Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Breaking news

Note : 3/5.0 - 2 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Breaking News

Un film de Joel Schumacher

Genre : policier - Durée : 0 - Année de production : 2008

Date de sortie en salle : inconnue

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Proposer un fond d'écran »

Breaking news, le film

  • Breaking news

    Synopsis

    La cinglante défaite d'un bataillon de police face à 5 braqueurs porte un coup terrible à la crédibilité des forces de l'ordre. Les malfrats repérés et cernés par des milliers d'agents, la police décide de transformer l'assaut en show télévisé. Mais un inpondérable, la présence d'un deuxième gang, va retourner cette belle idée contre elle...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
  • LISTE TECHNIQUE
    Joel Schumacher
    Alex de Rakoff

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Breaking news »


  •  le 26 Septembre 2010 par

    Départ sur un plan séquence de plusieurs minutes. Un accord parfait doit alors être établi entre les acteurs et les techniciens, car les mouvements de caméra et d'acteurs nécessitent une étude du champ de la caméra. On voit directement, et de façon claire, que Johnnie To ne fait pas dans la simplicité. Toute la scène de départ est une fusillade, avec toutes sortes de travelling suivant les pas des gangsters avant l'affront contre les forces de l'ordre. Nous sommes directement insérés dans une continuité assez étrange, comme si nous étions avec ces gens là, dans cette même rue, évitant chacune des balles nous faisant siffler les oreilles. Une mise en place complexe, pour une scénario finalement assez banal. Des méchants, des gentils, des explosions et des morts. Alors dîtes moi, quoi de plus banal ? "Breaking news" ne fait pas dans le nouveau genre en tout cas, c'est une chose certaine. Inutile de préciser le dénouement, tout le monde l'a deviné avant la dixième minutes du film. A souligner, le burlesque du "stockholm syndrom" dans les appartements, avec le père de famille totalement lâche, en opposition à son gamin qui liquiderait lui même les méchants s'il le pouvait.

  •  le 31 Juillet 2008 par

    Imaginez la scène : la France, une banlieue parisienne en journée. Un gang de braqueurs déjoue une filature policière qui vire à l'aigre. Douilles encore fumantes, corps refroidis sur la chaussée, un flic humilié en direct... Le préfet de police prend la décision de lancer un assaut médiatique, avec l'appui de TF1, sur la cachette finalement identifiée des braqueurs. En tant que citoyen, en tant que spectateur, comment régirez-vous à votre journal télévisé de 20H transformé en arène romaine, témoin de modernes jeux du cirque ?

    "Breaking news", c'est donc ça mais à Hong-Kong. Le film commence fort, mieux même : il se paye le luxe d'une ouverture en plan séquence et grue mobile à faire rougir un bataillon de Michael Mann... La grosse claque, d'entrée de jeu, avec cette fusillade brut de chez brutes qui se termine par une jolie pirouette. Mais alors que le canevas se met en place, alors que les enjeux montent et alors que le propos se politise (dans le bon sens du terme), le film se met à tousser.

    Car Johnnie Toe, une fois de plus, préfère le procédé à l'histoire. Il est incorrigible, on se verrait bien lui cogner les doigts avec une règle téléscopique, mais rien n'y fait : la psychologie des personnages, il l'a rangée avec la feuille des dialogues et il ne sait plus où. Alors, puisque son film doit dénoncer la médiatisation à tout va, et puisqu'en matière de discrétion notre Johnnie est plus proche de l'éléphant bodybuildé dans le magasin de porcelaine miniature, il va faire péter du gunfight dans tous les angles... Crédibilité zéro assumée, peu lui en chaut d'ailleurs. L'important, c'est ce ballet de personnages patibulaires mais presque qui se coursent dans un immeuble en claquant suffisamment de balles pour relancer l'industrie de l'arme de poing pour les 10 prochaines années.

    D'une respiration à l'autre se dessine l'ébauche de ce qu'aurait pu devenir "Breaking news" : la scène de la cuisine est fantastique, il se passe indéniablement quelque chose lors du final (un autre plan séquence immense, tiens tiens...), c'est donc qu'il y avait matière. Matière à autre chose qu'un bon film. Mais au cinéma comme pour présenter les informations, vous avez deux logiques : le journalisme de qualité, parfois un peu austère mais qui va creuser ses sujets, ou le PPDA-Chazal-Pujadas-Pernault qui vous prémâche un reportage capital sur la production des charentaises en peau de vache au fin fond du Tarn. Et même plus proche de la 2ème catégorie, Johnnie Toe a le mérite de livrer ses pantoufles blindées, 48 fillette et double semelle coquée pour botter le maximum de fions. On ne le lui enlèvera pas.

Les discussions sur le forum a propos de Breaking news



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Breaking news


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2022 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .