Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Bug

Note : 4.5/5.0 - 4 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Bug

Un film de William Friedkin avec Harry Connick Jr , Michael Shannon , Brian F. O'Byrne , Luca Foggiano

Genre : drame - Durée : 1h40 - Année de production : 2006

Date de sortie cinéma : 21 Février 2007

Distributeur :

William Friedkin
Harry Connick Jr
Michael Shannon
Michael Shannon
Brian F. O'Byrne
Proposer un fond d'écran »

Bug, le film

  • Bug

    Synopsis

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Harry Connick JrJerry Goss
    Michael ShannonPeter
    Brian F. O'ByrneDr. Sweet
    Luca FoggianoPizza Harris
  • LISTE TECHNIQUE
    William Friedkin
    Ashley JuddAgnes
    Lynn CollinsR.C.
    Kimberly C. Anderson
    Gary Huckabay
    Holly Wiersma
    Bonnie Timmermann
    Michael Ohoven
    Jim Seibel
    Andreas Schardt
    Tracy Letts
    Tracy Letts
    Michael Grady
    Steve Boeddeker
  • Franco Carbone
    Darrin Navarro
    Frank Zito
    Peggy A. Schnitzer
    Michael Salven
    Steve Lonano
    Bonnie Timmermann
    Frank Zito
    Stacey L. Taniguchi
    Jon Kuyper
    Ronald Eng
    Jeffrey Haupt
    David K. Nami
    Todd Groves
    Jillian Amburgey
  • Arvid Cristina
    Vanessa Jerrom
    Brian Tyler

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Bug »


  •  le 15 Décembre 2007 par

    Friedkin avait déjà en son temps révolutionné le cinéma d’horreur/fantastique en lançant sur les écrans « L’exorciste », phénomène qui reste encore de nos jours une œuvre culte dans le panthéon du fantastique. Mais depuis le visionnaire s’était fait discret, malgré quelques sursauts comme Police Federal Los Angeles ou Basic. C’est donc dans l’anonymat le plus total que sort Bug. Porté par des têtes d’affiches relativement modestes, Ashley Judd qu’on n’a jamais bien vu inspiré et Harry Connick Jr. qui se complait plutôt dans les seconds rôles. Mais dès les premières images, on remarque l’épuration poussée à l’extrême de la mise en scène, pas de plan tape à l’œil, tout est simple et précis, le réalisateur nous mène droit au but : un motel perdu où l’on découvre une Ashley Judd complètement transfiguré en droguée/paumée/alcoolo qui nous rappelle un peu Charlize Theron dans Monster. Même si les premières minutes tiennent plus de la chronique sociale amère avec son lot de dialogue un peu longuet et ses expositions de vie raté et sans espoir. Le film prend un léger tournant avec l’arrivée de Michael Shannon, inconnu du grand-public et par moi-même également, son air gauche et mystérieux font lentement glisser le film vers la pente descendante. Après quelques longueurs, l’histoire se met en place et l’on sent la folie arrivé de tous côtés, se glissant sous les portes pour envahir cet espace clos qui deviendrait l’unique décor du film jusqu’à la fin, l’appartement de l’héroïne, exigu et étouffant. Friedkin se paye alors le luxe de jouer avec le spectateur, le faisant douter, réfléchir avant de faire exploser la vérité en une seule scène dont l’intensité se fait désormais très rare dans le cinéma. Les minutes qui suivent ne sont alors que prétexte à enfoncer un peu plus les personnages dans le gouffre de l’autodestruction, laissant le spectateur abasourdi devant ces délires et ces remises en cause qui vont jusqu’à démontrer un nouveau point de vue à la trame du film. Nous pouvons donc que saluer les performances extraordinaires des deux acteurs principaux qui se livrent à un face à face des plus intenses avec une mention spéciale à Michael Shannon qui fait de son personnage un bateau en pleine tempête qui coule lentement par le fond, entraînant avec elle la belle Ashley Judd, tout en fragilité et en doute. Les seuls bémols résident donc dans les quelques longueurs qui ponctuent le film comme dit plus haut mais aussi sur une absence de musique particulière qui aurait pu contribuer à rendre l’aspect du film encore plus angoissante et lui donner un relief sonore qu’il lui manque tout de même. La scène finale est à l’image du film, brut, épuré, sans artifice et le générique de fin tombe comme un couperet laissant le spectateur perplexe et parfois un peu dérouté face à cette histoire à l’apparence simple et pourtant si intense. Friedkin n’avait donc pas encore dit son dernier mot, et démontre que quelques dialogues bien calibrés et des plans très simples permettent d’instaurer une ambiance saisissante qui ne lâche pas le spectateur d’une seule seconde. Balayant tous les codes du genre, il signe une œuvre originale et anticonformiste qui critique, fait peur et parfois même rire.

  •  le 01 Mars 2007 par

    Je suis partagée... Ce film est tiré d'une pièce de théâtre à la base, et ça se ressent. Il y'a de longs longs dialogues... Pafois ennuyeux. Ashley Judd? Parfaite! Je trouve qu'elle signe ici son plus grand role! L'histoire? Manipulation, paranoïa... C'est un bon huit clos, avec de très très bon acteurs, mais quelques questions restent en suspen à la fin du film.

  •  le 01 Mars 2007 par

    La paranoïa a enfin son film-référence. Avec «Bug», William Friedkin explose tous les carcans du genre, s'il convient encore de parler de genre. Avec une simple chambre de motel, un microscope et beaucoup de papier alu, le réalisateur de «French connection» livre un film totalement barré, anxiogène à souhait, aux mille degrés de lecture. »Bug» est un film ambigu et fier de l'être. Il n'y a qu'à voir le titre : parle-t-on d'un insecte, comme ceux qui pourrissent bientôt la vie d'Agnès et Peter? Ou n'y aurait-il pas tout simplement un Bug dans la matrice? Évidemment, ne pas compter sur Friedkin pour apporter une réponse exhaustive et terre-à-terre. Tout le délice est là : on ne sait jamais sur quel pied danser. On peut voir dans Bug une description imagée de cette maladie qu'est la schizophrénie ; ou être ébahi par la portée politique du film, qui règle son compte à une certaine idée de l'Amérique ; ou encore se laisser porter par un trip angoissé et angoissant, un voyage dans l'Interzone chère à William S. Burroughs. Toujours est-il que «Bug» est un film fascinant, oppressant et vraiment singulier. Pas un hasard si William Friedkin s'est intéressé à la pièce de théâtre de Tracy Letts : en creusant bien, on se rappelera que le sieur William a souvent été brocardé pour ses prises de position borderline sur différents sujets socio-politiques (dernière preuve en date, le douteux Enfer du devoir). Le personnage de Peter, tant physiquement qu'idéologiquement, est sans aucun doute le miroir du metteur en scène. Paranoïaque, violent, ravagé... mais toujours cohérent. Et donc encore plus flippant. »Bug» montre entre autres comment la culture de la terreur s'est installée dans le quotidien de l'homme et quels sont ses ravages sont le bon fonctionnement de nos vies et de nos crânes. Brillante de bout en bout, la mise en scène de Friedkin mute de bout en bout, parfaitement adaptée à l'évolution psychique des personnages. Rien que le travail sur le son mérite le prix du ticket. Le dernier acte est ébouriffant : la métamorphose visuelle du film contraint le spectateur à franchir un point de non-retour, ultime étape vers un climax barré mais incontestable. Après avoir retrouvé ses esprits, on n'a qu'une envie : replonger dans ce «Bug» grandiloquent et dérangé, sans doute le plus grand film de William Friedkin.

  •  le 23 Février 2007 par

    Bug est un film éprouvant. La noirceur se terre dans tous les plans du film. L'angoissante montée en puissance du délire pathologique de Peter est épuisante. La contamination d'Agnes est effrayante. Je m'attendais à un «film d'horreur» et j'ai assisté à un film terrifiant... sans jamais qu'il y ait quasiment la moindre scène gore. En plus, Friedkin nous plonge au coeur de ce huis clos avec une facilité déconcertante, ce qui est assez dérangeant quand on y réfléchit... Quant à la performance (car il s'agit bien d'une performance) de Ashley Judd et Michael Shannon, elle est absolument prodigieuse. Inutile d'avoir une montre sur vous, le film passe à une vitesse hallucinante. En revanche, mieux vaut avoir de bonnes mâchoires parceque vous risquez de passer plus d'une heure avec les dents très serrées !

Les discussions sur le forum a propos de Bug



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Bug


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2020 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .