jeune Libanaise pleine de talent. Elle nous propose l'histoire de 7 femmes (et quelques hommes) gravitant autour du bien nommé «Si Belle», un salon de coiffure à Beyrouth. Elle dépeint surtout à travers les vies de ses personnages le portrait d'un Liban à la fois tradionnaliste et moderne, religieux et libéré. Les mères musulmanes portent certes le voile mais leurs filles sont pendues à leurs téléphones portables, entretiennent des relations avec des hommes mariés ou ont des penchants homosexuels. Les hommes n'y sont pas dépeints comme des salops enturbanés, ils sont même plutôt touchants, du jeune flic maladroit au vieux monsieur digne. Ces personnages ont finalement les mêmes préoccupations que la plupart des Européens: trouver l'amour, refuser de vieillir, être heureux tout simplement. Mention spéciale à tous les comédiens - amateurs - criants de vérité et de sincérité. La plus attachante d'entre tous est la plus âgée de la troupe qui campe Lili, vieille excentrique qui ramasse tous les papiers qui trainent et qui martyrise avec beaucoup de tendresse sa soeur Rose. Quand à la musique, entêtante et sublime, elle est aussi réussie que le film. Caramel est sans aucun doute la vraie douceur de cette rentrée 2007.

  •  le 31 Août 2007 par

    Caramel est une vraie friandise cinématographique. C'est aussi un havre douillet fait de petits riens, de tendresse, de dignité et de cette essentielle futilité qui fait que la vie vaut le coup d'être racontée. Nadine Labaki a trouvé le ton juste pour dépeindre les émois et désarrois de ses personnages : un ton humble, intelligent, et sincère. Entourée de comédiens et comédiennes amateurs, la réalisatrice-actrice nous invite dans un univers à la fois accueillant et chaleureux. La beauté et la majesté des comédiens et comédiennes (amateurs pour la plupart me semble-t-il) est indicible et excessivement touchante. Quant à la simplicité de l'étude des caractères, elle ne nuit absolument pas à la qualité intrinsèque du film et a le mérite de le rendre très accessible. Tout ça pour dire que voir Caramel... ça fait du bien...

  •  le 30 Août 2007 par

    Il serait un peu facile de comparer Caramel à Vénus beauté (institut), mais il est surtout très difficile de s'en priver. Les deux films se déroulent tous deux dans un univers majoritairement féminin (salon de coiffure contre institut de beauté), propice aux révélations, aux commérages et à la peinture de destins croisés. Pour son premier long métrage, la Libanaise Nadine Labaki va cependant plus loin que les bacs à shampooing : son Caramel est la peinture tendre et acide de la condition des femmes dans son pays. Avec un à-propos admirable, elle ne dépeint pas les hommes comme des barbus intolérants et violents : ceux-là sont des mecs comme les autres, timides, lâches ou entêtés, ce qui nous évite un énième film sur la domination des hommes et la soumission des femmes. Dans ce beau salon de coiffure, Labaki filme avec aisance le quotidien de cinq femmes à peu près comme les autres, qui aiment, souffrent et vivent leur vie. Ce n'est pas pour autant un «film de filles» : le spectateur masculin se sentira parfaitement à sa place dans ce petit univers, d'autant que la réalisatrice et ses deux scénaristes hommes ont su échapper au côté midinette. La chronique est fine, bien construite, souvent bien sentie ; et les destins de ces femmes, bien qu'assez communs, sont assez captivants, par la grâce d'un traitement délicat. Si, dans le film de Tonie Marsall, l'institut Vénus beauté était surtout le refuge de femmes-victimes et de mecs carrément salauds, Nadine Labaki a trouvé une autre musique, plus mélodieuse et plus sincère : son salon de coiffure est simplement un carrefour propice aux rencontres de tous poils, bénéfiques ou pas, anecdotiques ou non. Jouant la cheffe-coiffeuse avec une grâce palpable (et une vraie sensualité, malgré l'excès de maquillage), elle livre un film précieux et délectable, qui porte bien son nom : Caramel, c'est un bonbon, qui colle un peu aux dents mais auquel on regoûterait volontiers.

Les discussions sur le forum a propos de Caramel



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Caramel


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .