Fan de Cinéma
Bannière 728x90

99 francs

Note : 2.7/5.0 - 6 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : 99 francs

Un film de Jan Kounen avec Jean Dujardin , Jocelyn Quivrin , Patrick Mille , Nicolas Marie , Dominique Bettenfeld

Genre : comédie - Durée : 1h40 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 26 Septembre 2007

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Jan Kounen
Jean Dujardin
Jean Dujardin
Jocelyn Quivrin
Jocelyn Quivrin
Patrick Mille
Patrick Mille
Proposer un fond d'écran »

99 francs, le film

  • 99 francs

    Synopsis

    Octave, jeune concepteur-rédacteur dans une agence de pub parisienne, fortement blasé par les coulisses peu recommandables de son métier, va tout mettre en oeuvre pour se faire licencier.

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Jean DujardinOctave
    Jocelyn QuivrinCharlie
    Patrick MilleJeff
    Nicolas MarieDuler
    Dominique BettenfeldJean-Christian Gagnant
    Antoine BaslerMarc Maronnier
    Fosco PerintiGiovanni
    Dan HerzbergSteve
    Jan KounenPyjaman / le spectateur de la salle de cinéma
    Frédéric BeigbederOctave en bad trip
    Arsène Moscale dealer
    François BerléandLe comédien dans la pub Eram (images d'archives)
    Grégory RagotPubard 'La Ross'
    Claude PetitLe président
  • David ClarkFirst Assistant Director
    Cho YongsouSalaud #5
    Niels DubostPère Groobad
    Rodolphe Chabrier
    Cyril Lecomte
    Nicky MarbotCuistot
    Olivier RosenbergSeb
    Tristan PetitgirardCadre # 1 gagnant
    Anton YakovlevSalaud #4
    Titouan LaporteEnfant gagnant
    David Daouda
    Joachim StaafSalaud #3
    Fabrice AbrahamFabrice
    Cédric BarbereauCadre #2 gagnant
    BéruchetRégisseur plateau photo
  • Christophe HateyYoung Police Officer
    Luis Martinez-Saiz
    Max Bennet
    Mathis Jamet
    Jean-Félix Cuny
    Philippe Lamendin
    Diouc KomaLe salaud N.2
    Guillaume Campanacci
  • LISTE TECHNIQUE
    Jan Kounen
    Vahina GiocanteSophie
    Elisa TovatiTamara
    Catherine DavenierMère Sophie
    Cendrine OrcierFabienne
    Aurélie BoquienMère Groobad
    Cécile BrecciaMannequin photo
    Alexandra AnsideiChristèle
    Rachel BergerLa Stagiaire
    Ana BaraMaman supermarché
    Karine FellousMadame Gagnant
    Diamilex AlexanderChristina
    Marc Vade
    Catherine Morisse
  • Frédéric Beigbeder
    Bruno Lavaine
    Nicolas Charlet
    Jan Kounen
    Jan Kounen
    Frédéric Beigbeder
    Frédéric Beigbeder
    Bruno Lavaine
    Nicolas Charlet
    Arnaud Roth
    Virginie Lepionnier
    Michel Barthélémy
    Julien Lecat
    Mathias Honoré
    Sandrine Ray
  • Pierre-Jacques Benichou
    Bruno Vatin
    Michel Julienne
    Patrick Cauderlier
    Alain Feat
    David Ungaro
    Bernard Benant
    Laurent Lafran
    Anny Danché
    Alain Mougenot
    Hue Lan Van Duc
    Abraham Goldblat
    Chattoune
    Sylvie Ong
    Claire Lacaze
  • Jean-Paul Hurier
    Marc Doisne
    Nicolas Sand
    Mathieu Ungaro
    Alexandra Schamis (AS Communication)
    Sandra Cornevaux (AS Communication)
    Jean-Jacques Hertz
    Francois Roy

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « 99 francs »


  •  le 08 Mai 2008 par

    Ce film est surement le plus fou de l'année. En effet, le rôle du rédacteur-concepteur colle parfaitement à la peau de Jean Dujardin qui arrive sans difficulté aucune à se faire passer pour un toxico-prétentieux à qui la vie lui dit oui pour tout ses caprices... En tout cas au début... Le film nous entraîne dans une spirale difficile mélangée entre drogue et boulot, qui d'après le film nous montre qu'on peut s'en sortir au début, mais qu'à force des deux combinés ensemble, rien ne va plus. Enfin bon, pour apprécier pleinement ce film il faut avoir un esprit quelque peu différent du type qui va simplement se demander le score du match du samedi soir... Car pour être étrange, ce film l'est vraiment beaucoup. Autre morale du film, l'argent ne fait pas le bonheur, car avec ses divers bêtises il va jusqu'à perdre la femme de sa vie. 99 francs ne peut pas être qualifié de film excellent, mais il vaut tout de même son rang de "BON" car en plus de tout ça, certains passages sont quand même à mourir de rire...

  •  le 28 Novembre 2007 par

    Doué mais mal-aimé : tel est Jan Kounen, trois longs en dix ans, plein d'ambition et de talent, mais qui ne parvient pas à amener ses films au meilleur de leur potentiel. 99 F est le révélateur parfait du cinéma de Kounen : ponctué d'éclairs de génie, de petits moments réjouissants et de plans séduisants, il n'a cependant pas l'étoffe d'un bon film. Il y avait pourtant du potentiel : Nicolas et Bruno, les gars du Bureau et des Messages à caractère informatif, ont adapté mieux que quiconque un roman qu'on n'imaginait pas aussi cinématographique. Les maximes et gimmicks de Beigbeder sont retranscrits au gré de saynettes souvent amusantes. Octave, le double de l'auteur, est interprété par un Jean Dujardin très professionnel, qui commence par la jouer Brice de Nice version golden boy, avant de se lancer d'imiter à la fois Ray Liotta et Bob de Niro dans Les affranchis. Dans ses intentions, 99 F est d'ailleurs un film très scorsesien, avec sa narration à la Casino et ses digressions mystiques. Seulement voilà : Kounen n'est pas Scorsese, et très vite 99 F oublie de passer la vitesse supérieure. Le film ressemble en fait aux pubs qu'il dénonce : tape-à-l'oeil, brillant par moments, mais terriblement mauvais dès qu'il s'abandonne à l'excès. La partie «satire du monde de la pub» a beau être anecdotique, elle est toutefois assez drôle et mille fois meilleure que la longue partie «déchéance, kilos de coke et petites pépées», déjà pas bien folichonne dans les romans de Beigbeder. Kounen aurait voulu faire de 99 F un Fight Club à la française ; du film de David Fincher, il n'a malheureusement retenu que la charge anti-société de consommation, qui n'était que la surface d'un mille-feuilles politique, philosophique et visuel. Par moments, il copie allègrement Fincher, notamment lorsqu'Octave essaie des chemises et se retrouve brusquement au coeur du catalogue de la marque, entouré par les descriptifs et les commentaires. Là, au milieu des textes, et en étant très attentif, on peut lire quelque chose comme «oui, cette scène utilise le même principe que Fight Club, et alors?». Terrible aveu de l'impuissance d'un metteur en scène condamné à copier les voisins américains avant de nous faire passer cela pour un clin d'oeil. Pourtant, Kounen n'est jamais aussi bon que lorsqu'il essaie d'être simplement lui-même : la dernière partie du film, bizarre et mystique, n'a pas grand chose à faire là mais possède une griffe sincère et touchante qui rappelle les meilleurs moments de l'incompris Blueberry. Trop tard : les yeux en vrac et les tympans qui saignent, on s'est déjà lassé depuis belle lurette de cette comédie faussement cynique et vraiment hystérique qui pense que le terme «à l'américaine» est le plus compliment que l'on puisse faire. Le pire, c'est cette morale affreusement dégoulinante en toute fin de film, lorsqu'un carton annonce qu'un dixième du budget mondial de la pub suffirait à réduire de moitié la fin dans le monde. Le genre de remarque qui peut foutre un film en l'air ; heureusement que c'était déjà fait.

  •  le 13 Novembre 2007 par

    Comme le dit l’affiche du film, pour critiquer le film 99 francs, on aurait pu vous dire que Jean Dujardin était le nouveau Jean Gabin, excellent acteur, avec un réalisateur qui aligne les plans modes facon clipesque, que la bande son déchirait tout et surtout que le massage de ce film anti-marketing était formidable… On aurait pu…

    Mais bon déjà ca commencait mal :le film s’inspire du roman déjà fort peu ragoutant du pas plus appréciable Frédéric Beigbeder, expert ès cracheur dans la soupe … et dans le yaourt (quand meme pas le Yop, il est pas fou, le bougre).

    Ca continuait pas beaucoup mieux, des producteurs avaient eu la curieuse idée de confier la caméra à Jan Kounen, spécialiste du trip chamanique bidesque. Finalement, ca n’était pas la plus mauvaise idée du concept puisque le monsieur arrive à nous sortir quelques beaux plans et effets en veux tu en voilà pas trop désagréables

    Passons au casting : le now bankable Jean Dujardin jouait du Beigbeder comme il joue du Musset, avec une finesse de pachyderme. Certes, Vahina Giocante a des formes charmantes (mais pourquoi ne les voit donc pas plus, ses formes ?) et Elisa Tovati est parfaitement crédible en pute (pardon Elisa, pardon !). Heureusement, il reste Patrick Mille qui joue une larve sous-merdeuse pathétique avec un naturel confondant.

    Mais le pire est encore à venir : le fameux message du film qui ne vaut pas tripette et surement pas les 14€90 du titre. Oui, les pubards sont tous des connards qui sniffent de la drogue, n’en branlent pas une, sautent tout ce qui passe et se foutent des consommateurs (cliché, vous avez dit cliché). Oui, le marketing est le mal ultime du 21eme siècle et ronge le temps de cerveau disponible d’abrutis consentants (cliché, vous avez dit cliché, bis). Oui, oui et encore oui, c’est un message si facile, si simpliste et qui parle tellement aux masses surtout quand on y incorpore une bonne dose de rêve cocainé et putassier. Et encore, de telles allégories dignes de Kant et de Levinas auraient pu encore valoir au film une certaine indulgence. Là où ca ne passe vraiment plus, c’est la petite phrase écrite noir sur blanc à la toute fin du film. Déplacée, abjecte, complaisante, les mots ne sont même plus assez forts. Au lieu de donner des leçons, il aurait mieux valu nous épargner cette bouse et consacrer l’argent gaché à la cause évoquée…

    Pour conclure simplement et sobrement , depuis Red is Dead, jamais aucun film n’a probablement autant mérité cette citation : « Ce film est une merde ».

  •  le 22 Octobre 2007 par

    Un film trash mais sans conteste un film à ne pas manquer. Pour travailler dans le marketing en région parisienne, je peux vous confirmer que ce film n'est pas trés loin de la réalité. Il faut bien entendu ne pas faire de généralité mais Octave existe.... malheureusement

  •  le 16 Octobre 2007 par

    Effectivement, et pour rebondir sur la première critique, on ne peut pas rester indifférent devant 99F. Dont acte : ce film n'est rien d'autre qu'un gigantesque clip d'1H40. Ou un gros et interminable spot de pub. Qu'y lire en filigrannes ? Que le réalisateur, échaudé de l'échec de son Blueberry, considère désormais ouvertement ses spectateurs pour des cons, au point de leur enquiller symboliques pourries sur cynisme crétin ? Que plus la réalisation est frénétique et part dans tous les sens, plus ça fait «arty» ? Que s'écouter écrire est la dernière mode dans la conception des scénarii (syndrome «Boulevard de la mort» sans doute) ? «99F» est épuisant : épuisant car la forme (caméra gesticulatrice et déluges de plans à la minute dans le plus grand bordel organisé) épouse totalement le fond (la pub est vaine car les gens qui la font sont vains, car les gens qui la regardent sont vains, car les gens qui la financent sont vains : moralité, tout le monde est vain sauf les deux-trois génies à l'origine du film). Un anti-pub convaincu, partisan d'une société moins consommatrice de télé (j'en suis, au point de ne pas avoir de petit écran à domicile), peut-il adhérer à ce discours faussement régressif (à base de cocktail coke-vomi-cul trop manifeste pour être honnête) qui s'avère masquer sa propre réalité (budget confortable, matraquage publicitaire autour d'un film qui prétend dénoncer le marketing...) ? Des nèfles. On pourrait s'amuser du jeu excessif de Dujardin, en mode extrème. Il finit par lasser autant que la réalisation. On se dit qu'à tout prendre, faire un pudding indigeste de 100 minutes en mode zapping pour expliquer que les pudding indigestes de 30 secondes en mode zapping c'est mal, c'est un peu du foutage de gueule.


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de 99 francs



Il n'y a pas encore de discussion autour du film 99 francs


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2019 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .