Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Ca tourne à Manhattan

Note : 3/5.0 - 1 avis

Titre VO : Living in Oblivion

Un film de Tom DiCillo avec Steve Buscemi , Dermot Mulroney , James LeGros , Peter Dinklage , Tom Jarmusch

Genre : comédie - Durée : 1h30 - Année de production : 1994

Date de sortie cinéma : 13 Septembre 1995

Tom DiCillo
Steve Buscemi
Steve Buscemi
Dermot Mulroney
James LeGros
Peter Dinklage
Tom Jarmusch

Papiers peints et tableaux Star Wars

Proposer un fond d'écran »

Ca tourne à Manhattan, le film

  • Ca tourne à Manhattan

    Synopsis

    Nick Reve tourne un film à petit budget A la fois gêné et aidé par une équipe maladroite mais bien intentionnée, il va tenter d'aller au bout du tournage, s'accomodant de la susceptibilité de certains, des problèmes de coeur des autres, d'une assistante à la poigne de fer, avec en prime un accessoiristeapprenti scénariste.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Steve BuscemiNick Reve
    Dermot MulroneyWolf
    James LeGrosChad Palomino
    Peter DinklageTito
    Tom JarmuschChauffeur
    Kevin CorriganAssistant Camera
  • LISTE TECHNIQUE
    Tom DiCillo
    Catherine KeenerNicole Springer
    Danielle von ZerneckWanda
    Rica MartensCora
    Hilary GilfordScript
    Hilary Gilford
    Tom DiCillo
    Frank Prinzi
    Dana Congdon
    Camilia Toniolo
    Jim Farmer

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Ca tourne à Manhattan »


  •  le 19 Octobre 2007 par

    Quand Tom DiCillo vient faire sa déclaration d'amour au cinéma indépendant, les chemins balisés peuvent être gentiment rangés au placard. «Living in Oblivion» (titre mille fois plus percutant que l'étrange intitulé français) est un film étrange, barré et poétique. Une comédie pince sans rire qui suit les pas d'un metteur en scène, d'une actrice et d'un assistant-réalisateur, tous les trois confrontés à leur pire cauchemar lors d'une journée de tournage plus ou moins fantasmée. Sur le fond, les galères sonnent juste : les levers aux aurores pour aller tourner une scène qu'on refait lors d'une dizaine de prises toutes pires les unes que les autres, la nourriture qui se gâte sur le plateau, l'accessoiriste qui se rêve grand scénariste, les problèmes d'haleine et d'ego de l'acteur principal, le responsable son qui n'arrive pas à identifier la montre qui sonne, le figurant nain qui tape une crise ou le conflit frontal autour d'un angle de caméra, il y a du grain à moudre ! Sur la forme, on joue la carte du contraste et des allers-retours entre photo monochrome et film couleur, entre plans larges et cadres serrés, entre gros grain et définition lêchée... Vous avez dit expérimental ? «Living in Oblivion» l'est, jusque dans son humour peu évident et ses fulgurances romantiques inattendues. D'où aussi un sentiment parfois de manque de finition, comme si la forme, abrupte, témoignait à certains endroits plus de l'écriture automatique que du script mûrement pensé. Autre point de rupture, la structure du film en spirale (chaque scène, connexe, nous rapproche de la seule véritable scène centrale qui se trouve à la fin du film) lâche beaucoup de lest en chemin. La tentation d'étirer les bonnes idées était sans doute irrésistible, Dicillo peine de fait à rythmer son film pendant une bonne heure. Ca n'occasionne aucun déplaisir mais ça rend un peu plus (un peu trop) mineure la réussite de ce concept foutraque et totalement cinématographique. L'univers personnel est bien là, la patte aussi, reste à faire autant plaisir au spectateur qu'il ne se fait plaisir à lui même.

Les discussions sur le forum a propos de Ca tourne à Manhattan



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Ca tourne à Manhattan


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .