Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Apocalypto

Note : 4/5.0 - 4 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Apocalypto

Un film de Mel Gibson avec Rudy Youngblood , Raoul Trujillo , Jonathan Brewer , Morris Birdyellowhead , Carlos Emilio Baez

Genre : historique - Durée : 2h18 - Année de production : 2006

Date de sortie cinéma : 10 Janvier 2007

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Mel Gibson
Mel Gibson
Rudy Youngblood
Raoul Trujillo
Jonathan Brewer
Proposer un fond d'écran »

Apocalypto, le film

  • Apocalypto

    Synopsis

    Dans les temps turbulents précédant la chute de la légendaire civilisation Maya. Jeune père porteur de grandes espérances, chef de son petit village, Patte de Jaguar vit une existence idyllique brusquement perturbée par une violente invasion...

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Rudy YoungbloodPatte de Jaguar
    Raoul TrujilloZero Loup
    Jonathan BrewerEmoussé
    Morris BirdyellowheadCiel de Silex
    Carlos Emilio BaezCourse de Tortues
    Ramirez AmilcarNez Courbé
    Israel ContrerasCrapaud Fumant
    Israel RiosFeuille de Cacao
    Espiridion Acosta Cachele vieux sage
    Hiram SotoChasse Poissons
    Gerardo TaracenaOeil du Milieu
    Rodolfo PalaciosEncre de Serpent
    Ariel GalvanHanging Moss
    Bernardo Ruiz JuarezDrunkards Four
  • Ricardo Diaz MendozaRoc Percé
    Richard CanTen Peccary
    Fernando Hernandezle Grand prêtre
  • LISTE TECHNIQUE
    Mel Gibson
    Dalia HernandezSept
    Maria Isabel DiazBelle-mère
    Maira SerbuloJeunne femme
    Iazua LariosFleur de Ciel
    Lorena Hernandezla fille du village
    Sayuri Gutierrezl'aînée
    Maria Isidra Hoil
    Shelby YoungVoix
    Farhad Safinia
    Vicki Christianson
    Ned Dowd
    Mel Gibson
    Farhad Safinia
  • Dean Semler
    Tom Sanders
    John Wright
    Carla Hool
    Roberto Bonelli
    Mayes C. Rubeo
    Ted Rae
    Daniel Parker
    Kami Asgar
    Sean McCormack
    Suhail Kafity
    Tim Tuchrello
    Jason Hamer
    Chris Hampton
    Adrian Grunberg
  • Tom Sanders
    Kevin O'Connell
    Kami Asgar
    Kevin O'Connell
    Greg P. Russell
    Fernando Camara
    Aldo Signoretti
    Vittorio Sodano
    Vanessa Jerrom
    James Horner

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Apocalypto »


  •  le 09 Décembre 2008 par

    Avec un nom proche de celui d'apocalypse, Mel Gibson est de nouveau de retour en tant que réalisateur. Après le très controversé "La Passion Du Christ", la violence et le sang sont de nouveau devant nos yeux. On pourrait se demander pourquoi le film est déconseillé aux enfants de moins de 18 ans, car les "Saw" sont bien plus sanglants, alors que ces derniers sont la majeure partie du temps interdits aux enfants de moins de 16 ans seulement. Cependant, il y a une raison du fait de cette interdiction posée, car en effet le sang et les organes arrachés ( souvent le coeur ) des différents personnages du film, n'est pas la seule justification de ce choix. Derrière une histoire d'hommes à la culture différente de la notre, bercé par la nature et les animaux dès leur plus jeune âge, le spectateur est plongé dans une psychologie étrangère à la sienne ce qui nous fait découvrir la plupart du temps, un bon nombre de choses nouvelles sur ces étrangers. Le fait que le film soit toujours sous titré est assez génant au début, mas une fois les 10 premières minutes de passée, l'habitude est là, et plus rien n'est génant pour s'abreuver d'un film au genre nouveau. Cependant, on retrouve parfois un manque cruel de réalisme de la part du réalisateur. Un exemple simple est celui de l'homme ( pour ne pas trop en révéler )qui se prend deux flèches dans le torse, mais qui arrive tout de même à bondir comme une gazelle et à courrir comme un jaguar ( dédicace à patte de Jaguar ). On peut admettre que la forêt a fait de ces hommes - existant aux alentours de la période de la célèbre tribu Maya - de véritables guerriers qui ne connaissent pas la peur et qui sont capables de survivre dans des conditions plus qu'exécrables, cependant, aucun être humain normalement constitué n'arriverait à courrir durant de longues heures, faire un petit plongeon entre deux, et revenir vers son village histoire de enfin se reposer. Enfin bon, un léger manque de réalisme dans un film de 2h18 qui nous fait découvrir des tribus inconnues est tout à fait pardonnable.

  •  le 22 Octobre 2007 par

    Mel Gibson devait se calmer après sa très controversée « Passion du Christ » et toutes les polémiques qui ont entouré sa forme graphique éprouvante. C’est chose faite puisque si son nouveau film « Apocalypto » conserve une violence bien visible à l’écran, il est un pur film d’aventures se déroulant à l’aube de la chute de la civilisation maya. Il ne faut pas trop chercher ci et là ce qui est historiquement exact ou non et apprécier la fiction telle qu’elle nous est contée. Dans la jungle puis dans une cité entièrement reconstituée, Mel Gibson nous invite à un drame humain haletant rythmé par de nombreuses scènes d’action filmées caméra à l’épaule. Le résultat est d’autant plus saisissant que Rudy Yonugblood, l’interprète principal, est tout simplement époustouflant dans le rôle d’un jeune chef de tribu offert en sacrifice aux dieux tandis qu’au village, sa femme et son fils attendent une mort certaine. Bien entendu, on pourra critiquer longtemps ce cinéma de genre plein d’invraisemblances et d’exagérations mais, dans le fil de l’action, cela fonctionne avec une efficacité diabolique. Nerveux, terrible et émouvant, « Apocalypto » est un voyage dur et spectaculaire dans une jungle envahie par la folie des hommes leur bestialité sous jacente et leurs phobies séculaire. De plus, le dénouement roublard à l’américaine mais bien imaginé ne signifie pas pour autant un happy end pour le héros mais est empreint d’une ironie synonyme de mauvais présage. Tentez l’expérience, vous ne le regretterez pas !

  •  le 26 Juin 2007 par

    Doit-on boycotter les livres de Rousseau sous prétexte qu'il n'a pas été tendre avec sa famille (doux euphémisme)? Peut-on faire un autodafé de l'oeuvre de Céline parce qu'il a dénoncé des Juifs pendant la guerre ? Les films de Gibson doivent-ils être mis au ban quand Mel jette sa bile raciste à la face d'un policier ? Autant de questions sur la différenciation de l'oeuvre et de l'auteur pour comprendre Apocalypto. Certains ont vu dans l'apparition, en toute fin de métrage, des cconquistadors, une marque supplémentaire de la haine de Gibson pour les sous-hommes que seraient les indiens, conquistadors venus évengéliser «tout ça», et civiliser un peuple barbabre. Croire cela, c'est faire fi de toute la poésie qui émane de la mise en scène de Gibson qui n'a pas abandonné le romantisme de Braveheart : plans d'une nature luxuriante où cohabite pacifiquement l'homme, où l'on apprend les leçons de la vie avec philosophie et humour, où la peur doit quitter les esprits pour éviter de gangréner un bonheur si simple qu'il nous ferait peur à nous, occidentaux incapables de se séparer d'une télécommande ne serait-ce que pour deux jours. Ce serait oublier un peu vite également la représentation certes toute relative de l'évolution d'une civilisation : la ville (opposé à la notion de village pour les «gentils») des «méchants» ressemble étrangement à la représentation diabolique des temples dans La passion du Christ : mêmes femmes aux sourcils rasés, même commerce, même absence d'identité, même idée du travail, laborieux, «esclavagisant». Les conquistadors iront plus loin, historiquement (même si une grosse polémique concernant la véracité de l'Histoire ici présentée a éclaté, il faut juste se rappeler une chose : ce n'est que du cinéma), en massacrant à tour de bras, et en détruisant le paysage et tout l'apport de cette civilisation inca disparue. Comme pour La ligne rouge et Le Nouveau Monde (Malick), la nature reste le lieu idéal vers lequel se retourne notre belle famille à la fin. Après avoir dit cela, Apocalypto reste avant tout un gros survival excitant, surprenant, sauvage, brutal, gore (Eh ouais, on va pas changer Gibson pour autant), qui renvoie à une uatre idée de la nature, qui est celle de la bestialité. Et il n'y a qu'à voir le lien vite établi entre la course poursuite du début entre les indiens et un phacochère (?) et la dernière partie du film, bien plus longue (ben oui, plus intéressante) qui recrée la dichotomie chasseur-proie. Soyons indulgent avec Mel Gibson, c'est peut-être une enflure en tant qu'homme, mais Apocalypto reste une belle leçon de cinéma. Et rien que pour ça, il mérite le respect...

  •  le 18 Janvier 2007 par

    un film décevant une odysée gachée par une violence qui est constante pendant tout le film.

Les discussions sur le forum a propos de Apocalypto



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Apocalypto


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .