Fan de Cinéma
Bannière 728x90

[Rec]

Note : 2.7/5.0 - 6 avis

Papiers peints et tableaux Star Wars

Titre VO : [REC]

Un film de Paco Plaza , Jaume Balaguero avec Ferran Terraza , Jorge Yamam , Carlos Lasarte , Pablo Rosso , David Vert

Genre : épouvante - Durée : 1h20 - Année de production : 2007

Date de sortie cinéma : 23 Avril 2008

Distributeur :

Visitez le site officiel du film

Paco Plaza
Paco Plaza
Jaume Balaguero
Jaume Balaguero
Ferran Terraza
Jorge Yamam
Proposer un fond d'écran »

[Rec], le film

  • [Rec]

    Synopsis

    Angéla est journaliste pour une télévision locale. Accompagnée de son caméraman, elle relate le quotidien de ceux qui travaillent la nuit.
    Ce soir, elle est dans une caserne de pompiers. La nuit est calme, aucune urgence. Jusqu'au coup de fil d'une vieille dame qui réclame du secours. Le tandem suit les pompiers et découvre en arrivant sur place des voisins très inquiets. D'horribles cris ont été entendus dans l'appartement de la vieille dame. Angéla perçoit la tension des habitants, son reportage devrait enfin sortir de la routine... Elle n'imagine pas à quel point !

Le Casting du film

  • LISTE ARTISTIQUE
    Ferran TerrazaManu
    Jorge YamamSergio
    Carlos LasarteCésar
    Pablo RossoMarcos
    David VertAlex
    Vicente Gille policier
    Carlos VicenteGuillem
    Manuel BronchudLe grand-père
    Chen Min KaoLe japonais
    Daniel TrinhLe fils japonais
    Akemi GotoLa japonaise
    Ben TempleLe médecin
    Javier BotetNiña Medeiros
  • LISTE TECHNIQUE
    Paco Plaza
    Jaume Balaguero
    Manuela VelascoAngela
    Martha CarbonellMadame Izquierdo
    Claudia FontJennifer
    Maria LanauLa mère histérique
    Ana Isabel VelásquezLa colombienne
    María Teresa OrtegaLa grand-mère
    Julio Fernandez
    Carlos Fernandez
    Alberto Marini
    Jaume Balaguero
    Paco Plaza
    Luis A. Berdejo
  • Oriol Maymo
    Pablo Rosso
    Gemma Fauria
    David Gallart
    Xavi Mas
    Fernando Izquierdo
    Glòria Viguer
    Lucia Salanueva
    Imma Pérez
    David Ambit
    David Ambit
    Céline Petit
    Clément Rebillat

Avis et critiques des internautes


proposer un avis sur « [Rec] »


  •  le 16 Juin 2008 par

    Pour faire très court, REC, c'est Blair Witch sauce espagnole soit un petit film sans moyen et tourné caméra à l'épaule. Ici on plonge dans le quotidien de pompiers espagnols avec une jeune journaliste (Manuela Velasco qui donne dans l'archétype caricaturale de la blonde écervelée mais ambitieuse. Pour en voir des exemples vivants et concrets, zappez sur Direct 8!)

    Evidemment, cette routine banale va se transformer justement ce soir là en évènement improbable et terrifiant. Zut, alors, c'est vraiment pas de chance pour la journaliste et son caméraman qui vont se retrouver confiné dans un immeuble où se déroulent de forts étranges et effrayants évènements

    Le pitch n'est pas d'une originalité folle, les personnages répondent tous à des stéréotypes et surtout REC, contrairement à ce que beaucoup de journaleux et de spectateurs ont pu écrire, ne fait pas SI peur que cela

    Le rythme n'est pas particulièrement bon, le film mettant un temps interminable à véritablement commencer (sur 1h20 de film, c'est tout de même problématique) et seuls les 5 dernières minutes sont terrifiantes. Le reste, c'est du classique: des zombies, du sang, des cris et des actions particulièrement débiles (laisser seules des personnages avec des contaminés, aller explorer seule les étages de l'immeuble,...)

    L'autre défaut toujours aussi rédhibitoire pour moi c'est cette façon de tourner caméra à l'épaule qui certes est censé faire "vrai" mais qui surtout donne un mal de coeur assez insupportable. Donc, avis aux nauséeux (et aux claustrophobes aussi d'ailleurs), évitez à tout prix ce film. Pour les autres, REC est un bon petit slasher honnête mais qui n'a rien de transcendant ni d'original.

  •  le 15 Juin 2008 par

    A priori, je n’aime pas les films d’horreur, mais quand j’ai lu que [Rec] révolutionnait le genre, j’ai voulu aller vérifier si mes goûts étaient en adéquation avec ce renouveau. Quelle déception !!! Où est l’angoisse ? Où est la peur ? Quand le film vacille et tombe presque dans le 2nd degré ! J’ai connu plus d’éclats de rire que sueurs froides durant cette séance. Il y a pourtant de bons efforts de réalisation et de bonnes bases à l’histoire : le reportage télé camera à l’épaule, une situation assez inexplicable et le huit clos dans une cage d’escalier est une idée qui me plaisait. Mais rapidement le film tourne à une banale histoire de zombies et le film nous emmène péniblement vers une fin sans saveur en passant par des scènes prévisibles et sans surprise. On tente même de nous divertir avec une palette de personnages trop stéréotypés pour être crédibles. Au final j'ai trouvé [Rec] à peine divertissant, mais je suis peut être passé à coté du film par manque de connaissances de ce genre de film (peu être)

  •  le 17 Mai 2008 par

    Si je ne connais nullement les codes des films d'horreur et de zombies c'est parceque je ne vais quasiment jamais en voir. Mes rares expériences dans ce domaine m'ont appris 2 choses : ou bien le résultat est très mauvais (et je ne vois pas l'intérêt d'aller perdre mon temps), ou bien le résultat est très réussi (et je ne vois pas l'intérêt d'aller passer 2 heures dans une salle pour le seul plaisir d'avoir peur). Mais la lecture des articles dithyrambiques écrits sur [Rec] et ma curiosité m'ont tout de même poussée à ne pas passer à côté d'un tel évènement ! Quelle déception... Peut-être est-ce parceque je n'ai guère de points de comparaison et que je ne connais pas les fameux codes du genre mais en dehors d'une amusante galerie de personnages (somme toute très anecdotique) et quelques instants de frousse qui tourne rapidement au grotesque, je n'ai vu dans [Rec] qu'un film à peine divertissant. Par ailleurs, la maigreur du scénario (et sa ridicule justification finale) finit presque par occulter la très intéressante mise en scène de Plaza et Balaguero. Bref... c'est pas encore ce film-ci qui va me réconcilier avec l'épouvante...

  •  le 12 Mai 2008 par

    Il y a des films qui flanquent vraiment la cliche. Le film espagnol Rec est de ceux-là. Les réalisateurs ont mélangé plusieurs genres de l’horreur et du survival pour arriver à cet hybride montré sous la forme d’un reportage enregistré en temps réel. Rec débute d’ailleurs comme un banal documentaire télévisé dans une caserne de pompiers de Barcelone. Le rythme bon papa se casse aussitôt quand une équipe de pompiers entre dans un immeuble de la ville pour une intervention sommaire. Doublé de son caméraman, une reporter l’accompagne dans l’habitation. A l’intérieur se dégage très vite une ambiance bizarre, malsaine et véritablement effrayante à cause d’un virus qui transforme un à un les locataires en zombies anthropophages. Là où le scénario est génial, c’est que la tour est transformée en huis clos par les autorités situées à l’extérieur. Les personnages ont alors du mal à récolter des informations pour connaître l’état de la situation et le drame qui se prépare à l’intérieur. Formellement, le style de la paire Balaguero - Plaza est d’un réalisme étonnant car constitué intégralement d’images d’archives filmées comme en direct à la TV. Le cadreur opère aussi bien à la manière d’un technicien de plateau qu’il joue pleinement le rôle d’un acteur à part entière, à ceci près qu’on ne verra jamais son visage. C’est lui qui, caméra au poing, donne le tempo du film quand on le voit s’approcher d’un événement parce qu’harangué par son échotière pour qu’il capte l’intensité de l’action, ou prendre la poudre d’escampette quand un individu devenu contagieux s’approche brutalement. Dans l’obscurité quasi absolue, l’issue de l’histoire est un summum de l’effroi. Elle transpire le voyeurisme extrême inhérent à notre société. Un voyeurisme que se plaît à véhiculer au quotidien la petite lucarne, de la crudité réelle diffusée journal de 20 heures au vice nauséabond émanant de la téléréalité en général. En même temps qu’un exercice de style magistral, Rec s’élargit d’une mini réflexion à peine déguisée sur notre monde. Il n’oublie pas non plus de se prononcer à plusieurs moments contre l’instinct répugnant qui veut malheureusement que l’immigré soit forcément responsable de tous les maux. Mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un pur film de genre et qu’en sortant de la salle de cinéma, on n’est pas franchement rassuré à l’idée de s’aventurer dehors !

  •  le 10 Mai 2008 par

    Dans le registre horrifique, j'attendais deux films, deux espoirs de bouffée d'air dans le marasme du gore gratuit instauré par Saw et ses suites : Diary of the dead de Romero, et [Rec] de Balaguero et Plaza. Coïncidence, les deux, à l'instar de Cloverfield, jouent la carte de la caméra à la première personne, du reportage cannibal-holocaustien, et ce, pour des histoires mettant en scène des zombies. En attendant le dernier volet de la quintologie romerienne, j'ai pu me faire les dents sur [Rec].

    Entouré d'un buzz médiatique (une bande-annonce nous montrant uniquement les réactions terrorisées des spectateurs) et d'un parcours dans les festivals triomphal, [Rec] s'avère une déception, nourrie par cette réputation flatteuse avant-sortie. Non que le film soit mauvais, loin de là, mais on nous a promis le film le plus terrifiant depuis longtemps (ce qui était déjà l'accroche du Projet Blair Witch) et on nous sert une série B sympa, par à-coups flippante, sursautante, mais en aucun cas originale, surprenante, même si le renversement de l'affrontement zombies dehors- gens dedans (ici, il s'agit de sortir de l'immeuble pour échapper aux zombies) apporte un semblant d'inédit à un genre qui semble cependant tourner en rond tant qu'on y injecte pas un discours un tant soit peu revendicatif. Et de discours, Balaguero et Plaza, auteurs d'un documentaire sur la Star ac' ibérique, semblent vouloir se cantonner à une remise en cause, un questionnement, autour de l'appréhension de l'image télévisuelle : tous les codes sont utilisés, et la notion de morale traverse par épisodes le métrage. Toujours est-il que le message manque d'épaisseur, noyé dans l'hystérie collective qui étreint rapidement les habitants.

    Car au bout d'un moment, après s'être posé quelques minutes pour expliquer la situation via des interviews des locataires, le film redémarre dans une furie ininterrompue, agressive, criarde, que seule une réalisation d'une maîtrise stupéfiante parvient à contenir : si vous avez détesté Heather Donahue dans Le Projet Blair Witch, préparez-vous à haïr certains personnages dans [Rec]. Si cette montée en puissance du chaos permettait réellement de créer une tension palpable et une immersion personnel dans le drame, on touchait au chef-d'oeuvre. Mais voilà, l'absence d'enjeux véritables (sortir, point barre), la trop grande faiblesse d'un scénario prévisible (ce qui n'empêche en rien de faire de bonds de 5 mètres comme ce fut mon cas, alors que je m'y attendais - et ce, sans recours à de la musique ou des effets sonores dépassés - une gageure) empêche de se sentir totalement impliqué.

    Reste un savoir-faire indéniable de la part du réalisateur de Fragile - son chef-d'oeuvre - et de son comparse, qui jettent sur la pellicule des images saisissantes, un twist pas original mais intriguant, et, au final, un petit B d'été, simple, direct et, allez ! fun. A moins que mon avis soit orienté par une attente énorme déçue. Ah ! si personne n'avait parlé de [Rec], peut-être aujourd'hui serait-il LA découverte de l'année...


Lire plus d'avis d'internautes

Les discussions sur le forum a propos de [Rec]



Il n'y a pas encore de discussion autour du film [Rec]


Soyez le premier à ouvrir une discussion sur ce film


Les autres films que vous pourriez aimer

Fan de Cinéma est enregistré à la C.N.I.L. sous le n° 1143859 - Copyright © 2005-2022 LS Project Tous droits réservés. Scruteweb - community management. Voyance sérieuse .