Fan de Cinéma
Bannière 728x90

Angel

Note : 2.7/5.0 - 6 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : Angel

Un film de François Ozon avec Michael Fassbender , Sam Neill , Christopher Benjamin , Simon Woods , Seymour Matthews

Genre : drame - Durée : 2h14 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 14 Mars 2007

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

François Ozon
François Ozon
Michael Fassbender
Michael Fassbender
Sam Neill
Christopher Benjamin
Proposer un fond d'écran »

Angel, le film

  • Angel

    Synopsis

    Angleterre, 1905. Angel Deverell, jeune écrivain prodige, connaît une ascension fulgurante et réalise ainsi le rêve de toute jeune fille : succès, gloire et amour. Mais n'est-ce pas trop pour une seule femme ?

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Michael FassbenderEsmé
    Sam NeillThéo
    Christopher BenjaminLord Norley
    Simon Woodsle jeune journaliste
    Seymour Matthewsle médecin
    Tom GeorgesonMarvell
    Geoffrey StreatfieldSebastian
    Roger Morlidgele journaliste de Norley
  • LISTE TECHNIQUE
    François Ozon
    Romola GaraiAngel
    Lucy RussellNora Howe-Nevinson
    Charlotte RamplingHermione
    Jacqueline Tongla mère
    Janine DuvitskiTante Lottie
    Jemma PowellAngelica
    Alison PargeterEdwina
    Una Stubbsl'institutrice
    Rosanna LavelleLady Irania
    Teresa Churcherla gouvernante
    Ludivine Sagnier
    Tanya Seghatchian
    François Ozon
  • Martin Crimp
    Elizabeth Taylor (II)
    François Ozon
    François Ozon
    Martin Crimp
    Muriel Breton
    Katia Wyszkop
    Pascaline Chavanne
    Jean-Claude Moireau
    Benoît Hillebrant
    Dean Humphries
    Karen Lindsay-Stewart
    Agathe Grau
    Dominique Delany
    Gill Robillard
  • Marese Langan
    Pierre Wallon
    Denis Lenoir
    Matthieu Rey
    Jérôme Jouneaux
    Isabelle Duvoisin
    Philippe Rombi
    Jean-Pierre Arquié

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « Angel »


  •  le 11 Septembre 2007 par

    En réalité, il y a deux films en un: la première partie, complètement grotesque qui frise l'operette à deux sous. Les dialogues sont ultra-convenus, les scènes surjouées au possible et le personnage principal tout simplement à baffer bien que parfaitement banal. La seconde partie, en revanche est complètement tournée vers la tragédie. On se croirait dans Autant en emporte le vent. La grande maison, l'héroine au caractère bien trempé, la survenance de la guerre sont autant d'éléments qui font irrémédiablement penser au chef-d'oeuvre de Fleming. Oui, Autant en emporte le vent, c'est bien cela. On voit tout de suite où Ozon a pioché son inspiration et l'abandon progessif de cette femme aimée et adulée de tous jadis (ici, en l'occurrence pour ses livres) est un élément qui ne trompe pas. Mais n'est pas Fleming qui veut et Ozon nous livre là un film inégal, kitschissime à souhait, empruntant le décor qui se déroule derrière les personnage à Resnais et le côté fourre-tout d'un Baz Lhurman. Etait-ce le sujet qui n'a pas inspiré son auteur? Ou bien le pays qui l'a dérouté? Ce qui est sûr, en revanche, c'est que ce film risque d'avoir du mal à trouver son public.

  •  le 02 Avril 2007 par

    Romancer le ridicule et ridiculiser le romanesque : tel semble être l'ambition de ce drôle d'»Angel», neuvième long métrage de François Ozon en dix ans. Le plus français des stakhanovistes filmiques adapte un roman d'Elizabeth Taylor (aucun lien), et retrace la courte vie (ascension fulgurante / chute à peine plus lente) d'Angel Deverell, jeune romancière en quête de succès immédiat. Une héroïne que l'on a surtout envie de gifler : arriviste, méprisante, imbue d'elle-même comme il n'est pas permis, elle enchaîne les romans à l'eau de rose, persuadée d'écrire des chefs d'oeuvre, et fait tout ce qui est en son pouvoir pour être reconnue. Si «Angel» peut tout d'abord intriguer par con classicisme apparent, on découvre bien vite qu'Ozon n'a pas abandonné ses vieux démons : il semble admirer son héroïne et lui trouver une vraie dimension romantique. C'est alors qu'une série de plans volontairement datés (déplacement motorisés avec faux paysage en arrière-plan) et de scènes passablement risibles (premier baiser sous arc-en-ciel) nous fait comprendre qu'»Angel» est surtout un hommage très second degré aux mélos des années 40, et une déclaration d'amour perverse (pour ne pas dire ozonienne) à un personnage admirablement détestable. Pas de doute, «Angel» est bien un film de François Ozon. Pas le plus percutant, ni même le plus cruel (à ce niveau, la compétition est relevée), mais pas le moins intéressant. On croit donc avoir tout compris, tout assimilé, jusqu'à ce qu'arrive une conclusion qui traine en longueur et nous fait perdre nos repères. En insistant gravement sur la fin «tragique» de son héroïne, Ozon a l'air de vouloir nous faire pleurer. Vraiment. Au premier degré. Et là, non, pas possible de compatir une seule seconde au sort de cette garce tête-à-claques. Quelques images laissent le bénéfice du doute, permettant encore de penser qu'Ozon n'a jamais cessé de se foutre de la gueule de son Angel. Pas sûr. «Angel» signe en tout cas la révélation de Romola Garai, inconnue pour ceux qui n'ont pas vu «Dirty dancing 2» (rendez-vous compte, je n'ai même pas vu le premier).

  •  le 29 Mars 2007 par

    Le générique de début, annonce la couleur, nous voila plongés dans l'atmosphère des films en costume des années 50-60 (style SISSI), et tout le film est tourné sur le même modèle : décor en studio très flagrant ... Heureusement le scénario est bien monté, l'actrice joue très bien et l'histoire n'est pas ridicule. Avec tous ces ingrédients la durée du film 2h14 passe sans problème.

  •  le 23 Mars 2007 par

    Impossible de savoir ce qui sauve Angel du gouffre. Il y a dans ce film un petit je ne sais quoi qui permet de ne pas le qualifier de catastrophe. Parceque, il faut bien l'avouer, dans l'ensemble, c'est assez insupportable. Romola Garai (Angel Deverell) en fait trop pour être agréable (et crédible). Certes c'est le tempérament de l'héroïne qui veut ça mais était-il besoin d'être aussi théâtrale pour nous le faire comprendre. Et ce manque de finesse qu'on trouve dans le jeu est perceptible à tous les niveaux : les décors, les costumes, la musique, et les dialogues. A titre d'exemple : il convenait nécessairement d'afficher ostensiblement le mauvais goût de Angel; mais fallait-il pour autant ne pas faire un plan sans une affreuse statue grecque ou sans un hideux rideau rouge ? Ce sont encore les seconds rôles qui tirent le mieux leur épingle du jeu mais pas au point de rendre le métrage intéressant. Ozon a bel et bien de rater son film. La rêveuse, odieuse et romanesque Angel méritait mieux que ça.

  •  le 18 Mars 2007 par

    Kitsch à souhait, d'une esthétique impeccable, Ozon maîtrise son sujet et impose un film mélo singulier, imprévisible et cruel, qui dépeint brillamment une Angel peste et insouciante, bizarrement adorable


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de Angel



Il n'y a pas encore de discussion autour du film Angel


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2020 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .